Publié le 23 mars 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Kering épinglé pour un soupçon d'évasion fiscale de 2,5 milliards d'euros

Le groupe de luxe est sous le coup d’une enquête en Italie concernant 2,5 milliards d’euros d’impôts auquel il aurait échappé. C’est ce que révélait une enquête de Médiapart et confirmée par Bruno Le Maire, ministre de l'Économie. Une épine dans la réputation de l’entreprise qui affiche pourtant une posture de groupe responsable.

François-Henri Pinault, le patron de Kering lors de la présentation des résultats annuels du groupe en février 2018.
PATRICK KOVARIK / AFP

Entre 2002 et 2017, Kering aurait économisé 2,5 milliards d’impôts via sa plate-forme de logistique et de distribution LGI basée en Suisse. Depuis 2009, cela concernerait 1,4 milliard pour sa marque Gucci et 180 millions pour Yves Saint Laurent. Selon le site Médiapart qui a révélé l’affaire vendredi 16 mars, le préjudice fiscal concerne essentiellement l’Italie, mais affecte également la France et le Royaume-Uni.

"Des documents confidentiels obtenus par Mediapart, et transmis au réseau de médias European Investigative Collaborations (EIC), montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’une affaire Gucci mais d’une affaire Kering, plus colossale encore. (…) C’est la plus grosse affaire d’évasion fiscale présumée mise au jour pour une entreprise française, et l’une des plus importantes au niveau européen", assure le site d’investigation.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a tenu à s'exprimer sur l'affaire. Une enquête est en cours en Italie, mais aucune n’est encore ouverte en France, a-t-il assuré. Il précise sur France Inter qu'"il y a une enquête en cours et l'enquête ira jusqu'au bout (...) Le principe de justice fiscale sera défendu dans ce cas-là comme dans tout les autres cas".

Kering dément

Dans un courriel transmis à Reuters vendredi, Kering fait savoir que "le groupe s'acquitte en Suisse des impôts dus, en conformité avec la loi et le statut fiscal de la société". Avant de préciser que "ce modèle d'exploitation est connu des autorités fiscales françaises et des autres autorités fiscales compétentes".

En janvier dernier, le groupe avait déjà démenti une information de Médiapart présentant la résidence fiscale helvétique du PDG de Gucci, Marco Bizzarri, comme "une réalité douteuse". Gucci, qui est la principale source de profits de Kering, est sous le coup d’une enquête du parquet de Milan depuis novembre 2017 pour des soupçons d'évasion fiscale, rappelle l’agence de presse Reuters.

Si les faits étaient avérés, le coup pourrait être dur pour Kering qui s’est fortement positionné sur les questions de responsabilité sociétale (RSE) à travers des actions environnementales et sociales concernant sa chaîne d’approvisionnement.

Béatrice Héraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Optimisation fiscale

Des entreprises multinationales choisissent de localiser artificiellement leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité leur est la plus favorable, plutôt que dans les pays où elles créent de la valeur. Ces pratiques d’optimisation fiscale agressive, souvent à la limite de la légalité, sont sévèrement jugées par les opinions publiques du monde entier et de plus en plus combattues par les États.

En 2018, 60 multinationales américaines n’ont pas payé d’impôt aux États-Unis

La réforme fiscale américaine de 2017 leur a facilité la vie. Un rapport de l’Institute on taxation and economic policy montre que les grandes entreprises américaines du Fortune 500 ont largement profité de la réforme fiscale voulue par Donald Trump pour réduire leur impôt à zéro. Sans pour autant...

[Décryptage] Rémunérations excessives et optimisation fiscale : le début de la fin ?

En renonçant à son parachute doré Emmanuel Faber, le PDG de Danone, a ouvert un débat qu’Emmanuel Macron a soigneusement évité lors de sa conférence de presse, celui de la finalité de l’accumulation de richesses. L’envol des rémunérations des dirigeants des grands groupes multinationaux creusent...

Bruno Le Maire lance sa taxe Gafa pour mettre la pression sur la communauté internationale

Bruno Le Maire présente en conseil des ministres son projet de loi sur la taxation des géants du numérique, fixée à 3 % du chiffre d'affaires. Il espère que la position de la France fera bouger le reste de la communauté internationale. À commencer par ses homologues européens, qu'il espère...

Condamnation record d’UBS : les petits arrangements des banques avec la fiscalité ne sont plus à l’abri

Le spécialiste suisse de la gestion de fortune a écopé d’une amende record de 3,7 milliards d’euros pour avoir facilité l’évasion fiscale de contribuables français. Cette décision de la chambre correctionnelle du tribunal de Paris marque l’attitude plus ferme de l’État français vis-à-vis de...