Publié le 18 juin 2018

ENVIRONNEMENT

Limiter le réchauffement à 1,5°C ferait gagner 20 000 milliards de dollars à l'économie mondiale

Il est toujours délicat d’évaluer les conséquences économiques du changement climatique, que ce soit pour mesurer le coût de l’action ou de l’inaction. Des chercheurs américains ont calculé les effets pour l’économie mondiale si on s’alignait sur une trajectoire de 1,5°C d’ici la fin du siècle. Résultat : un gain estimé à 20 000 milliards de dollars.

En 2017, la tempête Harvey a causé des milliards de dollars de dgéâts.
@Nasa

Faut-il choisir entre croissance économique et lutte contre le réchauffement climatique ? Des chercheurs américains viennent de trancher la question. Dans une étude publiée dans la revue Nature, ils ont évalué les impacts de l’application de l’Accord de Paris sur l’économie mondiale.

Selon eux, 90 % de la population mondiale serait gagnante si le réchauffement se limitait à 1,5°C d’ici la fin du siècle, plutôt qu’à 2°C. Mieux encore, cela générerait 20 000 milliards de dollars de gains économiques cumulés jusqu’en 2100. A contrario, une hausse des températures accroîtrait la fréquences des événements climatiques extrêmes et donc leur coûts. La facture pour 2017 a déjà battu un record, atteignant les 400 milliards de dollars selon le cabinet Carbone 4. Il faut ajouter cela une baisse des rendements agricoles ou encore une dégradation de l’état de santé de la population.

Des pertes pouvant atteindre 12 % du PIB mondial

En 2006, le rapport Stern avait marqué un tournant dans la prise de conscience climatique. Pour la première fois, les impacts du changement climatique étaient décrits en termes économiques. Selon l’économiste britannique, le coût de l’inaction s’élèverait ainsi entre 5 et 20 % du PIB mondial, tandis que celui de l’action représenterait "seulement" 1 % du PIB mondial.

Depuis, le sujet inquiète de plus en plus le secteur de la finance. En 2015, Citigroup, l’une des plus grandes banques au monde, se fend elle aussi d’un rapport. Selon elle, à horizon 2040, le coût de l’action (190,2 milliards de dollars) et celui de l’inaction (192 milliards de dollars) seraient quasiment identiques. Mais dans un scénario à  2,5°C, les pertes seraient de 44 000 milliards de dollars (1,1 % du PIB) et de 72 000 milliards dollars (2,5 % du PIB mondial) dans un scénario à +4,5°C.

Le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) estime lui aussi que ne rien faire pourrait provoquer une baisse du PIB mondial de 1 à 4 % en 2030, de 2 à 6 % en 2050, et de 3 à 12 % en 2100. Un nouveau rapport  est attendu à l’automne sur l’ampleur des efforts à réaliser pour limiter la hausse du réchauffement à 1,5°C.      

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...