Publié le 02 janvier 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Édito] Carlos Ghosn, l’anti rôle modèle

Lundi 30 décembre, Carlos Ghosn, l'ancien PDG de l'alliance Renault-Nissan, a fui le Japon pour rejoindre le Liban, via un passage par la Turquie. Dans son pays d'origine, il devrait échapper à la justice nippone qui le poursuit pour fraude fiscale et malversations financières. Initialement modèle de réussite et moteur pour son industrie, le patron est devenu le symbole des risques d'une gouvernance sans vrais garde-fous. 

Csm Carlos Ghosn Londres 2016 dddba1734c
Carlos Ghosn a fui le Japon où il était gardé en résidence surveillée.
@afp

Il y a un an, le grand déballage sur les dérives de Carlos Ghosn mettait à mal le mythe du PDG tout puissant rémunéré comme le roi-soleil d’un groupe automobile Renault Nissan dont il était la figure emblématique. Devenu un cas d’école, ce scandale permettait de rappeler que le respect d’un minimum de règles de gouvernance est indispensable à la pérennité d’une entreprise.

Avec sa fuite rocambolesque, Carlos Ghosn franchit un nouveau pas et devient en quelque sorte l’anti rôle modèle. Initialement citoyen du monde avec plusieurs nationalités, dont celle de son pays d’origine le Liban, et grand patron visionnaire qui a parié avant tout le monde sur la voiture électrique, il est aujourd’hui un paria de luxe en fuite pour échapper à son procès au Japon. Il était le symbole de la réussite mondiale pour sa nation qu’il transforme ainsi en refuge pour prisonnier à grosses fortunes en fuite. Ce, au moment où le peuple libanais est en dans la rue pour en finir avec des régimes corrompus et népotiques.

Des garde-fous qui ne fonctionnent pas

Mais la chute de Carlos Ghosn est aussi celle du mythe de l’homme providentiel, ce PDG qui mériterait une rémunération astronomique au prétexte que sans lui tout s’effondre et dont le conseil d’administration avalisait les oukases. On en vient à s’interroger sur tous ces garde-fous qui ne fonctionnent pas. Carlos Ghosn dirigeait un grand groupe international dont l’État français était actionnaire. Malgré les votes de défiance des actionnaires sur les montants astronomiques de sa rémunération, c’est le Japon qui a mis fin à cette situation à haut risque.

Pourtant la bonne gouvernance est la clef d’un système qui fonctionne, rappelle la spécialiste Viviane de Beaufort, professeure à l’ESSEC et Directrice de Centre Européen de Droit Économique (CEDE). "Tout cela est révélateur d’un mal beaucoup plus profond. Si, sur le papier, les règles s’améliorent, en pratique la culture du chef tout-puissant empêche le conseil d’administration de jouer son rôle et d’exercer ses responsabilités. Les administrateurs doivent questionner et challenger le dirigeant. Visiblement ce n’était pas le cas mais Renault-Nissan est loin d’être un cas isolé", décrit-elle.

Dans une époque aussi compliquée que la nôtre, il serait bon de revoir le modèle du dirigeant masculin tout puissant et de mettre en place des gouvernances où la concertation et la diversité sont les deux principes de base. En début d’année on peut toujours rêver !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...

Hertz JC Penney Flybe faillite

Hertz, JC Penney, Flybe… Cinq entreprises en faillite révélatrices d’un modèle à bout de souffle

Elles représentent des secteurs divers comme le tourisme, la mode, l’aviation… Elles ont toutes fait faillite en plein Covid-19. Si la crise sanitaire leur a porté le coup de grâce, elle a surtout révélé la fragilité de leur modèle économique, basé sur une financiarisation à l’extrême et un...

Elon Musk pourrait toucher ses premiers revenus de Tesla, calculés à 775 millions de dollars

Le dirigeant de Tesla pourrait faire une belle plus-value. Selon le programme de rémunération signé en 2018, il peut prétendre à l’achat de 1,69 million d’actions du constructeur de voitures électriques à un prix bien inférieur au marché. Et empocher près de 775 millions de dollars au passage. Cette...

Clotidle Debos Jean Dominioque Senard Renault EricPiermont AFP

Plan d’économies chez Renault : entre crise de gouvernance et impasse stratégique

Renault est au plus mal. Ses ambitions dans la voiture électrique n’ont pas été atteintes et la crise du Covid-19 aggrave la situation. L’entreprise va se séparer de 8 % de ses 180 000 salariés. Cela touchera 4 600 emplois en France et une usine va fermer. Un plan massif alors que le groupe est en...