Publié le 28 février 2019

FINANCE DURABLE

Les catastrophes naturelles tapent dans les profits des assureurs

Les compagnies d’assurance et de réassurance ont presque toutes vu leurs résultats financiers impactés par les nombreuses catastrophes naturelles en 2018. L’augmentation des pertes économiques liées aux événements climatiques commence à inquiéter les assureurs. Mais pas à court terme.

OuraganMichael Floride Brandon Perdue 2
Les ouragans Michael (photo) et Florence aux Etats-Unis ont été les catastrophes naturelles les plus coûteuses en 2018.
@Brandon Perdue

La note est salée pour les compagnies d’assurance. Le coût des catastrophes naturelles qui se sont succédé aux troisième et quatrième trimestres 2018 a sévèrement entaillé leurs profits, Axa en tête. Le premier assureur français a vu son résultat net chuter de 66 %, à 2,1 milliards d’euros, en partie à cause des indemnisations liées aux événements naturels. Celles-ci lui ont coûté deux milliards d’euros sur l’année 2018, sa filiale américaine ayant été particulièrement touchée. Les feux de forêt en Californie et l’ouragan Michael lui ont respectivement coûté 335 et 261 millions d’euros.

Les autres entreprises du secteur n’affichent pas meilleure mine. Les annonces des résultats financiers s’enchaînent avec, toutes, le même message sur l’impact négatif de la succession de catastrophes naturelles en 2018. Le réassureur français Scor annonce ainsi un impact de 657 millions d’euros sur ses comptes, citant notamment les typhons en Asie, les ouragans aux Etats-Unis et les feux en Californie. Son concurrent Swiss Re chiffre le coût des catastrophes à 2,2 milliards de dollars. L’assureur américain AIG, qui affiche des comptes dans le rouge au quatrième trimestre 2018, annonce un coût de 798 millions de dollars.

Des pertes économiques à plus de 200 milliards de dollars

Cette situation, l’industrie de l’assurance va sans doute devoir s’y habituer. La fréquence des catastrophes naturelles a tendance à augmenter et les coûts suivent. Selon le rapport annuel sur les catastrophes naturelles dans le monde publié fin janvier 2019 par le courtier Aon, les pertes économiques se sont élevées à 225 milliards de dollars dans le monde en 2018, dont 90 milliards de dollars de dégâts assurés.

Des chiffres en net recul par rapport à l’année 2017, parmi les plus élevés en termes de pertes économiques (450 milliards de dollars) et de dégâts indemnisés (147 milliards de dollars) en raison notamment de trois ouragans majeurs ayant chacun dépassé les 20 milliards de dollars de coûts assurés. Un recul qu’Aon nuance aussitôt. "Le total de 225 milliards de dollars marque la troisième année consécutive de pertes liées aux catastrophes dépassant le seuil des 200 milliards de dollars et c’était la dixième fois depuis l’an 2000", souligne le courtier dans son rapport. Le rapport remarque également que l’année 2018 était la quatrième année la plus chaude depuis 1880, les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées s’étant produites… ces cinq dernières années.

Le risque climatique préoccupant à moyen terme

Les compagnies d’assurance commencent à s’alarmer de ces chiffres. Elles sont de plus en plus nombreuses à désinvestir progressivement du charbon. Selon le dernier baromètre des risques émergents de la Fédération française de l’assurance (FFA), paru en février 2019, les sociétés d’assurance placent le réchauffement climatique en deuxième position des risques les plus élevés, mais seulement à horizon 5 ans.

A plus court terme, il a en revanche tendance à perdre en intensité. Alors qu’il était au deuxième rang de leurs préoccupations à horizon un an en 2018, il n’est plus qu’en cinquième position en 2019, devancé notamment par la cybercriminalité et les tensions sociales.

Un équilibre fragile

A leur décharge, jusqu’ici tout va (encore) bien pour l’industrie de l’assurance. Les mécanismes de réassurance (l’assurance des assureurs) demeurent suffisamment capitalisés, avec près de 600 milliards de dollars à disposition, pour absorber des coûts économiques liés aux catastrophes naturelles. Les compagnies d’assurance, malgré l’impact négatif de ces événements, ont ainsi globalement réussi à conserver des comptes dans le vert en 2018 en diversifiant leurs risques. Seules les plus petites compagnies ont réellement souffert.

L’équilibre ne tiendra toutefois qu’à condition que les événements de grande ampleur, dépassant les 25 milliards de dollars de pertes économiques et 15 milliards de dollars de dégâts assurés, ne s’enchaînent pas de manière trop rapprochée. Quelques années consécutives au même niveau que 2017 pourraient commencer à poser problème.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En 20 ans, le coût des catastrophes naturelles a crû de 1 600 milliards de dollars… et la France est très impactée

L’ONU a comparé le coût économique des catastrophes naturelles depuis 20 ans aux deux décennies précédentes. Alors que celui-ci a été multiplié par 2,5, le rapport montre que l’écart d’impact entre les pays riches et pays pauvres est de plus en plus important. Par ailleurs, parmi les pays...

Un fonds contre les catastrophes naturelles lancé par la Banque Mondiale

La Banque mondiale a lancé un nouveau fonds de 150 millions de dollars pour aider à assurer les pays exposés aux risques de catastrophes naturelles provoquées par le changement climatique. Cette annonce fait suite à une série de catastrophes naturelles partout dans le monde, dont plusieurs...

Charbon : accusés de financer RWE, BNP Paribas et Axa s'expliquent

Selon les calculs de l’ONG Les Amis de la Terre, la plus grande banque française et le géant de l’assurance continuent de financer l’énergéticien allemand RWE. Celui-ci est au cœur de la polémique depuis plusieurs mois en raison de son projet d’extension d’une mine de lignite dans la forêt...

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Parlement europeen Treehill

Finance Watch passe les élections européennes au crible de la finance responsable

Difficile pour les citoyens de faire leur choix entre les différents candidats aux élections des députés européens sur un sujet aussi technique que la finance durable. L’ONG Finance Watch leur mâche le travail en passant au crible les positions des groupes politiques présents au Parlement européen....

Abeille reine vaccin DiyanaDimitrova

Le WWF et Axa proposent une TCFD de la biodiversité pour que la finance protège la nature

L’économie mondiale dépend de la préservation de la biodiversité autant que de la lutte contre le réchauffement climatique. Le WWF et Axa ont rédigé un rapport remis au gouvernement préconisant de créer un groupe de travail, calqué sur la TCFD, pour mieux comprendre l’impact des investissements sur...

Tirelire verte creative commons

Investissement durable : les épargnants sont prêts mais pas leurs conseillers financiers

Un baromètre réalisé par Deloitte montre que les épargnants connaissent la finance durable, souhaitent y investir leur épargne mais ne bénéficient pas encore des bons conseils. Les conseillers financiers, eux, sont plus prudents et préfèrent encore miser sur la gestion traditionnelle. Au risque de...

Mine de cuivre et d or de Grasberg en Indonesie joster69

La Banque Mondiale veut concilier extraction minière et action climatique

La Banque Mondiale a lancé un fonds doté de 50 millions de dollars destiné à investir dans des sites miniers situés dans les pays en développement. Il vise à accompagner la transition énergétique en finançant l’extraction de minerais et métaux nécessaires aux énergies vertes. Il prévoit d’instaurer...