Publié le 18 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

2020, année record des températures en France… à tel point que les "normales climatiques" n’ont plus de sens

2020 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis 120 ans en France avec une moyenne à 14°C. Il n’y a pas que le mercure qui en témoigne mais également l’intensité des phénomènes climatiques (canicules, sécheresses, pluies extrêmes…) qui ont touché le pays ces derniers mois, témoigne Météo France. Signe fort d’un nouveau paradigme, Météo France va devoir redéfinir ses "normales" saisonnières.

Soleil Paris CC0
La moyenne des températures en France en 2020 a atteint 14°C.
@CC0

Cela devient tristement banal. Tous les mois, toutes les années, sont marquées comme les plus chaudes de l’année. Mais cette fois-ci, Météo France a décidé de tirer la sonnette d’alarme. Et celle-ci retentit d’autant plus fort que nous venons de fêter les cinq ans de l’Accord de Paris visant justement à limiter la hausse des températures bien en dessous de 2 °C.

"Avec une température annuelle moyenne sur le pays proche de 14°C, soit un dépassement de la normale de près de +1,5 °C, l’année 2020 est bien partie pour se hisser à la première place des années les plus chaudes que la France ait connues sur la période 1900-2020", c'est à dire depuis que ces mesures existent, annonce Météo France.

Six années records en 10 ans

Hors épisode de refroidissement exceptionnel d'ici la fin de l'année, 2020 devrait donc prendre la première place sur le podium, suivie par 2018 (13,9°C) et 2014 (13,8°C). "2020 est en tête (des relevés les plus chauds) pratiquement depuis le mois de février", enchaînant les moyennes record, souligne Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint à la direction de la climatologie et des services climatiques de Météo-France. Autre signe de ce réchauffement: sur les 120 années depuis que ces moyennes nationales sont relevées, les six années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2011.

Ce réchauffement reflète fidèlement celui constaté à l'échelle planétaire, où l'Organisation mondiale de la météo a annoncé début décembre que 2020 devrait être l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. Mondialement, la décennie qui s'achève sera également la plus chaude jamais observée, de même que les six années écoulées depuis 2015.

À l'image des méga-feux ou de la multiplication des ouragans que le monde a connu en 2020, les effets du réchauffement sont d’ores et déjà perceptibles en France. Certains peuvent lui être directement attribués, comme les experts de Météo France l'ont fait pour la vague de chaleur tardive enregistrée en septembre. D'autres "s'inscrivent dans les résultats attendus du changement climatique", souligne Jean-Michel Soubeyroux, comme la forte sécheresse qui a frappé un grand quart nord-est du pays.

Les normales à redéfinir

C’est le cas aussi pour certains phénomènes météo particulièrement intenses, comme l'"épisode méditerranéen" qui a dévasté une partie des Alpes-Maritimes en octobre, ou encore la remontée en altitude de la limite pluie-neige dans les massifs montagneux. "Tout est cohérent avec les signaux du réchauffement, dont beaucoup d'événements de 2020 nous racontent les effets", poursuit le spécialiste de Météo-France.

Pour l’agence française météorologique, le temps est venu de remettre les comptes à zéro puisque les références de températures normales n’ont plus de sens. Les "normales" actuelles sont celles de la période 1981/2010, et Météo-France doit entreprendre l'an prochain leur mise à jour, avec les relevés de 1991/2020.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...

Voilier cargo Grain de Sail @graindesail

La Bretagne lance sa filière de transport maritime à voile

À l'abordage ! La Bretagne se lance à l'assaut d'une toute nouvelle filière : le transport maritime à voile. La région entend devenir pionnière en la matière. Un créneau prometteur, dans un contexte où le secteur du transport maritime s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de...