Publié le 19 mai 2020

POLITIQUE

Avec un plan de relance de 500 milliards, Paris et Berlin veulent remettre la solidarité au cœur de l’Union européenne

À situation unique, solution inédite. Lundi 18 mai, Paris et Berlin ont proposé la création d’un fonds de relance européen doté de 500 milliards d’euros, via un mécanisme de mutualisation de la dette entre les différents États membres. Une logique de solidarité nouvelle et attendue dans une gestion de crise qui en a cruellement manqué et qui marque aussi un tournant majeur dans le dogme allemand sur l’endettement.

Angela Merkel et Emmanuel Macron plan de relance union europeenne Covid19 Kay NIETFELD POOL AFP
Lundi 18 mai, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français Emmanuel Macron, ont annoncé un plan de relance inédit basé sur la mutualisation de la dette au niveau de l'Union européenne.
@Kay NIETFELD/POOL/AFP

La crise du Covid-19 va-t-elle relancer le projet européen ? C’est l’espoir que fait naître la proposition franco-allemande annoncée lundi 18 mai par le président français, Emmanuel Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel. Ceux-ci ont mis sur la table la création d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros qui bouscule les tabous de l’endettement et remet la solidarité entre les différents membres au centre du jeu. Pour beaucoup, il ne s’agit pas moins d’un tournant historique dans la construction européenne.

Un mécanisme de mutualisation de la dette inédit

Le côté révolutionnaire du plan réside dans son mécanisme de mutualisation de la dette européenne, du jamais vu depuis la création de l’Union. Le fonds, qui doit soutenir les États, régions et secteurs les plus sinistrés par l’épidémie, serait donc financé par des emprunts de la Commission sur des marchés "au nom de l’UE" puis reversés en dépenses budgétaires. "Ces 500 milliards ne seront pas remboursés par les bénéficiaires de ceux qui utiliseront cet argent", a affirmé le président français Emmanuel Macron dans une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel. "Ce ne seront pas des prêts mais des dotations" directes aux pays les plus touchés, a-t-il insisté.

Ils viendraient également s'ajouter aux 500 milliards d'euros déjà décidés par les ministres des Finances de la zone euro, qui sont notamment constitués de capacités de prêts. Au total, ce sont donc près de 1 000 milliards d’euros qui seraient ainsi débloqués par l’Europe pour contrer la récession tout aussi historique qui se prépare dans l’Union avec une chute de PIB de près de 8% pour 2020.

Relancer le projet européen

Cette initiative audacieuse de la part de la France et de l’Allemagne est une tentative de sortir de l’impasse la Commission européenne et sa présidente, Ursula von der Leyen, qui ont eu du mal jusqu’ici à trouver un plan de relance européen capable de faire consensus”, écrit le correspondant du NewYork Times à Bruxelles, Steven Erlanger. Quand, pour le quotidien belge Le Soir, cette "concession" marque la fin de la “léthargie du couple franco-allemand” et de certains "tabous”.  

Cette logique de mutualisation a longtemps été combattue par Berlin et les pays d’Europe de l’Est. Reste encore à convaincre ses derniers. Car si le couple franco-allemand, qui traversait une mauvaise passe, est souvent indispensable pour faire bouger la machine européenne, il doit tout de même être soutenu par la majorité des membres. C’est un "reboot pour le couple franco-allemand. Impressionnant. Maintenant commence le plus dur : la négociation de l'UE à 27", commente ainsi l'économiste Jean Pisani-Ferry. Or, comme le souligne le site Politico, "certains pays comme l’Autriche, les Pays-Bas et la Finlande, qui partagent avec l’Allemagne une tradition de parcimonie, risquent fort de s’opposer au plan".

Béatrice Héraud avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...