Publié le 18 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

La Tanzanie s'apprête à construire une centrale hydraulique en plein coeur d'une réserve classée

En Tanzanie, le gouvernement vient de donner son feu vert à la construction d'une centrale hydroélectrique en plein coeur d'une réserve classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Un projet qui menace des espèces comme les éléphants ou les rhinocéros et risque de mettre en danger 200 000 personnes. Mais que le gouvernement juge indispensable, quand un tiers de la population du pays n'a toujours pas accès à l'électricité. 

La réserve de Selous abrite notamment des éléphants.
@Panii/Wikipédia

C'est le genre de terribles dilemmes auxquels vont être de plus en plus confrontés les pays en développement. Alors qu'un tiers seulement de la population en Tanzanie a accès à l'électricité, le gouvernement vient de donner son feu vert à la construction d'une grande centrale hydraulique en plein coeur d'une réserve classée au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Le président tanzanien, John Magufuli, surnommé "le bulldozer", a signé en décembre un accord de trois milliards de dollars pour la construction d'une centrale hydroélectrique de 2 100 MW, dans la réserve de Selous, l'une des plus connues de l'Afrique de l'Est. Et ce, malgré les critiques des environnementalistes.

200 000 personnes en danger

Ce projet doit doubler la capacité énergétique du pays. Selon l'ONU, seulement 2 % de la population rurale et 39 % de la population urbaine ont accès à l‘électricité. Il s'agit aussi d'en exporter une partie vers les pays voisins.

Mais les défenseurs de l'environnement préviennent qu'il va détruire l'habitat de la faune et mettre en danger les moyens de subsistance de quelque 200 000 personnes - y compris des agriculteurs et des pêcheurs - vivant en aval du barrage proposé. L'Unesco a plusieurs fois réclamé l'annulation de ce projet. La réserve de Selous abrite une grande variété d'espèces animales, notamment les éléphants et les rhinocéros, dont la population a déjà diminué en raison du braconnage intensif.

Dans son allocution, le chef de l'Etat tanzanien a rejeté les affirmations selon lesquelles le barrage aura un impact négatif sur l'environnement et a réaffirmé que son pays comptait sur cette installation pour son développement industriel. "Nous sommes déterminés à renforcer le développement de notre économie. Il nous faut de l'électricité sûre, suffisante. Nous ne reculerons pas", a déclaré John Magufuli.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Brésil : le barrage de Jirau en Amazonie est-il aussi "vert" que GDF Suez le dit ?

Située près de la frontière bolivienne au Brésil, l’usine hydroélectrique de Jirau en cours de construction fait débat. D’un côté, GDF Suez la présente comme un projet vert. De l’autre, les associations environnementales dénoncent les impacts négatifs sur l’environnement et s’interrogent...

Guyane : le barrage favorise l'intoxication au mercure

L'un des plus gros barrages de France a été construit en Guyane, en 1994, pour alimenter la base aérospatiale de Kourou. La forêt tropicale immergée dans le bassin de rétention s'est dégradée, privant l'eau de son oxygène sur 25 mètres de profondeur. Les chercheurs du CNRS ont découvert...

La Suisse donne son feu vert au très contesté barrage d'Ilisu

En acceptant d'octroyer une garantie contre les risques à l'exportation aux entreprises qui construisent le barrage d'Ilisu en Turquie, la Suisse va permettre à l'un des projets les plus controversés au plan social et environnemental de voir le jour.

Le barrage de Belo Monte écorne l'image de Munich Re

Munich Re, premier réassureur mondial, fait partie des investisseurs engagés. Co-fondateur des Principes d'assurance responsable, signataire des Principes d'investissement responsable, il pourrait voir son image ternie par sa participation au projet de barrage très controversé de Belo...

Malgré leurs écueils, les grands barrages reviennent en force

Abandonnés par les pays occidentaux depuis la fin des années 1990, les projets de grands barrages se multiplient au Sud depuis 10 ans. De nombreuses ONG profitent du Forum mondial de l'eau pour soutenir les oppositions locales aux grands barrages et rappeler leurs dégâts. Les Amis de la...

Le Mékong menacé par les barrages

Le Mékong est l'un des derniers grands fleuves épargnés par le développement. Plus pour longtemps. Une dizaine de projets de barrages sont à l'étude, qui menacent la biodiversité et la vie de 70 millions de personnes. Au Laos, la résistance s'organise.

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...