Publié le 17 avril 2019

ENVIRONNEMENT

L’île Maurice, un laboratoire pour tester une reconversion durable de l’économie locale

Il y a quelques années, l’île Maurice était qualifiée de "miracle économique". Aujourd’hui pourtant l’île recherche un nouveau souffle pour que ses habitants puissent pleinement en profiter. En tant qu’acteur financier historique du pays, la banque MCB estime de sa responsabilité de redynamiser l’économie locale en pariant sur le développement durable.

Une île - comme l'île Maurice- est comme une planète miniature, c’est un très bon territoire d’expérimentation pour le développement durable
@pixabay

C’est un petit bout de territoire dans l’océan indien. Il y a quarante ans, peu de gens pariait sur l’île Maurice. Et puis, en quelques années, elle a bénéficié d’un "miracle économique", selon les mots du prix Nobel d’Économie, Joseph Stiglitz. Aujourd’hui pourtant, si le pays a toujours une forte croissance économique, il ne garde pas suffisamment ses richesses à l’intérieur de ses frontières. Selon le cabinet Utopies qui a réalisé une étude à la demande de la banque MCBgroup, l’effet multiplicateur, qui correspond à la capacité d’un revenu qui entre dans un territoire à y circuler durablement et à irriguer son économie, est en baisse tendancielle de 25% depuis 10 ans.

"Le territoire fonctionne un peu comme un sceau percé, qui n’arrive pas à garder les richesses qui y entrent et à en faire profiter son économie locale", souligne Arnaud Florentin, directeur associé chez Utopies. Pour la banque MCB, un acteur historique de l’île, il faut alors réagir. "Nous considérons qu’il est de notre responsabilité de trouver les moyens pour que l’île et ses habitants continuent de profiter des richesses qu’elle produit. Sans forcément viser l’autonomie qui sera de toute façon difficile sur un petit territoire comme le nôtre, l’idée est que la mondialisation profite à notre économie locale", assure Raoul Gufflet, deputy chief executive de MCB Ltd.

Économie circulaire, digitalisation et fab labs

L’étude commandée à Utopies met l’accent sur le développement d’une économie durable basée sur trois piliers : les technologies de pointe avec Fab labs et incubateurs de startups, l’économie circulaire et la digitalisation. C’est sur cette base que la banque a lancé un appel à projets aux entreprises locales. "Nous assureront un financement à des conditions avantageuses aux entreprises qui intègrent ces dimensions et profitent à l’économie locale", assure Raoul Gufflet qui précise avoir été submergé de demandes. Il sera ensuite important de mesurer l’impact de cela en termes de retours sur l’économie locale.

L’initiative pourrait faire des émules. "Une île est comme une planète miniature, c’est un très bon territoire d’expérimentation pour le développement durable", rappelle ainsi Elisabeth Laville, la directrice d’Utopies. Les résultats seront donc scrutés pour répliquer l’exercice sur d’autres territoires. "Le développement économique durable des territoires est devenu un axe d’action sur lequel les entreprises et acteurs financiers se sentent de plus en plus légitimes, dans une logique d’impact", souligne Arnaud Florentin. C’est dans cette logique par exemple que le Crédit Agricole travaille sur le développement de la filière mer avec des acteurs de secteurs aussi différents que ceux de la pêche ou de la thalassothérapie dans le Finistère.

 Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

La loi sur l'économie circulaire divise sur sa mise en oeuvre

Réparation encouragée, consigne pour améliorer le tri, destruction des invendus interdite: le projet de loi "pour une économie circulaire" a été présenté au conseil des ministres ce matin. L'objectif - tenter de réduire le gaspillage et l'impact croissant de nos déchets sur l'environnement- fait...

Economie circulaire : les industriels de la boisson s’engagent pour la consigne des bouteilles et canettes

Alors que le projet de loi contre le gaspillage et pour l'économie circulaire doit être présenté ce mercredi 10 juillet au conseil des ministres, les représentants des fabricants et distributeurs de boissons se déclarent favorables à la mise en place de la consigne des bouteilles plastique et...

Brune Poirson veut développer la consigne sur les emballages plastiques

La directive européenne sur le plastique fixe des objectifs élevés de collecte et de recyclage. Pour les atteindre, Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, veut imposer un système de consigne sur les emballages. Elle a lancé un comité de...

Vêtement, cosmétique, électronique : l'interdiction de détruire les invendus va être beaucoup plus compliquée que prévu

Les critiques fusent concernant le projet de loi anti-gaspillage. Les experts en droit de l'environnement affirment que la mesure n'interdira ni l'incinération, ni la destruction des invendus. Les associations s'inquiètent du peu de détails fournis. Quant aux enseignes, elles veulent qu'une...