Publié le 06 août 2015

ENVIRONNEMENT

Scandale du Mediator : l’État jugé responsable

La Cour administrative d’appel de Paris a confirmé, dans un arrêt rendu le 31 juillet, la responsabilité de l’État dans l’affaire du Mediator, pour avoir tardé à retirer du marché ce médicament ayant provoqué la mort de 1 800 personnes. Avec l’affaire du sang contaminé, c’est la deuxième fois que l’État est reconnu fautif dans un scandale sanitaire. Explications.

La Cour a estimé que le Mediator aurait dû être retiré du marché dix ans plus tôt.
Fred Tanneau / AFP

Il a été retiré du marché dix ans trop tard. Voilà ce qui est reproché à l'Etat français dans l'affaire du Mediator. Pendant trente ans, il a été inscrit sur des millions d’ordonnances, d’abord contre l’excès de graisses dans le sang, puis aussi et surtout pour ses propriétés de coupe-faim, provoquant par ailleurs de graves lésions des valves cardiaques. Et alors que les doutes concernant ce médicament des laboratoires Servier étaient suffisamment connus, l’État a tardé à réagir.

 

Des cas d'hypertension et de valvulopathie cardiaque détectés

 

Pour la Cour administrative d’appel de Paris, la décision de retrait du Mediator aurait dû intervenir "au plus tard" le 7 juillet 1999, et non 10 ans après. Ce jour-là, une réunion de la Commission nationale de pharmacovigilance avait évoqué la situation du benfluorex, le principe actif du Mediator. Un cas d'hypertension et un cas de valvulopathie cardiaque "imputables au benfluorex" avaient alors été signalés à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps, devenue ANSM), dépendant de l'État. En vain.

La décision de justice précise qu’il s’agit donc là "d’une faute de nature à engager la responsabilité de l'État". Par ailleurs, dans son arrêt, la Cour considère que même si les laboratoires Servier ont eu des "agissements fautifs, voire frauduleux" (plusieurs procédures pénales sont en cours), cela n'exonérait en rien la responsabilité de l’État dans cette affaire.

 

16 autres dossiers en attente

 

La Cour d’appel vient confirmer la décision en première instance du tribunal administratif. Si son arrêt du 31 juillet dernier ne concerne pour l’instant qu’une seule des victimes, la Cour d'appel doit étudier seize autres dossiers. L’État, quant à lui, peut encore se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État.

Cette décision va contribuer à alimenter le débat sur la nécessité d'avoir des experts indépendants sur des décisions aussi importantes que la mise sur le marché de médicaments. Et ce malgré l'imbrication forte entre recherche et industrie.

Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Lanceurs d’alerte : "le droit français est opaque et complexe"

Le souvenir est encore vif des scandales révélés par des lanceurs d’alerte. Irène Frachon, en France, a divulgué les graves effets secondaires du Mediator ou, aux Etats-Unis, l’informaticien Edward Snowden a dévoilé au monde entier les pratiques abusives de l’agence américaine...

Mediator : l'UFC-Que choisir et l'AFD veulent instaurer « une démocratie sanitaire »

116 plaintes ont été déposées à Paris, dont 10 concernant des décès, par le biais de l'Association des victimes de l'isoméride et du Médiator (AVIM). L'UFC-Que Choisir a également porté plainte au pénal et formule avec l'AFD (Association française des diabétiques) des propositions pour...

OGM : le lanceur d'alerte Gilles-Eric Séralini gagne son procès

La justice a rendu son verdict dans le procès en diffamation intenté par Gilles-Eric Séralini professeur de biologie moléculaire à l'Université de Caen et lanceur d'alerte sur les OGM, à Marc Fellous, président de l'Association Française des Biotechnologies Végétales, qui promeut les OGM.

Les effets cancérogènes de l'aspartame démontrés par des chercheurs italiens

Deux récentes études scientifiques pointent du doigt les risques de l'aspartame sur la santé. Le Réseau Santé Environnement tire la sonnette d'alarme et appelle les agences sanitaires à ré-évaluer les risques de cet édulcorant. Les industriels se veulent au contraire rassurants.

L'affaire du Mediator fera-t-elle enfin avancer la question des lanceurs d'alerte ?

Le scandale du Mediator a remis sur le devant de la scène le rôle des lanceurs d'alerte et la question de leur statut, largement débattus au cours du Grenelle mais resté lettre morte depuis. S'ils gagnent souvent devant les tribunaux, leur rôle et leur protection ne sont pas définis et les...

Mediator : Eva Joly et Michèle Rivasi demandent une enquête indépendante

Lors d'une conférence de presse commune, les deux députés européenes du groupe EELV ont annoncé qu'elles demandaient une enquête indépendante sur les dysfonctionnements des autorités sanitaires européennes chargées du contrôle des médicaments, et accusées d'inaction dans l'affaire du...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...

Produits chimiques test labo

Incendie de Lubrizol à Rouen : une liste de 5 253 tonnes de produits chimiques détruits à décrypter

Cinq jours après l'impressionnante explosion de l'usine Lubrizol de Rouen, la préfecture a dévoilé la liste des 5 253 tonnes de produits chimiques qui ont été détruits dans l'incendie. Pour les installations Seveso, le nom des produits stockés est en effet gardé secret en raison du risque...