Publié le 09 mars 2015

ENVIRONNEMENT

Perturbateurs endocriniens : un coût d'au moins 150 milliards d'euros pour l'Europe

150 milliards d'euros : c'est le chiffre choc d'une étude publiée le 6 mars dernier. Il s'agit du montant estimé du coût des perturbateurs endocriniens pour la société européenne. Un coût probablement en deçà de la vérité. En effet, l'incertitude liée à la difficulté de quantifier les effets sanitaires connus de ces substances chimiques a conduit les scientifiques à écarter de nombreux produits et maladies. Explications.

Photo d'illustration
iStock

Une vingtaine de chercheurs américains et européens vient d'évaluer l'impact économique des effets sanitaires des perturbateurs endocriniens : entre 150 et 260 milliards d'euros, soit entre 1,2% et 2 % du PIB européen, selon les conclusions publiées le 6 mars 2015.

Leur travail s'est basé sur les nombreuses études épidémiologiques et toxicologiques disponibles. En interférant avec les mécanismes hormonaux, les perturbateurs endocriniens sont en effet responsables de multiples pathologies (obésité, diabète, troubles neuro-comportementaux, troubles de la fertilité, cancers...). 

 

Le coût de la perte de QI

 

La somme totalise les coûts directs de la prise en charge médicale et les coûts indirects liés à la perte de productivité de la population.

Près de 85% du coût total concerne l'exposition aux organophosphorés, des produits toxiques présents dans les pesticides. Les chercheurs ont évalué le manque à gagner lié à la perte de capacité intellectuelle suite à une exposition à ces substances.

"L'évaluation du coût d'une perte de quotient intellectuel pour la société est un calcul solide. Il a déjà été utilisé pour évaluer les impacts économiques du plomb et du mercure", explique Martine Bellanger, économiste à l'EHESP (École des Hautes Études en Santé Publique) qui a participé à l'étude.

Le deuxième coût le plus important est lié aux conséquences des phtalates sur l'obésité des adultes. Viennent ensuite d'autres effets des phtalates, notamment responsables de mortalités précoces et d'une baisse de la fertilité masculine. Pour évaluer l'impact économique de cette dernière, les scientifiques ont pris en compte les coûts de la procréation médicale assistée.

Concernant le bisphénol A, interdit dans les contenants alimentaires en France depuis janviers 2015, l'étude évalue leur effets sur l'obésité infantile. Les impacts économiques liés aux effets des phtalates et du bisphénol A s'élèvent à 26 milliards d'euros.

C'est la première fois que des scientifiques se lancent dans une telle évaluation économique. Car si les effets délétères des perturbateurs endocriniens sont aujourd'hui connus, les liens de cause à effet sont difficiles à quantifier pour des maladies dont les origines peuvent être multiples.

Pour cela, les scientifiques ont appliqué une méthode déjà utilisée dans d'autres domaines, et consistant à évaluer le poids de la preuve, en particulier par l'évaluation de la diminution des maladies concernées si l'exposition à ces produits chimiques est supprimée.

 

Un chiffre sous-estimé

 

Cette méthode complexe a conduit les chercheurs à ne tenir compte que des effets les plus certains.

Le cancer des testicules n'a pas été comptabilisé par exemple, car la probabilité du lien de cause à effet était trop faible, même si la responsabilité des perturbateurs endocriniens est avérée. D'autres maladies, notamment les cancers hormono-dépendants (comme les cancers du sein ou de la prostate), ont également été écartées à cause du manque de données.

Par ailleurs, seuls quelques perturbateurs endocriniens ont été évalués, parmi les centaines qui sont aujourd'hui présents dans notre environnement. Là encore, faute de certitudes.

Ainsi, si le coût total est énorme, il est probablement en deçà de la réalité. "Le chiffre est sous-estimé", confirme le toxicologue Robert Barouki, directeur de l'unité "pharmacologie, toxicologie et signalisation cellulaire" à l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Cette évaluation économique vient donc fournir de nouveaux arguments aux partisans d'une réglementation plus sévère des perturbateurs endocriniens.

Le dossier est aujourd'hui dans les mains de la Commission européenne, qui a commandé depuis bientôt un an une évaluation de l'impact économique pour les entreprises d'une restriction de l'usage de ces produits. Le chiffrage des coûts pour la société va sans aucun doute relativiser ce dernier. 

Magali Reinert
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Feuille de route environnementale pour 2015 : priorité à la COP 21, aux transports propres et à la santé environnementale

Deux mois après la conférence environnementale de novembre, Manuel Valls a présenté la feuille de route environnementale. Destinée à guider l’action du gouvernement en la matière, elle comporte 74 mesures réparties en 3 grands objectifs: mettre la France en route vers la COP 21 sur le...

Bisphénol A : pas de danger pour les consommateurs selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a tranché. Selon elle, l’exposition au bisphénol A ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs, quel que soit leur âge. Cet avis est en contradiction complète avec l’évaluation toxicologique française, mais aussi avec la...

Maladies chroniques environnementales : quelle prise de conscience du gouvernement?

En ouverture de la conférence environnementale, François Hollande a annoncé un "siècle de l’hygiène chimique". Autrement dit, réduire l’exposition des citoyens aux substances chimiques pour endiguer l’épidémie de maladies chroniques. Si aucune mesure emblématique n’est sortie de la table...

10 ans après l’Appel de Paris, quelle prise en compte des polluants chimiques sur la santé ?

C'était en 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être...

Le conseiller scientifique du président de la Commission européenne, une cible idéale pour les lobbys industriels

A Bruxelles, le poste de conseiller scientifique en chef à la Commission européenne suscite la polémique. La grogne est portée par une trentaine d’ONG qui dénoncent le pouvoir confié à un seul expert. Qui, de plus, n’a de comptes à rendre qu’au président de la Commission.

Hôpital : du sang contaminé aux phtalates

A l’hôpital aussi, on est exposé à des substances de synthèse de l’industrie chimique. Les malades y côtoient des phtalates, un additif qui assouplit le plastique, et d’autres perturbateurs endocriniens (PE). Des études scientifiques établissent un lien entre l’exposition aux PE et la...

Nanotechnologies et santé : qui financera l’évaluation des risques ?

L’évaluation des risques liés aux nanotechnologies a du retard. Et si les experts sont unanimes sur la nécessité d’augmenter les recherches, l’ampleur de la tâche est titanesque. Des centaines de nanomatériaux différents sont déjà sur le marché français. La recherche publique consacre...

Perturbateurs endocriniens : le consensus français tranche avec le blocage européen

C’est une nouvelle manche remportée par le lobby de l’industrie chimique. Opposé à une réglementation sur les perturbateurs endocriniens, il vient d’obtenir le report d’un examen de la règlementation. Le dossier ne sera pas étudié avant l’automne et la constitution de la nouvelle...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Renard Nature CC0

Le gouvernement soumet aux citoyens un nouveau "plan santé environnement"

En pleine crise sanitaire, le gouvernement propose aux citoyens de donner leur avis sur le quatrième plan santé environnement, dont la mise en application est prévue pour 2021. Il porte par exemple sur le bien-être et la protection de la faune sauvage ou sur la présence de substances toxiques dans...

Covid 19 sante mentale iStock solarseven

[Tempête Covid] Avec l’épidémie, la santé mentale des populations mise à l’épreuve

Plus de six mois après le pic de l’épidémie de Covid-19 on commence à connaître les effets physiques de la maladie. Mais les professionnels de santé alertent aujourd’hui sur des conséquences moins visibles sur le psychisme. Et les séquelles sont loin de se présenter chez les seuls malades du virus....

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...