Publié le 11 juin 2017

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] 99,9%, tel est le consensus scientifique autour du changement climatique lié à l’activité humaine

Une nouvelle étude montre que le consensus scientifique sur l’origine anthropique du réchauffement climatique serait de 99,9 % et non plus de 97 %. Une différence qui peut paraître négligeable mais qui a toute son importance pour convaincre les citoyens et les pousser à agir, estime le Dr Powell, auteur du rapport.


NASA / AFP

99,94 %, c’est précisément le niveau de consensus scientifique autour du changement climatique lié à l’activité humaine, selon une nouvelle étude publiée cette semaine par le Dr Powell. Celle-ci se base sur cinq enquêtes réalisées sur la littérature scientifique entre 1991 et 2015 et sur plus de 50 000 articles.

On passe donc au-dessus des 97 % régulièrement cités ces dernières années. En 2016 encore, des chercheurs de Mason 4C avaient ainsi publié un document de synthèse dans lequel leur meilleure estimation du consensus scientifique sur le changement climatique d’origine anthropique atteignait ce taux.

Un effet levier

La légère différence entre ces deux pourcentages déjà très élevés est-elle significative ? Oui, rétorque le Dr Powell. "Plus le public croit que le consensus est grand, plus il soutient l'action contre le réchauffement climatique dont l’humanité a tellement besoin et s’en préoccupe" explique-t-il.

Le cinquième et dernier rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié en 2014, concluait quant à lui, avec un taux de certitude de 95 %, que "l’influence humaine sur le système climatique est évidente en raison des concentrations croissantes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (et) du réchauffement observé et d’une meilleure compréhension du système climatique."

"Les preuves de l’influence des activités humaines se sont accumulées depuis la publication du quatrième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Il est extrêmement probable que l’influence des activités humaines est la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle", note le groupe d'experts.  

Concepcion Alvarez @conce1  


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Californie incendie electricite JOSH EDELSON AFP

Entre les vagues de chaleur et les incendies, le système électrique américain vacille

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, dévastée par les incendies et les températures extrêmes, s'habitue à être plongée, par intermittence, dans le noir. Le réseau d'électricien de l'ouest américain a dû mal à résister aux impacts du changement climatique. Les opérateurs sont...

Phytoplankton @FotoshopTofs Pixabay

La géoingénierie pour sauver la planète : fertiliser les océans pour augmenter le captage du CO2

La solution serait simple et peu coûteuse, il s'agirait de transformer l'océan en une gigantesque pompe à CO2 en boostant le développement de microalgues, capteurs de gaz carbonique, grâce à un engrais : le sulfate de fer. Si la méthode semble prometteuse, elle est aujourd'hui interdite à grande...

Convention des entreprises pour le climat 150 dirigeants

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est désormais lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. L'objectif est que les dirigeants construisent...

Terre soleil atmosphere Nasa

La géoingénierie pour sauver la planète : déployer des ombrelles solaires dans l’espace

Rien n’y fait : le CO2 continue à monter et l’effet de serre s’emballe. En dernier recours, l’humanité pourrait essayer de diminuer la quantité de rayonnement solaire reçu par la Terre. 1 à 2 % en moins suffirait à reprendre le contrôle du mercure. Mais pour cela, ce sont des parasols qu’il faudrait...