Publié le 21 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Malgré les feux en Australie, le gouvernement minimise l'impact du réchauffement climatique

Une partie de l'Australie est ravagée par les flammes depuis des semaines. Le gouvernement, critiqué par la société civile sur sa politique environnementale trop frileuse, refuse d'y voir un lien arguant avoir "pris sa part" dans la lutte contre le réchauffement climatique. Depuis le début des feux de brousse, six personnes sont mortes et des centaines de koalas et marsupiaux ont été brûlés vivants. 

Australie feux de brousse greenpeace
Les militants de Greenpeace ont déployé une banderole pour alerter le gouvernement.
©Michaela Skovranova / Greenpeace

Depuis des semaines, des feux de brousse sans précédent ravagent certaines zones de l’Australie. Dans le sud, une centaine d’écoles ont été fermées et les compagnies ont coupé l’électricité à des milliers de personnes. Alors que l’été n’a pas encore commencé dans le pays, plusieurs États ont subi des températures atteignant plus de 40°C mercredi 20 novembre.

Sydney, est, elle, enveloppée d’un épais brouillard toxique dû aux incendies depuis vendredi dernier. Les niveaux de pollution ont atteint des niveaux "dangereux" dans la mégalopole selon des chiffres officiels. Ces feux sont de saison, mais ils ont surpris cette année par leur précocité. Surtout, ils attisent la colère d'une partie de la population contre le gouvernement conservateur, ardent défenseur de l'industrie minière, qui continue de minimiser la menace du réchauffement climatique.

Dix fois la surface de New York partie en fumée

Pendant des jours, le chef du gouvernement Scott Morrison a refusé de répondre aux questions sur le lien avec le changement climatique, s'abritant derrière l'urgence de l'aide aux victimes. Ce jeudi 21 novembre, il a démenti que sa politique environnementale était responsable des incendies qui dévastent le pays, arguant que le gouvernement avait déjà fait suffisamment contre le réchauffement climatique. 

Mais cette position est de plus en plus compliquée à tenir vu l'ampleur de la catastrophe. Les feux de brousse auraient brûlé l’équivalent de dix fois la surface de New York soit 10 000 km². Après plusieurs jours à coordonner l'action des pompiers des zones rurales de Nouvelle-Galles du Sud, leur chef, le commissaire Shane Fitzsimmons a clairement fait le lien avec les dérèglements climatiques. Le Bureau de météorologie, une agence qui dépend du gouvernement, a d'ailleurs lui même reconnu que le réchauffement climatique, provoqué par les activités humaines, avait un "impact sur la fréquence et la gravité des incendies"

Des feux plus intenses et fréquentes avec le changement climatique

Les scientifiques établissent un lien indiscutable entre le réchauffement et les incendies, même si les interactions sont complexes et que d'autres paramètres entrent en jeu, comme la température de l'océan Indien ou l'évolution des masses d'air en Antarctique. "Les feux de forêts ne sont pas directement attribuables au changement climatique", explique Janet Stanley de l'Université de Melbourne. "Cependant, le réchauffement rapide du climat rend les incendies plus fréquents et plus intenses."

Pour rappel, depuis le début des feux, plusieurs personnes ont trouvé la mort. La faune est également touchée. Une vidéo d’une femme sauvant un koala des flammes a d’ailleurs créé des émules sur les réseaux sociaux. Les associations, sur place, estiment que des centaines de koalas et de marsupiaux ont été brûlés par les flammes. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...

Inondations Nice ValeryHache Afp

[Décryptage] Inondations, climat et prix de l'immobilier

Ces derniers jours, le sud-est a connu deux épisodes méditerranéens meurtriers et destructeurs. Des phénomènes extrêmes accentués par une bétonisation à outrances de zones inondables. Des milliers de personnes, endettées, voient leur bien immobilier perdre toute leur valeur.