Publié le 05 avril 2016

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Panama Papers : Société Générale parmi les banques les plus actives auprès de Mossak Fonseca

Nouvelle révélation dans le scandale des Panama Papers. Alors que Société Générale est citée depuis hier comme l’une des banques françaises ayant participé à la création de sociétés offshore, le consortium international du journalisme d’investigation (ICIJ) en révèle aujourd’hui toute l’ampleur.

PDG Societe generale frederic oudea FRANCOIS GUILLOT AFP
Frédéric Oudéa, le directeur général de Société Générale.
François Guillot / AFO

La banque française se classe parmi les cinq banques les plus actives auprès du cabinet panaméen Mossak Fonseca. C’est en passant par cet intermédiaire que Société Générale a créé 979 sociétés offshore, entre 1977 et 2015, pour le compte de clients fortunés.

Société Générale côtoie ainsi HSBC (2 300 sociétés offshore), UBS (1 100) et Crédit suisse (1 105). Toutes trois sont poursuivies dans des affaires d’évasion fiscale.  

Société Générale a agi loin de son siège parisien, à travers sa filiale luxembourgeoise, SG Bank & Trust, qui a contribué à la création des deux tiers des entités offshore, principalement dans les paradis fiscaux des Seychelles et des îles Vierges britanniques. Le reste a été commandé par la filiale suisse de la banque, SG Private Banking, qui les a enregistrées au Panama, et via sa filiale des Bahamas, SG Hambros Bank & Trust. 

 

"Un client choyé"

 

"Chez Mossack Fonseca, la banque française est un client choyé. En témoigne cet e-mail de Mossack Fonseca, adressé le 19 mars 2010 à la filiale luxembourgeoise de la banque, la Société générale Bank & Trust Luxembourg : 660 dollars seulement pour une société au Panama, frais de mise à disposition de directeurs (prête-noms) inclus ! 10 % de réduction spéciale sur toutes les autres juridictions. Offre garantie quatre ans", dévoile le quotidien Le Monde.

Société Générale a réagi, dans un communiqué, à l'article du Monde. La banque précise que "le nombre de structures actives créées par l’intermédiaire du cabinet Mossack Fonseca pour les clients est de l’ordre de quelques dizaines". Elle assure que "ces sociétés sont gérées comme des structures totalement transparentes" et qu'elle a "pro-activement rappelé à ses clients la nécessité de se conformer aux obligations fiscales de leurs Etats de résidence".

Société Générale ajoute par ailleurs "opérer ses activités de banque privée exclusivement dans des juridictions ayant adopté la norme d’échange automatique de renseignements élaborée par l’OCDE intitulée Common Reporting Standard, permettant aux autorités fiscales d’avoir connaissance en toute transparence des comptes financiers détenus à l’étranger par leurs contribuables, qu’ils soient détenus directement ou par le biais de sociétés patrimoniales".

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Panama Papers : le jeu trouble des banques décrypté

A la limite de la légalité, les banques sont au cœur du scandale des Panama Papers. Pourront-elles encore longtemps continuer? Pour Gunther Capelle-Blancard, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste des marchés financiers et du système bancaire, ces nouvelles...

Panama papers : les banques au cœur du scandale

Avec la publication des Panama papers, une partie du voile de la fraude fiscale s’est brutalement levée. 109 médias internationaux, dont le journal Le Monde et l’émission Cash investigation pour la France, viennent de révéler un scandale qui éclabousse représentants politiques et chefs...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Paradis fiscaux

L’optimisation fiscale pratiquée à grande échelle par les multinationales tout comme la localisation de sièges sociaux dans des paradis fiscaux sont devenus des débats économiques cruciaux. Ils portent sur la définition des paradis fiscaux tout comme sur les pays figurant sur les listes officielles.

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP

Coronavirus : les entreprises présentes dans des paradis fiscaux dans le viseur des aides d'État

Le Danemark et la Pologne ont décidé de conditionner l’accès aux aides publiques, dans le cadre de la crise du Covid-19, au paiement des impôts sur le territoire national. Les entreprises enregistrées dans les paradis fiscaux en sont donc exclues. En France, le Sénat vient d’adopter un amendement au...

Optimisation fiscale : Bruxelles veut démonter le système Ikea

La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas. Cette investigation est l'une des plus importantes lancée jusqu'ici par Bruxelles à l'encontre d'une...

Dix-sept paradis fiscaux sur la liste noire de l'Union européenne

Les 28 ministres des finances européens se sont finalement mis d’accord ce mardi 5 décembre sur une liste commune des paradis fiscaux, c’est-à-dire des États non coopératifs en matière fiscale. Les Émirats arabes unis, la Corée du Sud ou encore Panama y figurent, mais d’autres places notoires de...

Suisse, Île Maurice, Nouvelle-Calédonie... Quels pays devraient figurer sur la liste européenne des paradis fiscaux

L’Union européenne dévoilera officiellement sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre prochain. En amont, l’ONG Oxfam a établi sa propre liste, se basant sur les critères fixés par Bruxelles. 35 pays y figurent parmi lesquels la Suisse ou les Bermudes mais aussi la Nouvelle-Calédonie ou...