Publié le 18 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

[Sciences] D’ici 50 ans, un tiers de l’humanité pourrait vivre dans des zones désertiques, quasi invivables

Si nous n’agissons pas contre le changement climatique, près de 20 % de la terre pourrait devenir difficilement vivable, avec des températures avoisinant celles constatées actuellement dans le Sahara. Près de 3,5 milliards de personnes pourraient se retrouver dans ces zones, principalement situées dans les pays en développement comme l’Inde, le Nigeria mais aussi la Guyane.

Secheresse desert 1 5 C echec budget carbone accord de paris pixabay
D'ici 2070, la moitié de la population pourrait vivre dans des zones aussi sèches et chaudes que le Sahara.
@CCO

Dans quelles conditions vivrons-nous d’ici 50 ans ? La perspective fournie par cinq universitaires américains, européens et chinois qui viennent de publier une étude dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), fait froid dans le dos.

Selon eux, sans action climatique majeure, d’ici 2070, la moitié de l’humanité, soit 3,5 milliards de personnes pourraient vivre dans des zones aussi chaudes et sèches -voire plus- que le Sahara. Les zones désertiques, qui comptent aujourd’hui pour moins de 1% de la surface terrestre, pourraient alors représenter 20 % de la planète. Or ces futurs déserts sont aujourd'hui densément peuplés : on y trouve l’Inde, le Nigeria, les Philippines….

La situation s'aggrave aussi pour les autres régions du monde. Aujourd’hui, la majeure partie de la population et des animaux d’élevage vivent dans des "niches climatiques" où la température annuelle moyenne oscille entre 11 et 15°C. Mais ces régions tempérées vont voir leur thermomètre grimper de 3 à 4,5°C d’ici 50 ans si l’on se base sur le scénario "business as usual" du GIEC, c’est-à-dire celui où l’on ne change rien à nos modes de vie actuels. C’est à peu près l’équivalent de l’Afrique du Nord, de certaines parties du sud de la Chine et des régions méditerranéennes.

Dans certaines parties du monde, le réchauffement pourrait atteindre 7,5°C, transformant ces territoires en zones "quasi invivables", selon l’un des co-auteurs, Jens-Christian Svenning. Or, en l’absence de migrations, celles-ci concentreraient la majorité de la population estiment les chercheurs.

Des impacts qui peuvent encore être réduits

L’étude se base sur les scénarios les plus risqués mais pas forcément les plus plausibles, selon la paléontologue Valérie Masson-Delmotte interrogée par le Monde. Elle pose néanmoins plusieurs questions clés. Celle de la migration qui peut avoir "des effets bénéfiques sur les sociétés, notamment une stimulation de la recherche et de l'innovation", mais qui "à plus grande échelle, provoque inévitablement des tensions", préviennent les auteurs. Et celle, surtout, de l’adaptabilité. "Cela pose des questions sur les limites physiologiques humaines ou encore la capacité à sélectionner, adapter et transformer les cultures vivrières suffisamment vite", estime ainsi Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe 1 du GIEC.

Le pire n’est pas forcément certain, rassurent les auteurs de l’étude. Le nombre de personnes soumises à des conditions extrêmes passerait de 3,5 milliards à 1,5 milliard si le réchauffement était limité à 2 °C, et à 1 milliard dans un scénario socio-économique soutenable faisant plus de place à l’accès à l’éducation, à la santé, etc. De quoi pousser à l’action.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Inondations, feux, sécheresse : la cartographie des menaces qui pèsent sur l’Europe dans un monde à +4°C

La Suède en feu, Venise sous les eaux, des inondations meurtrières dans l’Aude. Cela n’est que la bande-annonce d'un monde à +4°C. Même en respectant les objectifs de l’Accord de Paris, les impacts du changement climatique bousculeront notre quotidien. L’Agence européenne de...

[Science] Climat : après une décennie perdue, les efforts doivent désormais être quadruplés

Dans une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue Nature, des chercheurs alertent sur l’urgence de l’action climatique après dix années de perdu. Si des efforts sérieux avaient été réalisés dès 2010, la communauté internationale aurait eu une plus grande marge de manœuvre, mais...

[Science] La vie marine peut être restaurée d’ici 2050 si la pression sur les écosystèmes se réduit

La nature est résiliente si on lui en laisse le temps. Selon une étude publiée dans la revue Nature cette semaine, la vie marine pourrait être restaurée en l'espace d'une génération seulement. Pour cela, les pressions humaines doivent être réduites. Il faut notamment accélérer dans la...

[Science] Les forêts tropicales pourraient aggraver le réchauffement climatique

Les forêts, qui sont aujourd'hui nos puissantes alliées dans la lutte contre le changement climatique, pourraient bien venir aggraver la situation. Des chercheurs internationaux ont estimé que les forêts tropicales pourraient continuer de jouer leur rôle de puits de carbone en dessous...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Orage foudre montpellier Pascal Guyot AFP

Sécheresse, canicule, feux et orages violents : le cercle vicieux du changement climatique

Après des mois de sécheresse, des températures records et des forêts dévorées par les flammes, c'est au tour de violents orages de frapper la France. Un "cercle vicieux" lié au changement climatique qui intensifie et multiplie ces phénomènes. Face à cette instabilité, les prévisionnistes ont de plus...

Pompage petrole CC0 01

Shell, BP… Les objectifs climats de géants des hydrocarbures incompatibles avec l’Accord de Paris

1,81°C d'ici 2069 pour Shell, 1,73°C pour Equinor... Des chercheurs ont passé au crible les objectifs climatiques de géants du pétrole et du gaz. Sans surprise, aucun n'arrive à limiter son réchauffement à +1,5°C, rendant leur trajectoire d'émission incompatible avec l'Accord de Paris.

Fresqueduclimat

Climat, biodiversité, mobilité, nouveaux récits et textile : cinq fresques à découvrir sur la transition écologique

Tout a démarré avec la Fresque du climat, créée en 2018, afin de sensibiliser au changement climatique. Déjà suivie par plusieurs dizaines de milliers de personnes, elle a fait des émules sur différents sujets. L’objectif est de former par le jeu sur des enjeux complexes et ainsi pousser à l’action....

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...