Publié le 09 janvier 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Evasion fiscale : les "faucheurs de chaises" devant la justice

C’est inédit. Pour la première fois un "faucheur de chaise" est poursuivi en justice. Jonathan Palais est accusé d’avoir volé une chaise dans une des agences de BNP Paribas. Il voulait dénoncer "les pratiques d’évasion fiscale de la banque". Celle-ci nie toutes ces accusations et réclame un euro symbolique de dommages-intérêts.

John Palais, militant de Bizi jugé le 9 janvier pour vol en réunion, n'est pas venu seul au tribunal de DAX.
IROZ GAIZKA / STR / AFP

"Ce ne sont pas les faucheurs de chaises qu’il faut juger, c’est l’évasion fiscale en bande organisée !". C'est sous ce cri de ralliement des "faucheurs de chaises", que s'est ouvert ce lundi 9 janvier le premier procès de l'un des leurs.

Jonathan Palais, militant de l’ONG Bizi, est poursuivi par BNP Paribas pour avoir volé une chaise dans une succursale parisienne de la banque, le 19 octobre 2015. Il risque 75 000 euros d’amende et 5 années d’emprisonnement. La décision a été mise en délibéré jusqu’au 23 janvier prochain mais le parquet a requis une "dispense de peine".

 

Mettre en lumière l’évasion fiscale

 

Pour l’occasion, des centaines de militants, d’hommes et de femmes politiques dont Benoît Hamon, Pierre Larrouturou et José Bové s’étaient réunis à Dax, lieu du procès. Ils sont venus soutenir les "faucheurs de chaises" qui ont fait de la lutte contre l’évasion fiscale leur principal combat depuis février 2015.

"Le but est simple : mettre en lumière les procès des évasions fiscales", explique Florent Compain, président des Amis de La Terre, lui aussi accusé de "vol en réunion" par la banque. Le procès, largement médiatisé, s’est "transformé en procès de BNP", se réjouit-il. "Nos actions sont non-violentes et symboliques. L’argent de l’évasion fiscale peut servir à la transition écologique et sociale. Il faut que nous le récupérions".

 

 

"Intrusion à caractère offensant"

 

BNP Paribas, de son côté, nie toutes accusations d’évasion fiscale. La banque affirme n'être présente dans aucun pays de la liste des paradis fiscaux établie par l’OCDE, qui constitue la référence en la matière. 

La banque réclame 1 € symbolique de réparation. BNP affirme également ne pas avoir porté plainte pour le vol de chaise mais, officiellement, pour "l’intrusion à caractère offensant et violent à l’encontre des clients et collaborateurs qui travaillent en agence". Et l'établissement bancaire de réclamer une "discussion sereine" sur le sujet.

 

Un dialogue de sourd

 

Une sérénité qui ne semble pas de mise. BNP a promis de porter plainte à chaque intrusion. Les Amis de La Terre et autres associations réclament "l’arrêt des poursuites" contre leurs militants.

Le dialogue de sourd se conclura donc au tribunal. Le 11 avril prochain débutera le procès de Florent Compain. Il espère "une relaxe" mais surtout une prise de conscience des citoyens. "La mobilisation d’aujourd’hui montre bien que les citoyens s’emparent du sujet. Ils veulent des réponses"

Marina Fabre
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Optimisation fiscale

Des entreprises multinationales choisissent de localiser artificiellement leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité leur est la plus favorable, plutôt que dans les pays où elles créent de la valeur. Ces pratiques d’optimisation fiscale agressive, souvent à la limite de la légalité, sont sévèrement jugées par les opinions publiques du monde entier et de plus en plus combattues par les États.

Amazon microsoft apple

Amazon ne paie pas assez d'impôts malgré ses profits records : une pratique de plus en plus contestée

Amazon est devenu spécialiste dans l’art de tirer profit des lois fiscales, estime une ONG américaine. En 2021, le géant du numérique a réalisé des résultats financiers records, avec près de 35 milliards de dollars de bénéfices, mais n’a payé qu’une faible part d’impôt. Des voix commencent toutefois...

Pandora Papers : Malgré le sursaut réglementaire, l'évasion fiscale reste massive

Le Consortium international de journalistes d’investigation a dévoilé sa nouvelle grande enquête sur l’évasion fiscale. Plus de 300 hommes et femmes détenteurs de l’autorité publique y sont épinglés pour leurs pratiques pour échapper à l’impôt. L’enquête montre également que, malgré les nouvelles...

Gafa : la taxe sur le numérique a rapporté 375 millions d’euros

L’administration fiscale a perçu 375 millions d’euros de la part des grandes entreprises du numérique, du fait de la taxe Gafa. Créée en 2019, celle-ci visait à lutter contre l’optimisation fiscale agressive réalisée par les géants du net. Elle devrait cependant disparaître dans quelques années, les...

OECD Headquarters Paris OECD

Les grandes multinationales ne pourront plus échapper à l'impôt suite à un accord historique mondial

Les grandes multinationales, dont les géants du numérique, ne devraient plus pouvoir échapper à l’impôt. Un accord entre 130 pays de l’OCDE vient d’être conclu pour mieux répartir la taxation sur les bénéfices de ces entreprises et fixer un impôt sur les sociétés mondiale de 15 %, de quoi permettre...