Publié le 10 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Le Conseil d’État pourrait contrôler les engagements de l’État sur le climat et l’obliger à les respecter

Saisi par plusieurs ONG et le maire de Grande Synthe, le conseil d’État a examiné le 9 novembre leur recours pour "inaction climatique de l’État". Cette première juridique ouvre la possibilité de faire évaluer et contrôler les engagements de la France sur le climat, année par année, sans attendre le cap fixé pour la neutralité carbone en 2050. Corinne Lepage, avocate de la ville du Nord, fait preuve d’un "optimisme raisonnable" pour cette décision qui devrait être rendue la dernière semaine de novembre.

Conseil d E tat ConseilEtat
Le Conseil d'Etat pourraient évaluer les engagements climatiques de la France.
@ConseilEtat

"Si la décision est favorable, l’État devra justifier de la manière dont il met en œuvre la lutte contre le changement climatique", explique Corinne Lepage, avocate de Damien Carême, le maire de Grande Synthe. Celui-ci avait saisi le Conseil d’État avec d’autres ONG comme l’Affaire du siècle, en janvier 2019, accusant la France de "non-respect de ses engagements climatiques". Une première étape vient d’être franchie avec les conclusions plutôt favorables du rapporteur public, magistrat chargé de faire une recommandation sur la saisine.

Celle-ci est souvent, mais pas systématiquement, suivie par le Conseil d’État qui va devoir se prononcer sur la réalité de l’action climatique du gouvernement. Il a d’ores et déjà accepté le principe d’un recours d’une municipalité du littoral nord comme Grande Synthe, sur le sujet. La France mène-t-elle ou non une politique qui lui permet de respecter l’objectif de l’Accord de Paris et le cadre posé par les lois de programmations sur la transition énergétique ? "Nous pensons que non et les conclusions du rapporteur nous permettent d’espérer mettre fin à cette phase de communication sur de grands engagements pour entrer dans la réalité de l’évaluation de la réduction réelle des émissions de gaz à effet de serre", explique Corinne Lepage.

Pas le temps d’attendre 2030 ou 2050

Le rapporteur a mis l’urgence climatique en tête de son argumentaire expliquant que "le cœur du sujet est le calendrier des actions" et que les engagements de la France, dans le cadre de l'accord de Paris, des législations européennes ou nationales ne peuvent avoir "un objectif uniquement programmatique mais bien contraignant". Il a ajouté que "renvoyer les requérants à 2030 ou 2050 pour voir si les objectifs sont atteints conduirait à participer à cette tragédie" climatique, car "le risque existe que tout retard soit irréversible".

L'État, qui n'a pas envoyé de représentant à l'audience, a demandé par écrit un rejet des demandes, pour des motifs de forme et de fond. Mais quelle que soit la décision du Conseil d’État, la France aura du mal à échapper au débat sur la réalité de son action climatique dans cette décennie qui commence, période cruciale pour limiter le réchauffement. Le Haut Conseil pour le climat lui a d’ailleurs recommandé, en juillet 2020, de "redresser le cap et relancer la transition".

Caractère contraignant

Une décision du conseil d’État favorable au climat permettra de donner une force juridique à l’Accord de Paris dont le gouvernement conteste dans ses conclusions le caractère contraignant tout comme pour les lois de programmation. S’il suit les conclusions du rapporteur public, cette décision viendra nourrir le risque juridique que représente l’inaction climatique même si elle ne peut pas aller jusqu’au cas des Pays-Bas. Dans ce pays, la Cour suprême a obligé le gouvernement à agir.

La décision du Conseil l’État ouvrira une nouvelle période où l’État devra justifier des actions mises en œuvre. Sauf extraordinaire, les militants pour le climat les mettront à nouveau en cause ce qui ouvrira une nouvelle instruction courant 2021. La bataille judiciaire n’en est qu’à son prélude.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...