Publié le 27 avril 2021

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

La rémunération des PDG du CAC 40 encore trop faiblement indexée sur le climat, selon Oxfam

Tous les grands groupes de l’indice phare français affichent des ambitions de stratégies à long terme sur le climat. Mais selon Oxfam, cela rentre en contradiction avec les rémunérations des dirigeants trop indexées sur des critères financiers à court terme. Dans une étude, l’ONG montre que la part liée à un objectif climatique est très faible.

Remuneration CAC40 oxfam Oxfam
Oxfam demande à ce que la rémunération des dirigeants ne soit pas indexée à plus de 50 % sur des données financières.
@Oxfam

La rémunération des PDG du CAC 40 reste encore trop faiblement indexée - à hauteur de moins de 10 % - sur des objectifs non financiers, notamment climatiques, affirme l'ONG Oxfam dans une étude publiée mardi 27 avril. Alors qu'un patron de l'indice vedette de la Bourse de Paris a gagné en 2019 en moyenne 5,5 millions d'euros, "plus de 67% de cette rémunération était basée sur l'atteinte d'objectifs financiers à court terme. A contrario, seulement 9 % de cette rémunération était lié à un objectif non financier de long terme", selon l'ONG. Encore que ce critère soit souvent trop vague : il n'est mesurable que dans seulement 5% des rémunérations passées au crible.

La part des objectifs financiers est la plus élevée chez Dassault Systèmes (93 %), Sanofi (84 %) et Teleperformance (78 %). Or, pour Oxfam, cette disproportion conduit à "un désalignement des intérêts des PDG avec la responsabilité qui leur est confiée : il leur est demandé de conduire une stratégie à long terme, mais ils sont essentiellement rémunérés sur la base d'indicateurs de court terme".

Si treize entreprises du CAC 40 font figure de bons élèves en indexant une partie de la rémunération de leur PDG à un objectif climatique dédié (comme la réduction des émissions de CO2), ces objectifs représentent en moyenne à peine plus de 3,5 % de leur rémunération. Il s'agit d'Alstom, BNP Paribas, Capgemini, Carrefour, Danone, Hermès, Stellantis, Saint-Gobain, Schneider Electric, Société Générale, Total, Veolia et Vinci.

Manque d’encadrement

Dans le cas de Total, à peine 2 % de la rémunération de son PDG est associée à des objectifs de réduction des émissions de CO2, affirme Oxfam. "Notre étude met en lumière un énorme problème systémique qui nécessite une régulation publique. Malgré des discussions ouvertes lors de la loi Pacte en 2018, il n'existe aucun encadrement des critères de rémunération des dirigeants de grandes entreprises, faute de volonté politique", a commenté Quentin Parrinello, responsable de plaidoyer d'Oxfam France, cité dans le communiqué.

Il plaide pour que les critères financiers ne représentent pas plus de la moitié de la rémunération totale, au moment où une "directive européenne sur la gouvernance durable des entreprises" doit être discutée dans les prochains mois au Parlement européen.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Remuneration CAC40 oxfam Oxfam

La rémunération des PDG du CAC 40 encore trop faiblement indexée sur le climat, selon Oxfam

Tous les grands groupes de l’indice phare français affichent des ambitions de stratégies à long terme sur le climat. Mais selon Oxfam, cela rentre en contradiction avec les rémunérations des dirigeants trop indexées sur des critères financiers à court terme. Dans une étude, l’ONG montre que la part...

Danone perd sa direction monolithique et fait progresser la gouvernance partagée

Emmanuel Faber, le PDG de Danone, était la cible de fonds activistes actionnaires de l’entreprise française. Ils demandaient sa tête mais lors d’un conseil d’administration organisé le 1er mars 2021, ils n’ont obtenu que la séparation des fonctions de direction. Dans quelques mois, Emmanuel Faber ne...

Danone : le grand écart entre "raison d’être" et "réussite économique" coûte cher au PDG Emmanuel Faber

La chasse au PDG emblématique de Danone Emmanuel Faber est ouverte par ses actionnaires et les fonds activistes inquiétés par les mauvais résultats financiers de l’entreprise. Ils demandent son départ lançant ainsi une énième bataille médiatisée entre profits à court terme et stratégie basée sur une...

La fin des conglomerats metamorworks

[Édito] "Too big to manage", la fin des conglomérats

"Trop grand pour être managé", les conglomérats industriels géants qui ont fait la puissance de nations occidentales vivent des heures difficiles. Devenus des entités tentaculaires, tous passent depuis quelques années au peigne fins leurs actifs afin de savoir ce qui est réellement stratégique. La...