Publié le 27 mars 2020

POLITIQUE

Les Corona Bonds, pour aider les pays européens en difficulté, sèment la discorde entre les États-membres

L’idée d’une dette commune des États membres a refait surface dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Promus par les pays du Sud de l’Europe, notamment l’Italie, les Corona Bonds ont cependant été rejetés par les pays du Nord, dont l’Allemagne, qui rejettent tout principe de solidarité sur la dette. L’idée de l’utilisation du Mécanisme Européen de Stabilité pour venir en aide aux pays en difficulté semble faire plus consensus.

Conseil europeen 26 mars Charles Michel EU
Charles Michel, le président du Conseil Européen, a réuni les chefs d’État le 26 mars 2020 en fin d'après-midi.
@EU

L’idée aura fait long feu. Depuis plusieurs jours, Giuseppe Conte, le Président du conseil italien, milite pour l’émission de Corona Bonds, une dette commune aux pays de la zone euro pour lutter contre la pandémie. Huit chefs d’État de la zone euro (France, Espagne, Grèce, Irlande, Belgique, Luxembourg, Slovénie, Portugal), se sont rallié à son initiative en début de semaine, peu avant la réunion du Conseil Européen du jeudi 26 mars après-midi, sur le thème du coronavirus. Sans succès.

Plusieurs pays, dont l’Allemagne et les Pays-Bas, ont rejeté l’idée de ces Corona Bonds. Pour ces pays du Nord de l’Europe, il n’est toujours pas question de mutualiser la dette, même dans un cas extraordinaire. Les Corona Bonds, ou obligations corona, s’appuient sur une idée ancienne dans la zone euro : celle d’émettre une dette commune, qui permettrait de financer les États les moins bien notés au prix de ceux les mieux notés. Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, cette idée permettrait d’aider les pays les plus durement touchés par une crise s’en prend à tous les pays sans exception.

Conflit Nord-Sud

Concrètement, la dette corona pourrait être contractée par une institution européenne, comme la Banque Européenne d’Investissement (BEI), et garantie par le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), un dispositif créé pour aider les États faisant face à une situation difficile. Cette dette pourrait par exemple servir à financer les systèmes de santé des pays les plus exposés et dont la situation financière est la plus compliquée, comme l’Italie ou l’Espagne.

C’est justement là que se loge la discorde. Les pays du Nord de l’Europe rechignent à l’idée d’être solidaires d’une telle dette. Mettant en avant leurs propres finances publiques, ils préfèrent demander aux pays du Sud, moins vertueux, d’équilibrer leurs budgets. En clair, ils ne veulent pas risquer de devoir payer les dettes des pays plus en difficulté.

Angela Merkel, la chancelière allemande, préfère mettre en avant le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) pour venir en aide aux pays qui en auraient besoin. Une idée soutenue par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, quelques jours avant la réunion du Conseil Européen. "Le Mécanisme Européen de Stabilité est prévu pour les situations de crise, nous sommes en crise. Des pays comme l’Espagne, l’Italie, font face à des situations très difficiles, c’est donc le moment de l’utiliser", exhorte-t-il.

15 jours pour travailler sur la mise en œuvre

Sorte de Fonds Monétaire International à l’européenne, le MES a été créé en 2012 au moment de la crise des dettes souveraines européennes. Il permet par exemple d’accorder des prêts à des États en difficulté à des taux plus faibles que les marchés. Ces aides du Mécanisme Européen de Stabilité sont soumises à des contreparties strictes, l’État y ayant recours devant procéder en général à de sévères réformes.

L’Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, s’était déjà prononcé en faveur de l’utilisation du MES en début de semaine. Mais la France et les pays du Sud demandent que ce mécanisme soit assoupli, pour permettre de soutenir rapidement les pays en difficulté. "Ce mécanisme doit être utilisé de manière simple et sans fixer de conditions pénalisantes", martèle Bruno Le Maire. Jeudi soir, les chefs d’État européens ont donné à l’Eurogroupe la mission de travailler sur les détails de mise en œuvre du MES. Il devrait rendre ses conclusions dans les quinze jours.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

De la garantie publique à la nationalisation : comprendre les outils publics pour soutenir l’économie face au Coronavirus

Les annonces de dizaines, voire de centaines de milliards d’euros pour aider les entreprises s’enchaînent pour faire face à l’ampleur de l’épidémie de Covid-19. Des garanties publiques aux potentielles nationalisations, en passant par de massifs rachats d’actifs, ces plans de sauvetage...

Coronavirus : la BCE injecte 750 milliards d’euros pour soutenir l'économie

La Banque Centrale Européenne (BCE) déploie un programme massif d’injection d’argent frais dans l’économie européenne. Un programme d’achat d’actifs d’urgence pandémie de 750 milliards d’euros est lancé jusqu’à la fin de l’année au moins, pour tenter d’aider les entreprises à traverser le...

Chaque mois de confinement coûte deux points de PIB à la France

La France connaîtra cette année une chute de son produit intérieur brut (PIB) de bien plus de 1 %, a averti mardi 24 mars le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, et la sortie de crise après le coronavirus ne se fera pas du "jour au lendemain" pour le pays qui, comme ses voisins...

Crise du Coronavirus : vers un confinement des dividendes versés aux actionnaires

De plus en plus de voix s’élèvent alertant sur les politiques de dividende des entreprises. Les plans massifs d’aides publiques, pour soutenir les sociétés confrontées à la crise du coronavirus, ne doivent pas se retrouver dans la poche des actionnaires. Certains grands groupes ont déjà...

[2010-2020] Le jour où la crise grecque a menacé toute la zone euro

C’est un feuilleton aux multiples rebondissements qu’ont connu la Grèce et l’Europe au début de la décennie. Surendettée, économie en berne, la Grèce est poussée à l’austérité par ses créanciers européens et internationaux. Au point de friser la rupture avec la zone euro et d’entraîner,...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Boycott produits francais au Koweit YasserAlZayyat AFP

Appels au boycott contre la France : une arme de guerre économique utilisée sur des cibles mouvantes

Le boycott de produits de consommation est une nouvelle fois utilisé pour des raisons politiques. Cette fois il l’est contre les produits français dans des pays musulmans afin de protester contre la position d’Emmanuel Macron sur les caricatures de Mahomet de Charlie Hebdo. Le pouvoir de dire non...

La traversee de Paris 1

[À l’origine] Le couvre-feu, du Moyen-Age à aujourd’hui : l'histoire d'un passé douloureux

Pour la première fois en France, un couvre-feu a été imposé pour des raisons sanitaires. 46 millions de Français sont concernés. Si, à l'origine, le couvre-feu était utilisé au Moyen-Âge dans un sens littéral, en éteignant les feux de cheminées la nuit pour éviter les incendies, il évoque...

Jean castex covid 19

Covid-19 : Jean Castex met 46 millions de Français sous couvre-feu

Face à l'évolution "rapide et préoccupante de l'épidémie", Jean Castex vient d'étendre le couvre-feu de 21 heures à six heures du matin dans 38 départements supplémentaires pour un total de 54. 46 millions de Français sont désormais concernés. Les effets ne seront visibles que dans deux à trois...

Hommage Samuel paty ChristopheArchambault AFP 01

Après l’assassinat de Samuel Paty, la haine sur les réseaux sociaux devient la cible prioritaire du gouvernement

Le lynchage de l’enseignant Samuel Paty sur les réseaux sociaux a conduit à son assassinat. Le Premier ministre veut créer un délit "de mise en danger par la publication de données personnelles" sur Internet. Une nouvelle loi qui remplacera la loi Avia sur la haine en ligne, censurée par le Conseil...