Publié le 23 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

En France, la moitié des cours d'eau est polluée aux pesticides et aux nitrates, selon l'UFC-Que Choisir

C'est un "S.Eau.S" que lance l'UFC-Que Choisir dans son nouveau rapport. L'association dénonce l'augmentation du nombre de cours d'eau et de nappes phréatiques contaminées par les pesticides et les nitrates. En cause, l'agriculture intensive qui a augmenté l'usage de ces produits de 18 % en 5 ans. À l'arrivée, c'est le consommateur qui paye la grande majorité du coût de dépollution.

70 % de la pollution aquatique est due aux pesticides et 75 % aux nitrates.

C'est un bilan "calamiteux" que dresse l'UFC Que Choisir dans son nouveau rapport dédié à la qualité de l'eau. Et pour cause, "dans la moitié du territoire français les pesticides sont présents dans les cours d'eau à des doses supérieures à la norme autorisée", indique le rapport. Et la contamination est profonde, elle touche également 31 % des nappes souterraines.

C'est pire du côté des nitrates. "La proportion des nappes phréatiques fortement contaminées au nitrate a augmenté de moitié entre 1996 et le début des années 2010, avec comme conséquence que 43 % des nappes dépassent désormais la valeur guide européenne", pointe le rapport. Bilan : l'eau naturellement potable est de plus en plus rare dans l'Hexagone.

Les pesticides responsables à 70 % de la pollution de l'eau

La faute à l'agriculture intensive selon l'union de consommateurs. 70 % de la pollution aquatique est due aux pesticides et 75 % aux nitrates. Et cela ne va pas en s'arrangeant. Malgré le plan Ecophyto, qui a pour objectif de réduire de moitié l'usage des pesticides d'ici 2025, leur utilisation a augmenté de 18 % en 5 ans. En conséquence de quoi, les coûts de dépollution ont explosé.

"96 % des consommateurs boivent une eau de très bonne qualité mais au prix d'une coûteuse dépollution. Un surcoût dû aux pratiques agricoles en France estimé entre 640 et 1 140 millions d'euros par an", note l'association. Un non-sens puisque la prévention coûte trois fois moins cher que la dépollution, ajoute l'UFC Que Choisir.

Le consommateur paye l'addition

Le consommateur prend en charge 88 % de la redevance pollution contre 5 % pour l'industrie et 7 % pour l'agriculture. Dans le même temps, ces premiers n'utilisent que 24 % de l'eau contre 48 % pour l'agriculture, 22 % pour l'énergie et 6 % pour l'industrie. Pour dénoncer cette mise à mal du principe du pollueur-payeur, l'UFC Que Choisir lance d'une pétition.

Un risque coûteux pour les entreprises

Les entreprises paient aussi les conséquences de ces pollutions. En 2016, les pertes de production liées à l'eau ont atteint 14 milliards de dollars. Elles ont concerné 1 432 entreprises qui publient leurs données auprès du CDP, organisation réunissant investisseurs et entreprises. En Inde, où les effets du changement climatique sont déjà une réalité, les entreprises appellent le gouvernement à s'engager pleinement dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Quelques leaders se détachent grâce à leur politique innovante de gestion de l'eau. Surtout les "entreprises européennes qui sont à l'avant-garde", souligne Morgan Gillespy, responsable du programme Eau du CDP, "mais beaucoup reste à faire"

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Eau

Sécheresse, pollution, inondations, les ressources en eau se dégradent. Or l’eau est indispensable à de nombreuses activités industrielles, plus particulièrement dans le secteur de l’énergie. Les projets de grands barrages sont souvent contestés.

Sainte soline mega bassine affrontements 291022 PASCAL LACHENAUD AFP

Mégabassine pour l’agriculture : la guerre de l'eau a fait plusieurs blessés dans les Deux-Sèvres

Scènes surréalistes dans les champs des Deux-Sèvres samedi 29 octobre : affrontements violents et courses poursuites entre les manifestants écologistes opposés au projet de mégabassine de Sainte-Soline et les forces de l’ordre. D’un côté, plusieurs milliers de manifestants, de l’autre, 1 700...

AFP eau jardin

Augmenter le prix de l'eau pour les loisirs, une solution à la crise de l'eau ?

Et si on augmentait le prix de l'eau ? C'est l'idée de Nicolas Roche, professeur spécialisé sur les problématiques de l’eau. Si les usages vitaux -hygiène, alimentation...- resteraient gratuits, l'enjeu est d'inclure une valeur environnementale à l'eau utilisée pour les loisirs comme l'arrosage des...

Le de groix secheresse dessalement istock

Crise de l’eau : Dessaler l'eau de mer, un problème plutôt qu'une solution

Utiliser l'eau de mer comme alternative à la pénurie d'eau douce est une pratique courante dans de nombreux pays. La France, confrontée à une sécheresse historique, commence à s'y intéresser. En Corse et en Bretagne, deux usines sont en installation. Si l'idée semble pertinente, les impacts sur...

Secheresse ete 2022 FABRICE COFFRINI AFP

Récupération d'eau, toilettes sèches, filtres… en pleine crise de l’eau, les solutions d’économie abordables suscitent l’intérêt

L’eau devient désormais une ressource rare en France avec des centaines de communes privées d’eau potable dans tout l’Hexagone. La sécheresse historique qui s’abat sur la métropole depuis le début de l’été fait ainsi resurgir la pertinence de solutions abordables qui facilitent l’économie de...