Publié le 29 septembre 2016

ENVIRONNEMENT

Climat : la Pologne annonce vouloir ratifier l'Accord de Paris…sous conditions

La Pologne était jusqu’alors désignée comme le mouton noir de l’UE sur les questions climatiques. Mais le pays vient de multiplier les annonces sur sa ratification très prochaine de l’Accord de Paris. Seuls 6 pays européens ont pour l'instant ratifié le texte (1). La Pologne devrait le faire d'ici la mi-octobre. Sous certaines conditions que l’UE pourrait bien être tentée d'accepter afin que l’accord entre en vigueur d’ici la COP22 de Marrakech, organisée du 7 au 18 novembre.

Pologne charbon lignite centrale
La Pologne souhaite notamment continuer à installer des centrales à charbon, très polluantes.
Jaap Arriens / NurPhoto / AFP

L’un des pays les plus charbonniers d’Europe s’apprêterait à déposer ses instruments de ratification auprès de l’ONU. Mais sous certaines conditions. Dans une lettre adressée aux ministres européens de l’Environnement (mise en ligne sur le site Climate Home), datée du 26 septembre, Jan Szyszko, le ministre de l’Environnement polonais explique que "la Pologne consentira à la ratification de l’Accord de Paris par l’UE, à condition que ses réductions d’émissions déjà réalisées dans le cadre du protocole de Kyoto et que la spécificité de son mix énergétique soient prises en compte."  

 

Charbon, stockage du CO2 et crédits issus du protocole de Kyoto  

 

Il rappelle ainsi que le pays "est riche en sources d’énergie telles que la houille et le lignite qui forment le socle de l’économie polonaise et de son développement durable". Il ajoute que "la Pologne a besoin de développer de nouvelles centrales électriques au charbon, afin de satisfaire à la demande croissante en électricité et au remplacement de centrales vieillissantes et inefficaces".  

Dans le cadre du protocole de Kyoto, la Pologne a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de près de 30%, alors que son objectif était de 6%. Mais l’utilisation de crédits accumulés au titre du protocole de Kyoto est rejetée par de nombreux pays, tels que l'Allemagne, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède et la Grande-Bretagne, qui dénoncent un régime trop généreux.  

Par ailleurs, le ministre polonais exige également la prise en compte, dans l’effort sur la réduction des émissions de GES, de l’exploitation des forêts, du développement de la construction de bâtiments en bois permettant de stocker du CO2, de l’utilisation de la biomasse issue des forêts et de l’agriculture afin de produire de l’énergie, du potentiel de l’énergie hydraulique et des ressources géothermiques, chiffres à l’appui.  

 

Une décision européenne très attendue  

 

A l’issue de son déplacement à Varsovie, Ségolène Royal s’était réjouie dans un tweet de la prochaine ratification par la Pologne. Le pays était jusque-là accusé de bloquer l’avancée du processus au sein de l’UE. Mais la ministre passe sous silence les conditions posées pour aboutir à cette ratification soudainement précipitée.   

 

Bonne nouvelle : la ratification de l'Accord de Paris avance. Dans quelques jours par la Pologne m'annonce le ministre Jan SZYSZKO. pic.twitter.com/w8iCzrRnVN

— Ségolène Royal (@RoyalSegolene) September 28, 2016

 

Lors de l’événement de haut niveau dédié à l’Accord de Paris organisé le 21 septembre, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, Ban Ki-moon, le secrétaire général, avait lui aussi annoncé la ratification, d’ici la fin de l’année, de la Pologne.  

Les ministres européens de l’Environnement doivent se retrouver demain pour avancer sur la ratification de l’accord par l’UE, indépendamment d’une ratification individuelle par chacun des États membres. Le Parlement européen devra ensuite donner son accord début octobre. L’enjeu pour l’UE est de ratifier au plus vite pour permettre l’entrée en vigueur du texte d’ici la COP22, organisée au Maroc à partir du 7 novembre.  

Par ailleurs, l’Inde a annoncé son intention de ratifier l’Accord de Paris ce dimanche 2 octobre, ce qui porterait le nombre total de pays à 62 et la part des émissions globales couvertes à 52%... très proche des 55% requis pour permettre l’entrée en vigueur du texte.

 

 

(1) France, Autriche, Hongrie, Allemagne, Slovaquie et Malte

Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Ratification de l’Accord de Paris : avec 60 pays, le premier seuil est franchi

En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, un événement de haut niveau dédié à l’Accord de Paris était organisé mercredi 21 septembre afin d’amplifier et accélérer la dynamique de ratification d’ici la COP22. 31 nouveaux États ont déposé leurs instruments de ratification, portant...

Climat : après la Chine, les Etats-Unis ratifient l'Accord de Paris

Après que le Parlement chinois a ratifié, samedi 3 septembre, l’Accord de Paris sur le climat, la Maison Blanche a annoncé à son tour avoir ratifié le texte. Cet accord, destiné à limiter le réchauffement climatique "nettement en dessous des 2°C" d'ici la fin du siècle, avait été adopté le...

COP21 : La Pologne, frein climatique de l’Union européenne

Depuis le début de la COP21, l’Union européenne est sous le feu des critiques : manque de leadership, positions floues et timorées, interventions minimalistes lors des séances plénières... Une...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Laurent Vincenti Total

Depuis un demi-siècle, Total sait qu'il participe au réchauffement climatique mais a sciemment minimisé le danger

Depuis 1971, le géant pétrolier était au courant que ses activités contribuaient au changement climatique. Or, il a semé le doute en finançant des organisations climato-sceptiques sans modifier sa stratégie, révèle une enquête publiée dans la revue Global Environmental Change. Si Exxon, BP et Shell...

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Climat : l’absence du président chinois Xi Jinping peut-elle faire échouer la COP26 ?

Le président Xi Jinping ne devrait pas se rendre à Glasgow, au Royaume-Uni, pour la COP26 qui s'ouvre à la fin du mois. Beaucoup y voient un signal inquiétant de la part du premier émetteur de gaz à effet de serre au monde, avec un risque d'effet boule de neige sur les autres puissances. Mais pour...

Dataviz Carbon Brief Pays CO2 ok

Quel pays réchauffe le plus la planète : la vidéo impressionnante de Carbon Brief

Le site Carbon Brief vient de publier une datavisualisation extrêmement parlante sur la responsabilité de certains pays dans le réchauffement climatique. Fait inédit, il a inclus dans son analyse les émissions de CO2 provenant de l'utilisation des terres et de la forêt, en plus de celles provenant...

Climat affaire du siecle THOMAS SAMSON AFP

L’Affaire du siècle : un symbole est-il capable d’enrayer le réchauffement climatique ?

En seulement trois années, les quatre ONG à l’origine de l’Affaire du siècle ont réussi à exercer une "pression climatique" sur l'État, jusqu’à le faire condamner, le 14 octobre, à réparer le non-respect de ses engagements. Un symbole fort et une sucess-story rare. Mais cette condamnation va-t-elle...