Publié le 06 décembre 2015

Cop21 logo

ENVIRONNEMENT

COP21 : pour la présidence française, c'est l'heure de vérité

Les négociations sur le climat qui se déroulent au Bourget et dont la deuxième phase - ministérielle- commence aujourd'hui, sont placées sous la responsabilité de la présidence française. Il revient à Laurent Fabius, le président de la COP21, et à son équipe d’orchestrer les travaux des ministres des 196 parties pour obtenir un accord aussi ambitieux que consensuel. Un travail que la France a pris très à cœur et qu'elle a entamé bien en amont de la conférence elle-même. Au point d'obtenir les éloges des délégations et des observateurs. Mais elle sait qu'in fine, elle sera jugée sur les résultats.

Le texte du projet d'accord est remis à Laurent Fabius, président de la COP21.
Crédit: Arnaud Buissou Anadolu Agency AFP

Un sans faute. Après la première semaine de négociations, les négociateurs – du Nord comme du Sud- sont unanimes pour saluer le travail de la diplomatie française pour la préparation de la COP21 et son rôle de chef d'orchestre des travaux des délégations. Des éloges qui vont bien au-delà des formules diplomatiques traditionnelles de courtoisie, font remarquer experts et observateurs. 

"Même si nous en sommes à un point où ont lieu de nombreuses manœuvres tactiques, même durant cette période, toutes les délégations disent que la présidence française est spectaculaire. Aucune des COP n’a été aussi bien organisée. Nous en saurons plus au moment des conclusions, mais tout le monde est impressionné", déclarait ainsi, jeudi dernier, l'ancien vice président américain Al Gore au président de la COP21, Laurent Fabius. Avant de souligner l'importance de la participation de la société civile et des représentants du milieu des affaires au sein même de la conférence. 

 

Respect de l'équilibre Nord-Sud

 

"La France a joué un rôle très positif dans l’organisation de la COP21. Elle s’est attachée à respecter l’équilibre entre les intérêts des pays du Sud et ceux des pays du Nord", ajoute Saleemul Huq, le directeur du Centre international pour les changements climatiques au Bangladesh et conseiller du G77.

La méthode française contraste notamment avec l'autre grande COP, celle de 2009 à Copenhague, où aurait dû être signé l'accord qui est attendu à Paris. Mais celle-ci s'était soldée par un échec en raison notamment d'une très forte opposition entre le Nord et le Sud, matérialisée par un duel au sommet entre la Chine et les Etats-Unis. Et une présidence danoise qui "à nos yeux, penchait trop du côté des pays développés", fait aujourd'hui remarquer Saleemul Huq.

 

Une course de fond

 

Cette pluie de compliments couronne un long travail débuté bien en amont des négociations officielles qui se déroulent actuellement au Bourget. Un retour en arrière s’impose. En septembre 2012, le Président de la République, François Hollande, fait part de son intention d'accueillir en 2015 la 21ème Conférence des Parties, la fameuse COP21, où doit être signé l'accord entérinant le travail de fond des délégations repris depuis la COP de Copenhague. Une candidature gagnée haut la main puisque sans concurrence. Elle est officialisée un an plus tard lors de la COP19 de Varsovie. 

Depuis, la France a pris son rôle particulièrement à cœur. En tant que futur président de la COP21 et ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius a mobilisé l'important réseau diplomatique de la France au service de la réussite de la COP. "Cela change la donne par rapport à Copenhague, où le Danemark n'avait pas cet atout", fait ainsi remarquer Pascal Canfin, le nouveau directeur exécutif du WWF France et ancien ministre délégué au Développement. 

Dans les différents pays autant que dans les enceintes et institutions internationales où elle siège, Paris a poussé la question climatique. Son ambassadrice chargée de la lutte contre le changement climatique, l'ancienne directrice et fondatrice de l'IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales), Laurence Tubiana, n'a pas ménagé ses efforts, sillonnant littéralement le monde pour rechercher des compromis. Tout comme l'Envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète, Nicolas Hulot. François Hollande s'est lui-même engagé, avec l'Accord de Manille, destiné à montrer la coopération avec les pays en développement, ou encore en signant des accords bilatéraux (comme avec la Chine il y a un mois ). Tout au long de l'année, également, des réunions informelles entre ministres des différents groupes de négociations, ont été organisées à Paris pour faire avancer les négociations intermédiaires.

 

Une première étape qui doit être concrétisée par l'accord en lui-même

 

"La COP21, c'est un grand moment pour la France, souligne Jennifer Morgan, directrice générale du programme climat du World Resources Institute. Le pays dispose de tous les outils nécessaires. Sa préparation de la conférence a été de très haute qualité, très constructive, et transparente. Toutes les délégations ont été invitées. Bref, la présidence française a construit les bonnes conditions pour obtenir un accord à la fin de la semaine".

"La présidence française a été appréciée pour sa capacité d'écoute et d'ouverture, confirme Teresa Ribera, la directrice de l'IDDRI. Maintenant elle doit aussi montrer qu'elle est capable de gérer le processus avec l'autorité nécessaire à sa réussite". Et les ONG avertissent: "le plus difficile reste à venir. Maintenant il va falloir faire la preuve que nous pouvons porter un accord ambitieux, souligne Célia Gautier du Réseau Action Climat France. Ce que l'on ne voudrait pas, c'est que la France veuille conclure un accord à tout prix et accepte pour cela de transiger sur son ambition".

Claire Stam et Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : des négociations en poupées russes

Après les annonces des chefs d’Etat et de gouvernement, les négociations ont réellement commencé. Les quelque 10 000 délégués sont maintenant à pied d’œuvre pour remettre au président de la COP21, Laurent...

Mesurer l’engagement climatique des entreprises, un défi méthodologique

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le CDP (ex-Carbon Disclosure Project), spécialisé dans l’analyse de l’impact des principales entreprises mondiales sur le climat, ont lancé mercredi 2 décembre, au Bourget, où se tient la COP21, la phase pilote de leur...

Pour Ikea, la COP21 est un "moment charnière"

Ikea France est l'une des entreprises sponsor de la Conférence climat de Paris. Une sorte d'évidence pour le groupe d'ameublement suédois qui s'est fortement engagé dans les énergies...

COP21 : un accord sur le financement, seule garantie de succès

Les co-présidents de l’assemblée des négociateurs ont remis jeudi 3 décembre un projet de texte de négociations sur la

COP21 : les petites délégations n'ont pas les moyens de suivre les négociations

Alors que les négociations sont entrées dans le vif du sujet, les représentants des pays en développement ont à plusieurs reprises exprimé leurs difficultés à suivre les nombreuses réunions thématiques. Ce sont les "spin-off groups", ou sous-groupes dans le jargon onusien. Leurs...

COP21: après 5 jours de négociations, le compte n'y est toujours pas

Alors que les discussions se sont tendues ces derniers jours et que les négociateurs n’ont plus que quelques heures pour remettre leur texte à Laurent Fabius, le...

La mobilisation de la finance privée essentielle à la concrétisation d'un accord international sur le climat

Le 4 décembre, la journée thématique du Programme d'Actions Lima Paris (regroupant les engagements des acteurs non étatiques en marge de la COP21), était consacrée à la finance privée (banque, assurances, fonds de pension...). Un secteur essentiel pour traduire en actes les engagements des...

COP21 : le projet d’accord sur le climat adopté, les ministres prennent le relais

Avec l’adoption par les négociateurs de la version finale du projet d’accord international sur le climat, une étape clé des négociations a été franchie : de brouillon informel, le document est passé au statut de texte officiel des négociations. Il servira de base de travail aux ministres,...

Projet d'accord de Paris : "dans la forme comme dans le fond, tout reste à faire", selon Arnaud Gossement

Après une semaine de négociations, un projet de l'accord de Paris a été adopté. Il constitue une base de travail pour les ministres qui vont reprendre la main pour produire le document final attendu mercredi soir par la présidence française. Ceux-ci auront encore fort à faire car le texte...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ultime réunion de la Convention citoyenne pour le climat pour évaluer la future loi issue de leurs travaux

Après des mois de travaux de la Convention citoyenne pour le climat, arrive l'heure du bilan : ses 150 membres se pencheront de vendredi à dimanche sur les réponses faites par le gouvernement à leurs propositions et les suites à tirer de cette expérience inédite.