Publié le 05 juillet 2019

FINANCE DURABLE

Article 173 : seule la moitié des grands investisseurs publient des informations complètes sur leurs risques climatiques

Les investisseurs peinent encore à dévoiler leurs stratégies en matière de prise en compte des risques climatiques et ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). Le bilan dressé par les autorités publiques sur les "rapports de l’article 173" des grands acteurs financiers, une première en la matière, montre que seule la moitié des plus grands d’entre eux publie un document complet. De quoi apporter de l’eau au moulin des députés qui veulent renforcer les obligations de reporting.

Assemblee nationale hemicycle plein vue panoramique
L'Assemblée nationale a adopté en première lecture un amendement à la loi énergie-climat pour renforcer les obligations des investisseurs sur leur reporting extra-financier.
DR

C’est un bilan en demi-teinte que dresse le gouvernement sur les rapports extra-financiers publiés par les investisseurs. L’article 173 de la loi de 2015 sur la transition énergétique oblige les plus grands investisseurs à la transparence sur la manière dont ils incluent le risque climatique et les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur gestion. Mais, selon le ministère de l’Économie et des finances, le ministère de la Transition écologique et solidaire et par les deux autorités de contrôles des établissements financiers (l’ACPR pour l’assurance, l’AMF pour les sociétés de gestion), les informations communiquées par les investisseurs demeurent très disparates et, souvent, peu claires. Des constats déjà mis en lumière par les études de Novethic sur l’article 173.

Les auteurs de la première édition de ce rapport se sont principalement attachés à l’analyse des pratiques des 48 plus gros acteurs financiers. Parmi ceux-ci, seule la moitié a publié un rapport complet de leur prise en compte du risque climatique et ESG dans leurs investissements, les autres le font de manière insuffisante. Trois d’entre eux, qui ne sont pas nommés, ne publient aucune information et, malgré le principe du "comply or explain" (appliquer ou expliquer) inscrit dans la loi, ne donne aucune explication pour leur manque de transparence.

Une question de taille

Le bilan étudie également le reste des acteurs mais de manière moins poussée. Constat : plus on descend dans la taille des organismes, moins les obligations de reporting sont respectées. Selon l’ACPR, sur les 737 assureurs, réassureurs et mutuelles concernés, seuls 36 % publient des informations sur leur prise en compte des critères ESG. Ces 36 % représentent toutefois la grande majorité du marché (94 %). Pour les sociétés de gestion régulées par l’AMF, 91 % des gérants d’actifs publient des informations, dont seuls 36 % déclarent prendre en compte les critères ESG pour leurs investissements.

Le gouvernement se veut optimiste. "De plus en plus de sociétés de gestion et d’investisseurs institutionnels démontrent leur engagement à prendre en compte les externalités dans leurs politiques d’investissement, notamment en investissant dans une économie bas-carbone", expliquent les auteurs. Mais les informations ne se valent pas toutes. "La majorité des publications manque de cibles indicatives quantitatives et d’horizon temporel précis", souligne le rapport des autorités publiques. Certains acteurs, les moins engagés, se limitent à un état des lieux des risques ESG et climatiques dans leurs portefeuilles, sans véritable vision stratégique.

Les épargnants oubliés des rapports

Le particulier épargnant demeure le grand oublié de la communication des grands investisseurs qui continuent de s’adresser plutôt à un public de professionnels de l’investissement. Il était pourtant expressément visé par l’article 173, le gouvernement souhaitant mieux orienter l’épargne des Français vers des produits verts, plus favorable à la transition écologique. En plus de la qualité de leurs informations et de la mise en place d’une stratégie climat mieux définie, les gérants d’actifs vont devoir faire un véritable effort marketing s’ils veulent se faire comprendre des particuliers. D’autant que la loi Pacte va les obliger à partir de 2020, pour l’assurance-vie, à proposer des unités de compte labellisées (ISR ou Greenfin).

Le bilan mitigé des pratiques des acteurs financières repose la question du principe du "comply or explain" inscrit dans la loi de 2015, qui se voulait plus incitative que contraignante. La loi énergie et climat, encore en discussion à l’Assemblée nationale, pourrait justement revenir sur ce principe. Un amendement, défendu notamment par la députée LREM Bénédicte Peyrol et adopté en première lecture, veut renforcer la transparence des acteurs financiers et mieux définir la méthodologie à employer pour leur reporting. 

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Climate finance day activistes Eric PIERMONT AFP

Climate Finance Day (2015-2021), histoire d’une époque qui s’achève

Depuis 2015, la place financière de Paris organise un événement annuel en lien avec les COP sur le climat : le Climate Finance Day. À vocation internationale, il réunit des dirigeants de grandes institutions financières pour qu’ils y fassent des annonces sur leurs engagements de lutte contre le...

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...