Publié le 23 avril 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Coronavirus : les entreprises présentes dans des paradis fiscaux dans le viseur des aides d'État

Le Danemark et la Pologne ont décidé de conditionner l’accès aux aides publiques, dans le cadre de la crise du Covid-19, au paiement des impôts sur le territoire national. Les entreprises enregistrées dans les paradis fiscaux en sont donc exclues. En France, le Sénat vient d’adopter un amendement au projet de loi de finance rectificative prévoyant le même dispositif. Bruno Le Maire a lui-même déclaré qu'une entreprise logée dans un paradis fiscal ne pourrait pas recevoir d'aides en trésorerie.

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP
Le Sénat a adopté un amendement visant à exclure les entreprises domiciliées dans les paradis fiscaux des aides publiques.
@AFP

Le Danemark et la Pologne ont été les premiers pays à lancer l’idée. Les programmes publics d’aides aux entreprises ne seront accessibles qu’aux sociétés payant des impôts dans le pays. Les grandes entreprises étant enregistrées dans des paradis fiscaux, selon la liste de l’Union européenne, sont tout simplement exclues des dispositifs.

Ces initiatives ont donné des idées aux sénateurs français issus de plusieurs groupes politiques. Ils ont voté le 22 avril un amendement au projet de loi de finances rectificative interdisant l’accès aux aides aux entreprises logées dans des paradis fiscaux. L’amendement a été adopté, reste à savoir s’il sera conservé ensuite lorsque le projet de loi passera en commission mixte paritaire. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a déclaré de son côté dans un entretien sur France Info le 23 avril au matin, qu'il allait "de soi que si une entreprise a son siège fiscal ou des filiales dans un paradis fiscal, je veux le dire avec beaucoup de force, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésorerie de l'État".

Ces conditions pour obtenir des aides puisées dans le budget de l’État sont somme toute assez logiques. Si les entreprises bénéficient des deniers publics pour rester à flot pendant la crise de Covid-19, il apparaît normal qu’elles paient des impôts dans le pays et participent à l’effort économique général. Selon les Principes pour l’investissement responsables (PRI), le paiement de la juste part d'impôt constitue d'ailleurs le meilleur moyen de réduire les inégalités.

Des plans d’aides coûteux

C’est à l’occasion de l’adoption d’une extension de son programme d’aides publiques, décidé le 18 avril, que le Danemark a adopté cette mesure. Les entreprises pourront désormais recourir aux aides financières jusqu’au 8 juillet. Celles-ci devraient coûter 100 milliards de couronnes danoises (plus de 13 milliards d’euros). En plus de l’interdiction liée aux paradis fiscaux, les entreprises ne pourront pas verser de dividendes, ni procéder à des programmes de rachat d’actions qui augmentent la valeur actionnariale.

En Pologne, la rallonge au plan d’aides publiques pour les entreprises annoncée début avril, atteint 100 milliards de zlotys (22 milliards d’euros). Le gouvernement polonais exclut de ses aides les entreprises prévoyant de licencier des salariés.

En France, le débat sur les conditions pour obtenir les aides d’État a été graduel. Il a porté, dans un premier temps, sur l’interdiction du versement des dividendes aux actionnaires. Puis des voix se sont élevées pour que le gouvernement demande aux entreprises aidées des garanties sur la prise en compte du changement climatique dans leur plan de relance.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Aide de 20 milliards d’euros: l'État mise sur la bonne volonté des entreprises pour être responsables

[Actualisé le 24 avril] Depuis la semaine dernière, c’est l’un des grands débats qui se joue au Parlement : plusieurs députés veulent conditionner les aides d’État liées à la crise du Covid-19 à des bonnes pratiques environnementales et sociales. L'amendement retenu demande à ce que...

Le gouvernement programme 20 milliards d’euros d’aides aux entreprises stratégiques, mais sans engagements environnementaux

Dans le cadre du deuxième projet de loi de finance rectificative, le gouvernement prévoit une enveloppe de 20 milliards d'euros pour protéger l’emploi et le savoir-faire des grandes entreprises françaises. Mais une partie d'entre elles sont de grandes émettrices de gaz à effets de serre,...

Coronavirus : le jour d'après se fera avec les Objectifs de Développement Durable (ODD)

De crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. Elle montre de façon dramatique l’interdépendance des trois piliers du développement durable : l’environnement, le social et l’économie et la nécessité de changer...

Coronavirus : associations, parlementaires et entreprises appellent les citoyens à construire le monde d’après

Alors qu'Emmanuel Macron réfléchit à un "monde d'après" plus social et table sur le "temps long" et la "résilience", les citoyens sont de plus en plus sollicités pour penser l'après Coronavirus. WWF et la Croix Rouge ont lancé la plateforme Inventons le monde d'après, plusieurs acteurs...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Paradis fiscaux

L’optimisation fiscale pratiquée à grande échelle par les multinationales tout comme la localisation de sièges sociaux dans des paradis fiscaux sont devenus des débats économiques cruciaux. Ils portent sur la définition des paradis fiscaux tout comme sur les pays figurant sur les listes officielles.

Le Sénat a rejeté le 18 novembre la loi sur le devoir de vigilance. GODONG BSIP AFP

Coronavirus : les entreprises présentes dans des paradis fiscaux dans le viseur des aides d'État

Le Danemark et la Pologne ont décidé de conditionner l’accès aux aides publiques, dans le cadre de la crise du Covid-19, au paiement des impôts sur le territoire national. Les entreprises enregistrées dans les paradis fiscaux en sont donc exclues. En France, le Sénat vient d’adopter un amendement au...

Optimisation fiscale : Bruxelles veut démonter le système Ikea

La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas. Cette investigation est l'une des plus importantes lancée jusqu'ici par Bruxelles à l'encontre d'une...

Dix-sept paradis fiscaux sur la liste noire de l'Union européenne

Les 28 ministres des finances européens se sont finalement mis d’accord ce mardi 5 décembre sur une liste commune des paradis fiscaux, c’est-à-dire des États non coopératifs en matière fiscale. Les Émirats arabes unis, la Corée du Sud ou encore Panama y figurent, mais d’autres places notoires de...

Suisse, Île Maurice, Nouvelle-Calédonie... Quels pays devraient figurer sur la liste européenne des paradis fiscaux

L’Union européenne dévoilera officiellement sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre prochain. En amont, l’ONG Oxfam a établi sa propre liste, se basant sur les critères fixés par Bruxelles. 35 pays y figurent parmi lesquels la Suisse ou les Bermudes mais aussi la Nouvelle-Calédonie ou...