Publié le 29 novembre 2018

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[La vidéo des solutions] La Réserve des Arts donne une seconde vie aux déchets de la culture

C'est la caverne d'Alibaba des professionnels de la culture. La Réserve des Arts récupère chaque année à la fin des défilés de mode, des expositions et des événements culturels des tonnes de matériaux destinés à la poubelle. Elle les revend un tiers du prix dans son entrepôt de 1 000 mètres carrés près de Paris. Une démarche d'économie circulaire en milieu culturel. 

La reserve des arts responsable
En 10 ans, la Réserve des Arts est devenue un temple de la récup' pour les professionnels de la culture.
@MF

Depuis 10 ans, la Réserve des Arts, à Pantin (Seine Saint-Denis), récupère les rebuts des entreprises et des institutions culturelles pour les revendre à petits prix aux professionnels du secteur. Chutes de tissus, bois, mannequin, podium, luminaires… Des objets ordinaires et insolites jonchent les allées de l’entrepôt.

147 tonnes de matériaux destinés à la poubelle revendus

"On va récupérer les matériaux à la fin d’un défilé de mode, d’une exposition, d’un évènement ou même les chutes de bois d’un ébéniste", explique Louisiane Roy, chargé des partenariats de la Réserve des Arts. En 2017, l’association a collecté et revendu 147 tonnes de matériaux qui auraient dû partir à la poubelle.

Au fond des locaux, se trouvent un atelier et des outils que les artistes peuvent louer en fonction de leur projet. C’est ce qu’a choisi de faire Gérald Mignotte, un habitué de ce temple de la récup’. Il confectionne des décorations de Noël en matériaux de seconde main pour un département. "Je suis redesigner, pour mes créations j’utilise uniquement des déchets", explique-t-il en ponçant une porte qui servira de structure à sa création. "La Réserve des Arts est le meilleur endroit pour trouver l’inspiration. Quand on arrive, on ne sait pas sur quoi on va tomber", assure-t-il.

La réserve des Arts veut s'étendre à toute la France

C’est cette manière de créer que promeut La Réserve des Arts, penser son projet en fonction des objets récupérés et non l’inverse. "Notre association fait le lien entre la demande de matériaux du secteur culturel et la production de déchets qu’il génère. On s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire dans laquelle rien ne se perd", avance Louisiane Roy.

La Réserve des Arts compte s’agrandir. L’équipe voudrait ouvrir un autre entrepôt, quatre fois plus grand que l’actuel, en Île-de-France mais ambitionne aussi d’ouvrir d’autres réserves des arts dans l’Hexagone. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Vidéos

Chaque semaine, Novethic vous emmène, en vidéo, au coeur des nouveaux modes de consommation, des nouveaux modes de production et de la transition énergétique.

Pour un Noel responsable Rejoue donne une seconde vie aux jouets Pixabay

[La vidéo des solutions] Rejoué donne une seconde vie aux jouets pour un Noël responsable et solidaire

Des Playmobils au Monopoly en passant par les licornes... L'association Rejoué a collecté en 2018 plus de 43 tonnes de jouets. Dans un grand atelier de 2000 mètres carrés à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) elle leur donne une seconde vie pour les revendre à petits prix. Une manière de lutter contre la...

La reserve des arts responsable

[La vidéo des solutions] La Réserve des Arts donne une seconde vie aux déchets de la culture

C'est la caverne d'Alibaba des professionnels de la culture. La Réserve des Arts récupère chaque année à la fin des défilés de mode, des expositions et des événements culturels des tonnes de matériaux destinés à la poubelle. Elle les revend un tiers du prix dans son entrepôt de 1 000 mètres carrés...

Jules et jenn mode responsable black friday

[La vidéo des solutions] Jules & Jenn, la marque slowfashion qui propose des sacs et chaussures indémodables

En plein black Friday, à contre-courant de la surconsommation, la petite marque française Jules & Jenn propose des chaussures et sacs durables au style indémodable. L'objectif : pousser les consommateurs à garder leurs produits le plus longtemps possible. En prime, les pièces sont confectionnées...

Safran sur les toits de Paris

[La vidéo des solutions] Du safran cultivé sur les toits de Paris

Quatre sœurs ont eu l'idée de planter leurs bulbes de Safran sur le toit d'un Monoprix du 13ème arrondissement. Ici pas de pesticide, ni d'irrigation, mais beaucoup d'attention. Car le safran, épice la plus chère au monde, est fragile. La récolte sera vendue en circuit ultra-court, quelques étages...