Publié le 26 mars 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Chiffrées à 14 millions d’euros, les indemnités de départ du Président de TechnipFMC soulèvent la colère de Bercy

Deux ans après sa fusion avec l’américain FMC, le parapétrolier français Technip voit partir son patron Thierry Pilenko. Il quittera l’entreprise avec 14 millions d’euros, une somme considérable alors que TechnipFMC vient d’enregistrer ses pires pertes. Pour Bruno le Maire, cette "prime" est inacceptable.

Thierry Pilenko, Président de TechnipFMC, quittera l'entreprise le 1er mai prochain.
@FrancoisGuillot-AFP

L’annonce de TechnipFMC fait grincer des dents à Bercy et au Medef. Le Président du groupe franco-américain TechnipFMC, Thierry Pilenko, va quitter l’entreprise le 1er mai prochain. À cette occasion, celui qui a fait les beaux jours de Technip, lorsque le parapétrolier était encore français, va toucher un paquet global de 14 millions d'euros. Cela sans compter un salaire de 2,5 millions d'euros au titre de l’exercice 2018 et la clôture d’un régime de retraite chapeau de 1,95 million d'euros.

S’étant saisi du sujet, le Haut Comité du gouvernement d'entreprise (HCGE), gardien du respect du code Afep-Medef sur la rémunération des hauts dirigeants, s'est déclaré incompétent. Dans un communiqué, il explique que "TechnipFMC, société de droit britannique, ne se réfère pas à ce code et, par conséquent, se situe hors de son domaine de compétence". En effet, le Français Technip a fusionné en janvier 2017 avec l’américain FMC. Thierry Pilenko en avait conservé la présidence mais le siège social de la nouvelle entité a été déplacé à Londres.

Prime à l’échec pour le Medef

Ce sujet hérisse le gouvernement, d’autant plus que l’État est actionnaire à hauteur de 5,5 % du groupe parapétrolier, via BPIFrance. L’annonce tombe mal alors que TechnipFMC vient d’enregistrer son pire résultat de son histoire en 2018 avec une perte de 1,9 milliard d’euros. "Quand on laisse des pertes derrière soi, on ne part pas avec des primes. C'est inacceptable, c'est intolérable", assure Bruno Le Maire.

De son côté, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a jugé "totalement inacceptable" le versement de ces fortes indemnités. Il explique que "si les faits décrits sont exacts, c'est une prime à l'échec". Pour la société de Conseil et d’analyse Proxinvest, qui avait déjà dénoncé les niveaux de rémunérations de dirigeants du groupe, "avec l'annonce des 15 millions d’euros de départ de Thierry Pilenko, la société de droit anglais TechnipFMC mérite d'être exclu du CAC40".

Entacher la réputation de tous

Contacté par l'AFP, TechnipFMC a justifié les émoluments de son futur ex-président, âgé de 61 ans, en évoquant une rémunération liée au travail accompli à la tête de Tecnhip depuis plusieurs années, et non une "prime de départ". L'indemnité versée "respecte les recommandations du code Afep-Medef", a-t-il insisté.

"Au-delà des codes, au-delà des règles, au-delà des décisions que nous prendrons, c'est à chaque chef d'entreprise de s'interroger sur son comportement, car le comportement d'un seul peut hélas entacher la réputation de tous", rétorque Bruno Le Maire. Cette nouvelle polémique sur la rémunération des grands patrons remet en cause l’efficacité du code Afep-Medef, instauré en 1995 et jugé trop peu contraignant.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Sophie Bellon Presidente de Sodexo Sodexo

Coronavirus : ces grands dirigeants qui réduisent leur salaire "par solidarité" avec leurs salariés

La crise du Coronavirus ne ressemble pas aux autres. Pour la première fois, nous assistons à un mouvement massif de baisse volontaire des salaires des grands dirigeants d’entreprises par solidarité avec leurs salariés, que leur société ait bénéficié ou non des aides d’État. Même au pire de la crise...

Luca DE MEO Renault

Luca de Meo, le nouveau patron de Renault, sera mieux payé que Carlos Ghosn

Le prochain directeur général de Renault devrait être mieux payé que ses prédécesseurs. Sa rémunération pourrait atteindre six millions d’euros par an en fonction de la performance du groupe, soit plus d’1 million d’euros de plus que Carlos Ghosn. Un niveau de salaire qui risque de faire grincer des...

Tidjane Thiam Credit Suisse Michael Buholzer AFP

Le Crédit Suisse perd son dirigeant emblématique sur fond d’espionnage et de crise climatique

Tidjane Thiam, directeur général de Crédit Suisse, vient d'annoncer sa démission. Malgré des résultats historiques, les affaires d'espionnage auprès d'anciens membres de la banque et de l'ONG Greenpeace, ont poussé le polytechnicien franco-sénégalais vers la sortie. Les ONG environnementales...

Clamadieu Kocher Engie PerrePermon AFP

Engie : l’éviction d’Isabelle Kocher illustre la résilience du modèle de gouvernance en France

Après quatre ans à la tête d’Engie, Isabelle Kocher n'a pas été renouvelée à son poste de directrice générale. Son éviction est une nouvelle démonstration du violent affrontement entre deux mondes, celui de la transition énergétique à marche forcée incarnée par une femme à la notoriété...