Publié le 05 août 2019

ENVIRONNEMENT

Total se rebiffe contre l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants

Démarrée au début du mois, la bioraffinerie de Total à La Mède, fonctionnant en partie avec de l'huile de palme importée, est déjà menacée. L'entreprise a déposé un recours contre l'exclusion de l'huile de palme de la liste des biocarburants et la suppression de son avantage fiscale. Elle s'estime victime de discrimination par rapport aux autres entreprises européennes, non soumises à la même disposition. Les ONG quant à elles rappellent le pouvoir néfaste de l'huile de palme sur la déforestation.

a bioraffinerie s'approvisionnera en huile de palme à hauteur de 300 000 tonnes au maximum par an.
@Total

Total a déposé un recours auprès du Conseil d'État - qui l'a renvoyé devant le Conseil constitutionnel - contre l'exclusion des produits à base d'huile de palme dans la liste des biocarburants à compter du 1er janvier 2020. Le groupe a démarré sa bioraffinerie à La Mède (Bouches-du-Rhône), l'une des plus grandes d'Europe, début juillet. Celle-ci doit fonctionner en partie avec de l'huile de palme, faisant bondir les importations françaises de cette huile accusée de déforester les forêts primaires.

"Nous avons déposé auprès du Conseil d'Etat un recours contre le décret d'application de la disposition de la Loi de finances pour 2019 qui exclut les seuls produits à base d'huile de palme, même durable, de la liste des biocarburants", a indiqué à l'AFP une porte-parole du géant pétrolier et gazier. "Nous estimons que cette disposition de la loi française introduit une discrimination incompatible avec la Constitution française et le droit communautaire", a-t-elle ajouté.   

"Pas vocation à faire tourner des usines à perte"

Total estime être victime de discrimination parce que la loi française est plus ambitieuse que la directive européenne. En effet,  la Commission européenne n’a pas complètement fermé la porte à l’utilisation de l’huile de palme dans les carburants. Néanmoins, le texte prévoit explicitement la possibilité pour les États membres d’être plus ambitieux  

Mais la disposition, votée par les députés à la mi-décembre, qui entraîne la suppression de l'avantage fiscal pour les biocarburants à base d'huile de palme, met de fait en cause l'équilibre économique et la compétitivité de la bioraffinerie de La Mède. "Je ne fais pas de chantage à l'emploi. Mais soyons clairs : ce n'est pas parce que Total est riche qu'il a vocation à faire tourner des usines à perte", avait mis en garde son PDG, Patrick Pouyanné, en début d'année. L'ensemble des activités du site représentent 250 emplois directs.   

"Défendre l'indéfendable"

L'utilisation d'huile de palme importée est dénoncée par les associations de défense de l'environnement pour qui elle contribue à la déforestation en Asie du Sud-Est. Les ONG dénoncent aussi l'inefficacité des labels de certification et jugent que les entreprises ne peuvent pas contrôler la déforestation indirecte. "Total s’obstine à vouloir défendre l’indéfendable, seul contre tous. Une fois de plus, la réaction de l’entreprise est de vouloir remettre en cause la loi plutôt que de revoir son projet de bioraffinerie de La Mède" commente Sylvain Angerand, porte-parole des Amis de la Terre.

Selon Total, la bioraffinerie pourra traiter 650 000 tonnes par an et elle s'approvisionnera en huile de palme "durable et certifiée" à hauteur de 300 000 tonnes au maximum. L'entreprise avait déjà saisi le Conseil Constitutionnel le 21 décembre 2018 à l’issu du vote du projet de loi de finances 2019. La saisine avait alors été rejetée.

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Biodiversite nature finance iStock sarayut

[Vive la biodiversité] Des fonds pour sauvegarder la nature !

Alors que la perte de biodiversité s’accélère, il est de plus en plus nécessaire de flécher les investissements vers des pratiques de production plus respectueuses de la nature. Jusqu’à présent pourtant, ceux-ci restaient l’apanage des Institutions publiques. Cependant, entreprises et investisseurs...

Biodiversite economie bord iStock BsWei

[Vive la biodiversité] La nature, socle de l’économie

Coûteuse la protection de la nature ? Peut-être. Mais sa destruction causerait une perte inestimable, même d’un point de vue strictement économique. 40 % de notre économie repose sur les services fournis par la nature. La sauvegarder est donc une nécessité pour les entreprises. Mieux, en lui donnant...

Biodiversite alimentation iStock marilyna

[Vive la biodiversité] La nature, source d’une alimentation de qualité

La nature est à la base de notre alimentation. Plus celle-ci est variée et plus elle permet de résilience à la fois pour la santé mais aussi pour la pérennité du système alimentaire et agricole dans son ensemble. Or, face à l'uniformisation de notre alimentation et l'intensification de nos modèles...

Biodiversite nature sante bien etre iStock patpitchaya

[Vive la biodiversité] Cette nature qui nous fait du bien à la tête et au corps

Pour les citadins privés de nature pendant le confinement, la pandémie du Covid-19 a fait l’effet d’un électrochoc sur leur besoin vital de "vert". Car oui, les études le prouvent, la nature a un effet direct sur notre santé physique et mentale. La Corée du sud en a même fait un pilier de sa...