Publié le 28 avril 2021

ENVIRONNEMENT

La Chine ne renonce pas à investir dans les centrales à charbon à l'étranger, malgré ses objectifs climatiques

Pas simple de se passer du charbon. La Chine a annoncé mardi 27 avril que les entreprises chinoises continueraient à financer des centrales à charbon dans les pays en voie de développement, justifiant la démarche par un "manque d'alternatives" face à la demande croissante en énergie. L'annonce est dénoncée par des militants écologistes, qui n'ont pas manqué de rappeler les objectifs climatiques du pays. La Chine est elle-même plus que jamais dépendante du charbon et continue à investir dans le secteur.

IStock @vidiawan chargement de charbon au port fluvial de Mahakam à Samarinda, Indonésie 2016
Chargement de charbon à Samarinda, en Indonésie.
@vidiawan/Istock

Les engagements climatiques chinois font grise mine. Si le président Xi Jinping a annoncé en septembre que le pays réduirait ses émissions de CO2 "avant 2030" pour atteindre la neutralité carbone en 2060, le pays a revendiqué mardi qu'il continuerait à soutenir la construction de centrales à charbon dans les pays en développement. 

Les entreprises chinoises en financent aujourd'hui des dizaines, du Zimbabwe à l'Indonésie, dans le cadre des "Nouvelles routes de la soie". Cette initiative lancée par Pékin en 2013 vise à construire des infrastructures à l'étranger pour y accroître l'influence chinoise. Des militants écologistes ont relevé ce qui apparaît à leurs yeux comme une contradiction : la Chine, via ses entreprises publiques, est également le premier investisseur mondial dans des centrales à charbon.

Un "manque d’alternatives"

Alors que l'énergie issue du secteur est responsable d'environ 40 % des émissions planétaires de CO2, la Chine a justifié son action par une absence d’alternatives face à une demande croissante en énergie. "Beaucoup de pays en développement ne produisent pas assez d'électricité. Dans ce contexte, comment en produire sans centrale à charbon ? Les énergies renouvelables sont-elles suffisantes ?", s'est interrogé Li Gao, chef du service changement climatique au ministère de l'Environnement chinois. 

"On ne peut pas simplement arrêter de soutenir les pays en développement dans leur construction de centrales au charbon. La lutte contre le changement climatique doit également permettre aux habitants d'avoir de meilleures conditions de vie", a-t-il plaidé devant la presse. Les centrales à charbon "répondent pleinement aux besoins concrets de ces pays" et seront construites selon "des normes très élevées", a souligné le chef de service. 

Un défi ambitieux y compris sur le sol chinois

Sur la question de la dépendance au charbon, le pays sait cependant de quoi il parle : le combustible représente un peu moins de 60 % du bilan énergétique en Chine. Si sa part dans la consommation d’énergie totale du pays est en baisse constante, dans un contexte où la demande ne cesse d’augmenter, le secteur du charbon continue lui aussi à croître. 

Si bien que la Chine va également poursuivre la construction de centrales à charbon sur son sol afin d'assurer un approvisionnement électrique stable. Li Gao a toutefois promis des centrales de taille plus modestes avec des "émissions moins élevées" que les structures traditionnelles. Dans l’étude "Un nouveau boom du charbon en Chine", publiée en juin 2020, le Global Energy Monitor et le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA) mentionnent toutefois que le pays envisage d’augmenter de 21 % les capacités de ses centrales à charbon. Du côté des énergies renouvelables, dans son nouveau plan quinquennal (2021-2025), la Chine fixe à "20 % environ" la part que les énergies non-fossiles (éolien, solaire, hydroélectricité) devraient atteindre d'ici 2025.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...