Publié le 18 mars 2018

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Appliquer l'Accord de Paris permettrait au monde d'économiser 54 000 milliards de dollars d'ici 2050

C’est une nouvelle étude publiée cette semaine dans The Lancet Planetary Health qui vient démontrer une fois de plus l’intérêt d’appliquer l’Accord de Paris et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Selon ces experts médicaux, rester sous un réchauffement à 2°C permettrait de générer une économie de 54 000 milliards de dollars d’ici 2050, rien qu’en frais de santé. Cela représente les PIB cumulés de la Chine, de l’Union européenne et de l’Inde.

La pollution de l'air tue chaque année 6,5 millions de personnes dans le monde.
@Flickr

54 000 milliards de dollars, la somme est gigantesque. À titre de comparaison, elle représente les PIB cumulés de la Chine, de l’Union européenne et de l’Inde. Selon une étude parue (1) cette semaine dans The Lancet Planetary Health, c’est ce qui pourrait être économisé au niveau mondial d’ici 2050 si on appliquait l’Accord de Paris. Et cela rien qu’en frais de santé.

Actuellement, selon l’OMS, 92 % des personnes résidant en ville respirent un air pollué et 6,5 millions de personnes en meurent chaque année dans le monde. La combustion de carburants fossiles dans les véhicules, l’industrie et l'utilisation d'énergie polluante pour le chauffage résidentiel, la cuisine et l'éclairage sont les principales causes de cette mauvaise qualité de l'air.

Investir dans le climat pour faire des économies

Dès lors, "supprimer les subventions aux énergies fossiles et mettre en place des taxes carbone" afin "d’améliorer l’état de santé des populations, réduire les émissions de gaz à effet de serre et redistribuer les économies réalisées en frais de santé afin de stimuler l’emploi", estime l’auteur de l’étude, Andy Haine, chercheur à la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

Ainsi, investir dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre reviendrait beaucoup moins cher que de payer les coûts de santé associés à l'air pollué, résument les experts médicaux. "Les villes et les pays doivent adopter des sources d'énergie non polluantes, encourager les déplacements actifs, améliorer leurs réseaux de transport, redéfinir les procédés industriels pour éliminer les déchets dans une logique d’économie circulaire, propre et durable", a ajouté le Dr Phillip J. Landrigan, épidémiologiste américain.

Malheureusement, l’application de l’Accord de Paris est encore loin d’être acquise malgré un engagement politique fort de la communauté internationale. Deux études récentes (2) montrent que les seules centrales à charbon construites ou dans les cartons vont largement contribuer à dépasser les objectifs climatiques fixés par le texte. Et encore, il faudra y ajouter les émissions liées au gaz et au pétrole…

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir l’étude 

(2) Lire l’analyse de Sylvestre Huet     


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles