Publié le 18 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

[Ces startups qui changent le monde] Woodoo rend le bois aussi solide que le béton

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine, Novethic a décidé d’aller à la rencontre de l’une d’entre elles. Aujourd’hui, nous vous présentons Woodoo qui rend le bois aussi dur que le béton.

Wooddo retire la lignite du bois et la remplace par une résine végétale rendant la matière plus solide.
@Woodoo

SOMMAIRE

À l’origine, Timothée Boitouzet était architecte. Il considérait qu’il est du devoir de sa corporation de penser les villes de demain alors que ces dernières contribuent massivement au réchauffement climatique au travers de leurs émissions de CO2. C’est pourquoi, alors qu’il n’avait pas 30 ans, il a mis sa carrière entre parenthèses pour trouver une innovation de rupture en matière de construction.

Son idée est que la solution pour rendre les cités du futur plus vertes est le bois. "C’est le seul matériau de construction qui pousse seul. Il stocke le CO2. Mais il faut le doper pour dépasser ses limites fondamentales", explique-t-il. Et ces fameuses limites ne sont pas qu’un détail. Au nombre de ses ennemis, on compte le feu, l’eau, les insectes, la résistance physique.

Pour surmonter ces obstacles, il a traversé l’Atlantique pour aller étudier le bois au MIT au côté de chimistes, de biologistes et de physiciens. Après deux ans, il en a sorti un procédé de renforcement du bois, qu’il a breveté. Dans la foulée, il fondait sa start-up Woodoo en septembre 2016 pour valoriser sa technologie. Elle consiste à prendre du bois massif, y compris des essences habituellement peu valorisées, et d’en extraire la lignie. Elle est remplacée par une résine végétale qui va remplir tout le vide, ce qui représente 70 à 90 % du bois.

Trois fois moins énergivore que le béton

En conséquence, le bois devient imputrescible, résistant au feu, translucide et surtout trois fois plus rigide que le bois d'origine. "Notre bois devient aussi résistant que certaines classes de béton et permettrait de construire des tours jusqu’à 35 ou 40 étages", assure l’entrepreneur, soit plus de deux fois plus haut que les tours en bois actuelles. Mais surtout ce bois modifié au niveau moléculaire est 3 fois moins énergivore que du béton, 17 fois moins que le verre et 130 fois moins que l’acier.

Toutefois, ne vous attendez pas à voir tout de suite le premier gratte-ciel en bois moléculairement modifié. Woodoo va déjà déployer sa technologie dans des secteurs qui demandent des productions en faibles volumes : luxe, intérieur automobile, design, sport. La start-up s’est même fait approcher par le secteur de l’aéronautique et de l’aérospatiale.

Première levée de fonds

Le secteur du BTP ne viendra qu’une fois que Woodoo disposera d’une chaîne de production. Or la construction d’une usine est déjà dans les projets de Timothée Boitouzet. Il sait même déjà où : en France à Troyes (l’Aube) où la société possède son laboratoire. "C’est important d’en faire un grand projet pour le pays. La France détient la deuxième forêt européenne mais ce secteur est en déficit de 6 millions d’euros chaque année et 75 % des scieries ont fermé en 20 ans. Il y a une dichotomie complète entre le potentiel hexagonal et la réalité économique".

Mais qui dit usine dit argent. Pour l’instant, l’entreprise, qui compte déjà 10 salariés, a vécu sur les fonds des fondateurs et sur les gains obtenus à travers 23 prix d’innovation (MIT, EDF, Ademe, Investissements d’avenir, Total…). Pour passer à la vitesse supérieure, Woodoo veut procéder à une levée de fonds début 2018. L’entreprise vise 5 millions d’euros. Une somme significative pour une première fois mais "nous avons besoin d’investisseurs ambitieux pour passer à l’étape industrielle", sourit déjà l’architecte.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Ces startups qui changent le monde] TIPA : un packaging aussi biodégradable qu’une peau d’orange

[Mise à jour le 02/10/2017] Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou...

[Ces startups qui changent le monde] Paulette à Bicyclette, la joaillerie qui roule pour l’or éthique

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale....

[Ces startups qui changent le monde] Etnisi transforme les déchets en carrelage

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Zéphyr Solar, un ballon solaire léger et écolo aux multiples atouts

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...