Publié le 17 avril 2020

POLITIQUE

Coronavirus : Emmanuel Macron donne un aperçu de sa vision du monde d’après

Dans une interview au Financial Times, Emmanuel Macron décrit la manière dont la pandémie de Covid-19 va modifier le monde. Cette crise présente à la fois l’opportunité de transformer l’économie mondiale, notamment pour lutter contre le changement climatique et les inégalités sociales. Mais aussi des risques importants pour la démocratie si les pays, notamment de l’Union européenne, ne font pas preuve de plus de solidarité.

Emmanuel Macron estime que le modèle de mondialisation actuelle arrive en bout de course.
@CCO

Après son allocution du 13 avril dernier à la télévision française, Emmanuel Macron a poursuivi sa tournée des médias. Il a donné une interview au Financial Times le 16 avril, dans laquelle le président de la République française donne son point de vue sur la manière dont la crise du coronavirus affectera le monde d’après. Selon le quotidien britannique, Emmanuel Macron voit la crise du coronavirus comme un événement existentiel pour l’humanité qui changera la nature de la globalisation et la structure du capitalisme international.

1. Risque climatique : l’heure du réveil

Il compare notamment la pandémie au risque climatique. Des risques qui paraissent éloignés, jusqu’à ce qu’ils se matérialisent à notre porte. "Le risque climatique a l’air d’être lointain car il affecte l’Afrique et le Pacifique. Mais quand il vous atteint, c’est l’heure du réveil", explique-t-il. Pour Emmanuel Macron, la pandémie et le confinement qui s’en est suivi va pousser les citoyens à réfléchir sur notre modèle de société. "Quand nous sortirons de cette crise, les gens n’accepteront plus de respirer de l’air sale", dit-il au quotidien britannique. "Les gens diront "je ne suis pas d’accord avec les choix de sociétés qui m’obligent à respirer un air comme ça, où mon bébé attrape la bronchite à cause de cela", continue-t-il.

Et pas question de dire que les solutions prennent du temps. "Personne n’hésite à faire des choix profonds, brutaux, quand il s’agit de sauver des vies. C’est la même chose pour le risque climatique", affirme-t-il. Il espère utiliser l’élan actuel, qui a poussé les États à privilégier les vies humaines sur la croissance, pour s’attaquer au risque climatique et aux inégalités sociales qui menacent l’équilibre mondial.

2. Combattre la montée des populismes

Cette vision optimiste est contrebalancée par la crainte d’une montée des populismes. Certains pays ont fait le choix d’une forme d’autoritarisme pour combattre la pandémie, comme la Hongrie de Viktor Orban. "Nous ne pouvons pas accepter cela, assène-t-il. Vous ne pouvez pas abandonner votre ADN fondamental sous prétexte qu’il y a une crise sanitaire."

Pour Emmanuel Macron, une certaine forme de mondialisation arrive aujourd’hui en bout de course. La globalisation de l’économie a eu deux versants, selon lui. Elle a d’abord permis de lutter contre le totalitarisme ou contre la pauvreté dans le monde. Puis la machine s’est emballée et a eu pour effet la montée des inégalités sociales, en particulier dans les pays développés. Au risque de faire revenir les populistes.

3. Renforcer la solidarité en Europe

C’est tout particulièrement le cas en Europe, qui se voit opposer pays du Nord (Allemagne, Pays-Bas, etc.) et pays du Sud (Italie, Espagne, France, etc.) sur la question budgétaire. Pour le Président français la solidarité entre les pays européens est la seule solution.

"C’est évident parce que les gens diront (…) Ils (les pays du Nord, NDR) sont favorables à l’Europe quand il s’agit d’exporter vers chez vous les marchandises qu’ils produisent. Ils sont favorables à l’Europe lorsque cela signifie que votre main d’œuvre doit venir produire les pièces automobiles que nous ne fabriquons plus à la maison. Mais ils ne sont pas pour l’Europe quand cela signifie de partager le fardeau", explique-t-il

Pour Emmanuel Macron, "nous sommes à un moment de vérité qui consiste à décider si l’Union européenne est un projet politique ou juste un projet de marché. Je pense que c’est un projet politique." Et pour le démontrer, c’est notamment d’une solidarité financière dont l’Europe a besoin, d’après le Président français, qui milite toujours pour la création d’un fonds d’aide financé par une dette mutualisée entre les États membres.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Coronavirus : Emmanuel Macron donne un cap social au "monde d’après" sans indiquer la route précise

Le Président de la République a enfin parlé aux Français du temps d’après le confinement qui se terminera le 11 mai prochain. Il a évoqué, sans entrer dans les détails, la nécessité de refonder le modèle économique pour se préoccuper des plus faibles et des moins bien rémunérés, ceux grâce...

Pour 2020, Emmanuel Macron vise le déploiement d’un nouveau modèle écologique alliant économie, social et culture

Si la réforme des retraites ou la sauvegarde de l'hôpital étaient au coeur de l’attention lors du discours du Président de la République pour la Saint Sylvestre, celui-ci a pris le temps d’évoquer la transition écologique que la France doit engager pour la décennie à venir. Pour lui,...

Le Coronavirus mine le modèle européen de marché unique

L’Union européenne est un grand marché de libre concurrence au sein duquel les États ont conservé leurs prérogatives régaliennes ce qui facilite une concurrence fiscale effrénée entre eux. Face à la nécessité de bâtir de nouvelles solidarités sur les services publics à commencer par celui...

Les Corona Bonds, pour aider les pays européens en difficulté, sèment la discorde entre les États-membres

L’idée d’une dette commune des États membres a refait surface dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Promus par les pays du Sud de l’Europe, notamment l’Italie, les Corona Bonds ont cependant été rejetés par les pays du Nord, dont l’Allemagne, qui rejettent tout principe...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Valeurs actuelles sandrine rousseau

[Édito] Écologie contre xénophobie : les médias mènent-ils la danse de l’opinion publique ?

Au vu de la place médiatique prise par les agitateurs d’idées xénophobes comme Éric Zemmour et de l’écolo bashing défendu par Valeurs Actuelles, on pourrait conclure que l’écologie est mal partie pour jouer un rôle de premier plan dans le jeu électoral français. Pourtant les préoccupations...

Rentree mediatique metamorworks

[Édito] Rentrée politique et médiatique : sans tenir compte des chocs climatiques, elle tournera à vide

La présentation des grilles de rentrée des médias audiovisuels met le cap sur les Présidentielles. Commentateurs politiques, spécialistes du microcosme et des petites phrases sont appelés massivement à la mobilisation. En revanche, pas d’experts environnementaux capables de décortiquer les...

IStock @Andrii Yalanskyi

Loi climat : les désaccords entre l’Assemblée nationale et le Sénat discutés en commission

Le projet de loi Climat et résilience est examiné en Commission mixte paritaire le 12 juillet. L'objectif de cette session, qui rassemble sept députés et sept sénateurs, est de trouver un compromis sur un texte commun. Après l’examen des articles par les deux chambres en avril et en juin, des points...

Jean Castex MArtin Bureau AFP

Climat : Le gouvernement enterre le référendum visant à inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution

La protection de l'environnement ne figurera pas dans l'article 1er de la Constitution. Le Premier ministre Jean Castex a en effet annoncé le 6 juillet que le référendum sur cette question n'aurait finalement pas lieu. Alors qu'il est essentiel pour la tenue du plébiscite que l'Assemblée nationale...