Publié le 06 février 2021

POLITIQUE

[À l'origine] Dans les années 90, la naissance des premiers procès climatiques

Le tribunal administratif de Paris a reconnu, pour la première fois début février, l'État français coupable d'inaction climatique dans le cadre de l'Affaire du siècle, portée par quatre associations. Une reconnaissance qualifiée d'historique. Depuis la fin des années 1990, les procès menés par les citoyens contre leur propre État pour des raisons environnementales se multiplient. 

Urgenda N B
Militants de l'ONG Urgenda devant la Cour Suprême, en décembre 2019.
Sem Vand der Mal AFP

C'est une condamnation historique qui s'inscrit dans un mouvement qui prend corps depuis plus de deux décennies. Le 3 février, dans le cadre l'Affaire du siècle, l'État français a été condamné pour "inaction climatique". Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a révélé fin janvier que ces trois dernières années, les affaires de litiges climatiques ont presque doublé dans le monde, passant de 884 dans 24 pays en 2017 à 1 550 dans 38 pays l'année dernière. Si le rapport souligne que les procès climatiques se sont développés à partir des années 2000, quelques initiatives de procès envers les États ont vu le jour dès la fin des années 90.

"Le premier déclencheur a été le refus des États-Unis de rejoindre le protocole de Kyoto en 1997 qui permettait la mise en place du marché des quotas des émissions mondiales" souligne Judith Rochfeld, professeure de droit et autrice du livre, Justice pour le climat ! Les nouvelles formes de mobilisations citoyennes, paru en 2019. Pour souligner leur désaccord, des villes et des groupes de citoyens étasuniens se sont emparés des tribunaux pour signaler l’inaction du gouvernement face au changement climatique. Cependant, si les procès se sont multipliés durant la décennie, "ils ont longtemps été décevants" et en défaveur des plaignants, souligne la professeure.

Urgenda : premier procès historique 

En matière de justice climatique, le grand procès historique est celui d'Urgenda, le premier remporté par les citoyens contre leur gouvernement. L'ONG néeerlandaise a ainsi attaqué en justice les Pays-Bas en 2014 et a accusé le pays de ne pas prendre de mesures suffisantes pour lutter contre le réchauffement climatique. Un an plus tard, à la surprise générale, le tribunal donne raison à l'ONG et exige du pays qu'il réduise ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 25% d'ici 2020, par rapport au niveau de 1990. "Le procès est historique tant pour son issue, que pour les arguments qui ont été avancés" souligne Judith Rochfeld. "C'est la première fois que l'idée de carence de l'Etat est pointée du doigt", pointe-t-elle. Mais Urgenda a été un procès isolé : "Les choses ont réellement commencé à changer il y a un an", décrypte la professeure.

Il a longtemps été difficile pour les tribunaux d’attribuer la responsabilité du réchauffement climatique à un État, alors que les émissions de gaz à effet de serre ne connaissent pas de frontières. Les engagements internationaux, jugés non contraignants, n'étaient pas jugés recevables. Depuis l’Accord de Paris, les choses ont commencé à évoluer. Contraints de se fixer des objectifs nationaux de réduction de gaz à effet de serre et de protection de l’environnement, les gouvernements peuvent désormais être attaqués sur leurs propres engagements. "Progressivement, les États ont été poussés à prendre des objectifs de plus en plus précis, souligne Judith Rochfeld. Cela rend possible le levier de la justice contre l'État". 

Pauline Fricot, @PaulineFricot

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...