Publié le 17 avril 2020

POLITIQUE

Coronavirus : Emmanuel Macron donne un aperçu de sa vision du monde d’après

Dans une interview au Financial Times, Emmanuel Macron décrit la manière dont la pandémie de Covid-19 va modifier le monde. Cette crise présente à la fois l’opportunité de transformer l’économie mondiale, notamment pour lutter contre le changement climatique et les inégalités sociales. Mais aussi des risques importants pour la démocratie si les pays, notamment de l’Union européenne, ne font pas preuve de plus de solidarité.

Emmanuel Macron estime que le modèle de mondialisation actuelle arrive en bout de course.
@CCO

Après son allocution du 13 avril dernier à la télévision française, Emmanuel Macron a poursuivi sa tournée des médias. Il a donné une interview au Financial Times le 16 avril, dans laquelle le président de la République française donne son point de vue sur la manière dont la crise du coronavirus affectera le monde d’après. Selon le quotidien britannique, Emmanuel Macron voit la crise du coronavirus comme un événement existentiel pour l’humanité qui changera la nature de la globalisation et la structure du capitalisme international.

1. Risque climatique : l’heure du réveil

Il compare notamment la pandémie au risque climatique. Des risques qui paraissent éloignés, jusqu’à ce qu’ils se matérialisent à notre porte. "Le risque climatique a l’air d’être lointain car il affecte l’Afrique et le Pacifique. Mais quand il vous atteint, c’est l’heure du réveil", explique-t-il. Pour Emmanuel Macron, la pandémie et le confinement qui s’en est suivi va pousser les citoyens à réfléchir sur notre modèle de société. "Quand nous sortirons de cette crise, les gens n’accepteront plus de respirer de l’air sale", dit-il au quotidien britannique. "Les gens diront "je ne suis pas d’accord avec les choix de sociétés qui m’obligent à respirer un air comme ça, où mon bébé attrape la bronchite à cause de cela", continue-t-il.

Et pas question de dire que les solutions prennent du temps. "Personne n’hésite à faire des choix profonds, brutaux, quand il s’agit de sauver des vies. C’est la même chose pour le risque climatique", affirme-t-il. Il espère utiliser l’élan actuel, qui a poussé les États à privilégier les vies humaines sur la croissance, pour s’attaquer au risque climatique et aux inégalités sociales qui menacent l’équilibre mondial.

2. Combattre la montée des populismes

Cette vision optimiste est contrebalancée par la crainte d’une montée des populismes. Certains pays ont fait le choix d’une forme d’autoritarisme pour combattre la pandémie, comme la Hongrie de Viktor Orban. "Nous ne pouvons pas accepter cela, assène-t-il. Vous ne pouvez pas abandonner votre ADN fondamental sous prétexte qu’il y a une crise sanitaire."

Pour Emmanuel Macron, une certaine forme de mondialisation arrive aujourd’hui en bout de course. La globalisation de l’économie a eu deux versants, selon lui. Elle a d’abord permis de lutter contre le totalitarisme ou contre la pauvreté dans le monde. Puis la machine s’est emballée et a eu pour effet la montée des inégalités sociales, en particulier dans les pays développés. Au risque de faire revenir les populistes.

3. Renforcer la solidarité en Europe

C’est tout particulièrement le cas en Europe, qui se voit opposer pays du Nord (Allemagne, Pays-Bas, etc.) et pays du Sud (Italie, Espagne, France, etc.) sur la question budgétaire. Pour le Président français la solidarité entre les pays européens est la seule solution.

"C’est évident parce que les gens diront (…) Ils (les pays du Nord, NDR) sont favorables à l’Europe quand il s’agit d’exporter vers chez vous les marchandises qu’ils produisent. Ils sont favorables à l’Europe lorsque cela signifie que votre main d’œuvre doit venir produire les pièces automobiles que nous ne fabriquons plus à la maison. Mais ils ne sont pas pour l’Europe quand cela signifie de partager le fardeau", explique-t-il

Pour Emmanuel Macron, "nous sommes à un moment de vérité qui consiste à décider si l’Union européenne est un projet politique ou juste un projet de marché. Je pense que c’est un projet politique." Et pour le démontrer, c’est notamment d’une solidarité financière dont l’Europe a besoin, d’après le Président français, qui milite toujours pour la création d’un fonds d’aide financé par une dette mutualisée entre les États membres.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Coronavirus : Emmanuel Macron donne un cap social au "monde d’après" sans indiquer la route précise

Le Président de la République a enfin parlé aux Français du temps d’après le confinement qui se terminera le 11 mai prochain. Il a évoqué, sans entrer dans les détails, la nécessité de refonder le modèle économique pour se préoccuper des plus faibles et des moins bien rémunérés, ceux grâce...

Pour 2020, Emmanuel Macron vise le déploiement d’un nouveau modèle écologique alliant économie, social et culture

Si la réforme des retraites ou la sauvegarde de l'hôpital étaient au coeur de l’attention lors du discours du Président de la République pour la Saint Sylvestre, celui-ci a pris le temps d’évoquer la transition écologique que la France doit engager pour la décennie à venir. Pour lui,...

Le Coronavirus mine le modèle européen de marché unique

L’Union européenne est un grand marché de libre concurrence au sein duquel les États ont conservé leurs prérogatives régaliennes ce qui facilite une concurrence fiscale effrénée entre eux. Face à la nécessité de bâtir de nouvelles solidarités sur les services publics à commencer par celui...

Les Corona Bonds, pour aider les pays européens en difficulté, sèment la discorde entre les États-membres

L’idée d’une dette commune des États membres a refait surface dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Promus par les pays du Sud de l’Europe, notamment l’Italie, les Corona Bonds ont cependant été rejetés par les pays du Nord, dont l’Allemagne, qui rejettent tout principe...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Edouard Philippe Deconfinement 28 mai PhilippeLopez AFP

Le gouvernement déconfine d’abord… pour l’économie on verra plus tard

Le Premier Ministre a annoncé une levée de barrière généralisée grâce aux bons résultats sanitaires. Les parcs et jardins rouvrent, la limite des 100 km est supprimée et nous pouvons organiser les vacances en France librement. Pour aller plus loin, il faudra attendre le 22 juin. Un petit parfum de...

Pole emploi PoleEmploi

[Édito] Élever des générations sacrifiées : quand le COVID 19 hypothèque l’avenir des plus jeunes

2020 sera sans doute l’année de la rupture pour les jeunes générations dont on a hypothéqué l’avenir. En raison des mesures de prévention du COVID 19, des centaines de milliers de collégiens et lycéens ont quitté l’école en espérant qu’ils retrouveraient une scolarité normale par enchantement...

Donald Trump Whitehouse

Epinglé par Twitter pour une fake news, Donald Trump menace de fermer les réseaux sociaux

Est-ce la fin de l'intouchabilité de Donald Trump sur Twitter ? Le réseau social vient d'épingler deux tweets du Président américain qui contenaient potentiellement des informations trompeuses. Jusqu'ici Donald Trump, qui tweete 29 fois par jour en moyenne, n'avait jamais été inquiété par la...

Gazette medicale de paris 1833

[A l’origine] En 1832, face à l’épidémie de choléra, les soignants refusent leur médaille

Alors qu'en 1832, la France est dévastée par une épidémie de choléra, la Monarchie de juillet propose de remettre une médaille aux soignants. Une décoration qui ne passe pas alors que les primes manquent à l'appel, raconte l'historienne des Révolutions Mathilde Larrère dans Arrêt sur images. Une...