Publié le 01 avril 2020

POLITIQUE

Coronavirus : l'étau se resserre sur le versement des dividendes des grandes entreprises

Le ministre de l’Économie recommande aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel. Une préconisation un peu plus forte que celle qu’il avait formulée quelques jours plus tôt. De son côté, l’association des grandes entreprises demande à ses adhérents de réduire les dividendes de 20 % cette année. La pression monte progressivement sur les politiques de dividendes.

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP
Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, veut limiter les dividendes pour les entreprises bénéficiant du soutien public.
@EricPiermont AFP

Les actionnaires vont devoir faire un effort cette année. Lundi 30 mars sur BFMTV, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des finances, a redit vouloir refuser toute aide financière publique aux entreprises versant des dividendes à leurs actionnaires. Pour celles ayant recours au chômage partiel, alors que le ministre ne faisait que les appeler à la modération vendredi soir, il va un cran plus loin lundi matin. "Soyez exemplaire : si vous utilisez le chômage partiel, ne versez pas de dividendes", les exhorte-t-il.

La pression du gouvernement monte donc petit à petit sur les entreprises, alors que s’ouvre la saison des assemblées générales, pendant lesquelles la politique de dividendes est votée par les actionnaires. Il y a encore une semaine, le gouvernement ne faisait qu’appeler les entreprises cotées à la mesure pour la rémunération de leurs actionnaires. Vendredi, Bruno Le Maire a franchi un pas en conditionnant l’octroi des aides publiques (prêts garantis, délai pour les charges sociales et fiscales, etc.) au non-versement de dividendes. Lundi, sans étendre la mesure tout à fait au chômage partiel, il en fait néanmoins une recommandation.

Les représentants des entreprises semblent entendre la menace du gouvernement. Dimanche 29 mars, l’Association française des entreprises privées (Afep) qui regroupe les 110 plus grandes entreprises françaises, a pris acte du discours du ministre de l’Économie en actant l’interdiction des dividendes en cas d’aide publique.

L’Afep prend position

Pour le chômage partiel, l’Afep ne va toutefois pas aussi loin. Elle chiffre le manque à gagner pour les salariés privés d’activité à 16 % de leur salaire net. L’organisation patronale demande donc une réduction pour les actionnaires du même ordre de grandeur. Elle demande à ses adhérents ayant recours au chômage partiel d’inscrire à leur prochaine assemblée générale une résolution prévoyant une réduction de 20 % des dividendes pour 2020, par rapport à 2019. Même chose pour les rémunérations des dirigeants mandataires sociaux, pour lesquels elle demande une réduction de 25 % de la rémunération perçue pendant la durée du chômage partiel.

L’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), qui réglemente les banques et assurances, a de son côté relayé un appel de la Banque Centrale Européenne. Le 30 mars, elle a demandé aux banques françaises de ne pas verser de dividendes avant le mois d’octobre prochain. Celles-ci "doivent continuer à remplir leur rôle de financement des ménages et des entreprises", dit l’ACPR dans un communiqué. Et pour cela, il faut qu’elles gardent suffisamment de fonds propres pour "maintenir leur capacité à soutenir l'économie dans un contexte d'incertitude accrue causée par cette pandémie".

L’autorité de réglementation demande donc aux établissements financiers de ne pas verser de dividendes au moins jusqu’au 1er octobre 2020. Elle ajoute que les banques qui estiment devoir néanmoins le faire pour des raisons légales, devront lui expliquer les raisons rapidement. Pour l’instant, seule Natixis parmi les banques françaises a réagi aux recommandations de la BCE et de l’ACPR. Le conseil d’administration de la banque d’investissement, filiale du groupe BPCE, a décidé de suivre ces recommandations. Elle va retirer de son projet de résolution pour son assemblée générale du 20 mai le projet de versement de dividende. La somme déjà provisionnée dans les comptes de la banque va donc être réintégrée dans son bilan, ce qui aura pour effet immédiat d’améliorer sa solvabilité. 

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...