Publié le 25 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

Dessalement de l’eau de mer : eau douce contre pollution

Le dessalement de l’eau de mer est une technique en forte expansion, notamment dans les pays en développement, pour favoriser l’accès à l’eau potable. Elle doit cependant être améliorée si l’on veut éviter l’apparition de nouveaux problèmes de pollution liés aux rejets de saumure, alerte l’ONU dans un rapport publié le 14 janvier.

Pour chaque litre d'eau douce, destinée à la consommation humaine ou à l'industrie, une usine rejette en moyenne 1,5 litre de "saumure"
@istock

C’est un des nouveaux dilemmes de la transition écologique. De plus en plus nécessaires, les usines de dessalement dans le monde produisent aussi plus de rejets toxiques que d'eau, selon une étude publiée le 14 janvier.

Pour chaque litre d'eau douce, destinée à la consommation humaine ou à l'industrie, une usine rejette en moyenne 1,5 litre de "saumure", une boue ultra-saline, montrent des chercheurs de l'Université de l'ONU au Canada, aux Pays-Bas et en Corée du sud, qui ont revu à la hausse les précédentes estimations. Selon leur étude parue dans la revue Science of the Total Environment, les près de 16 000 usines en activité rejettent chaque jour 142 millions de m3 de saumure, 50 % de plus qu'on ne l'estimait jusqu'ici. De quoi couvrir la Floride de 30 cm centimètres un an !

Une perturbation des écosystèmes

La plupart de ces usines sont proches de l'océan et rejettent directement cette boue dans la mer, les rivières et eaux de surface. La concentration en sel qui en découle bouleverse les écosystèmes et accroît la température des eaux. Il faut aussi ajouter à cette pollution celle des produits chimiques utilisés, à base de chlore ou de cuivre.

Ce sont principalement les usines utilisant un procédé ancien, le procédé thermique (par évaporation de l’eau de mer) qui sont problématiques. Elles sont principalement situées au Moyen Orient : Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Koweit et Qatar. Mais la production de saumure "va devenir de plus en plus problématique à l’avenir", selon Manzoor Qadir, directeur-adjoint de l'Institut pour l'eau, la santé et l'environnement de l'Université des Nations unies au Canada.

Des besoins de plus en plus importants

Car les usines de dessalement sont appelées à se multiplier du fait de besoins croissants pour cause de pollution, de pression démographique ou encore de réchauffement. Selon l'ONU, 1,5 à 2 milliards d'humains vivent aujourd'hui dans des régions où l'eau se fait rare et où la ressource manque au moins durant une partie de l'année. Le dérèglement du climat promet d'aggraver la situation : à chaque degré supplémentaire gagné, un demi-milliard de personnes perdront 20 % de leur eau douce, selon les scientifiques du Giec.

D'ici 2025, ce sont donc près de 17 500 usines de dessalement devraient fonctionner dans le monde contre seulement 3 000 en 1990.

L’étude apporte tout de même des pistes de solutions. La saumure pourrait être utilisée dans l'aquaculture et la production d'électricité. Le sel ainsi que certains métaux et minéraux (magnésium, gypse, calcium, potassium, brome, lithium...) pourraient en être extraits, notamment via des technologies innovantes, encore balbutiantes. Des essais sont actuellement réalisés sur la culture de spiruline, une algue riche en protéines utilisée comme complément alimentaire.

La rédaction avec AFP 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Business de l air nuage entreprises pollution

Business de l'air : contre la pollution, ces entreprises vendent de l'air pur

C'est un véritable marché : l'air. Des bars à oxygène en plein pic de pollution à New Delhi, des bouteilles remplies de l'air pur des hautes montagnes... Certaines entreprises n'hésitent pas à jouer sur les peurs de la population face à la détérioration de l'atmosphère urbaine, sans aucune garantie...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

Rejetée par le gouvernement, la reconnaissance du crime d’écocide est loin d'être enterrée

Le 12 décembre dernier, à la veille de la clôture de la COP25, les députés français ont rejeté la reconnaissance du crime d’écocide dans le droit pénal. Mais les débats dans l'hémicycle ont fait apparaître un réel intérêt pour le sujet de façon transpartisane. Un rapport doit par ailleurs être rendu...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

Trois mois après un gigantesque incendie, le site Seveso de Lubrizol redémarre

En septembre dernier, un incendie sur l’usine Seveso de Lubrizol avait émis une fumée noire sur Rouen et ses alentours. Alors que l’enquête est encore en cours sur l’origine du feu, la préfecture a autorisé la réouverture du site.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...