Publié le 26 mars 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Chiffrées à 14 millions d’euros, les indemnités de départ du Président de TechnipFMC soulèvent la colère de Bercy

Deux ans après sa fusion avec l’américain FMC, le parapétrolier français Technip voit partir son patron Thierry Pilenko. Il quittera l’entreprise avec 14 millions d’euros, une somme considérable alors que TechnipFMC vient d’enregistrer ses pires pertes. Pour Bruno le Maire, cette "prime" est inacceptable.

Thierry Pilenko, Président de TechnipFMC, quittera l'entreprise le 1er mai prochain.
@FrancoisGuillot-AFP

L’annonce de TechnipFMC fait grincer des dents à Bercy et au Medef. Le Président du groupe franco-américain TechnipFMC, Thierry Pilenko, va quitter l’entreprise le 1er mai prochain. À cette occasion, celui qui a fait les beaux jours de Technip, lorsque le parapétrolier était encore français, va toucher un paquet global de 14 millions d'euros. Cela sans compter un salaire de 2,5 millions d'euros au titre de l’exercice 2018 et la clôture d’un régime de retraite chapeau de 1,95 million d'euros.

S’étant saisi du sujet, le Haut Comité du gouvernement d'entreprise (HCGE), gardien du respect du code Afep-Medef sur la rémunération des hauts dirigeants, s'est déclaré incompétent. Dans un communiqué, il explique que "TechnipFMC, société de droit britannique, ne se réfère pas à ce code et, par conséquent, se situe hors de son domaine de compétence". En effet, le Français Technip a fusionné en janvier 2017 avec l’américain FMC. Thierry Pilenko en avait conservé la présidence mais le siège social de la nouvelle entité a été déplacé à Londres.

Prime à l’échec pour le Medef

Ce sujet hérisse le gouvernement, d’autant plus que l’État est actionnaire à hauteur de 5,5 % du groupe parapétrolier, via BPIFrance. L’annonce tombe mal alors que TechnipFMC vient d’enregistrer son pire résultat de son histoire en 2018 avec une perte de 1,9 milliard d’euros. "Quand on laisse des pertes derrière soi, on ne part pas avec des primes. C'est inacceptable, c'est intolérable", assure Bruno Le Maire.

De son côté, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a jugé "totalement inacceptable" le versement de ces fortes indemnités. Il explique que "si les faits décrits sont exacts, c'est une prime à l'échec". Pour la société de Conseil et d’analyse Proxinvest, qui avait déjà dénoncé les niveaux de rémunérations de dirigeants du groupe, "avec l'annonce des 15 millions d’euros de départ de Thierry Pilenko, la société de droit anglais TechnipFMC mérite d'être exclu du CAC40".

Entacher la réputation de tous

Contacté par l'AFP, TechnipFMC a justifié les émoluments de son futur ex-président, âgé de 61 ans, en évoquant une rémunération liée au travail accompli à la tête de Tecnhip depuis plusieurs années, et non une "prime de départ". L'indemnité versée "respecte les recommandations du code Afep-Medef", a-t-il insisté.

"Au-delà des codes, au-delà des règles, au-delà des décisions que nous prendrons, c'est à chaque chef d'entreprise de s'interroger sur son comportement, car le comportement d'un seul peut hélas entacher la réputation de tous", rétorque Bruno Le Maire. Cette nouvelle polémique sur la rémunération des grands patrons remet en cause l’efficacité du code Afep-Medef, instauré en 1995 et jugé trop peu contraignant.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

La fin des conglomerats metamorworks

[Édito] "Too big to manage", la fin des conglomérats

"Trop grand pour être managé", les conglomérats industriels géants qui ont fait la puissance de nations occidentales vivent des heures difficiles. Devenus des entités tentaculaires, tous passent depuis quelques années au peigne fins leurs actifs afin de savoir ce qui est réellement stratégique. La...

Neymar PSG football PSG

PSG-Leipzig : l’argent du Qatar contre celui de Red Bull en demi-finale de la Ligue des Champions

Ce soir la demi-finale de la Ligue des Champions est un match de football qui devrait réjouir tous les amateurs privés longtemps de ce spectacle à suspens. Mais c’est aussi un affrontement économique de haut vol entre deux clubs qui n’ont pas les mêmes circuits de financement. Choc entre deux...

Total siege

EDF, Renault, Total… Les pertes abyssales des grands groupes français au premier semestre illustrent la gravité de la crise

Le premier semestre 2020 a mis à mal une partie des plus grands groupes français. L’arrêt de l’économie mondiale les a fait plonger dans le rouge. Jeudi 30 juillet, à l’occasion de l’annonce des résultats de mi-année, trois d’entre eux, EDF, Renault et Total, ont donné une idée de l’ampleur de la...

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...