Publié le 23 mai 2019

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement accusé d’ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés

Les calanques de Marseille, les lagons de Nouvelle Calédonie, l'île de Ré, sont-ils en périls ? Plusieurs associations dénoncent un projet de décret qui pourrait ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés. Alors que les experts de l'ONU viennent de tirer la sonnette d'alarme sur le déclin de la biodiversité, ce projet passe mal. Le ministère de la Transition écologique se défend, lui, de toute régression. 

Les calanques de Marseille font partie des sites classés en France.
©CC0

La biodiversité est "un sujet aussi important que le changement climatique". C’est ce qu’avait déclaré le Président de la République, Emmanuel Macron, après l’alerte choc des experts de l’ONU lancé début mai. Parmi les mesures prises pour répondre à la sixième extinction de masse, celle de la lutte contre l’artificialisation des sols faisait partie des priorités. Or un projet de décret pourrait bien aller à contresens des annonces du Président.

Selon des associations de protection des sites ce décret pourrait faciliter les constructions dans les sites classés comme l'île de Ré ou les calanques de Marseille, aujourd'hui protégés. Les 2 700 sites classés, qui recouvrent 2 % de la surface du territoire, le sont au nom de leur "caractère exceptionnel" depuis 1906. Actuellement, les travaux susceptibles de modifier l'aspect des sites classés (démolitions, travaux soumis à permis de construire, abattage d'arbres, ouvrages d'infrastructures des voies de communication…) nécessitent une autorisation spéciale du ministre de la Transition écologique.

Une remise en cause "d’un siècle de politique de préservation des sites classés"

Selon le projet de décret révélé par Reporterre et daté du 12 avril, le texte "introduit une simplification dans le processus de délivrance des autorisations de travaux en déconcentrant l'ensemble des autorisations de travaux au préfet". "Il maintient toutefois le pouvoir d'évocation ministérielle", selon le site.

"Avec ce projet, nous perdons la politique nationale de protection des sites. Il suffira d'un préfet davantage tourné vers le développement économique que la protection du patrimoine pour dégrader irrémédiablement un site", s'indigne dans les colonnes d’Actu Environnement Julien Lacaze, vice-président de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF).

Selon un inspecteur local, plusieurs "dossiers de projets d'aménagement vont être débloqués dès la publication du décret". Et de citer un hôtel cinq étoiles avec héliport sur un secteur viticole ou un champ de panneaux photovoltaïques sur l'île d'Yeu.

"Aucune régression", selon François De Rugy

Le réseau des grands sites de France parle de "paysages exceptionnels en péril" et France Nature Environnement (FNE) de projet "inadmissible". Le ministère de la Transition écologique fait valoir que ce changement "ne porte absolument aucune régression dans la réglementation applicable et dans la politique de préservation des sites classés" et qu'il permettrait une "réduction des délais d'instruction de ces autorisations" de six à quatre mois. Avec le pouvoir d'évocation, le ministre "pourra (...) s'autosaisir ou être saisi par un tiers sur tous les projets".

Le projet de décret sera soumis à consultation du public courant mai. Un autre projet de décret visant à "transférer les compétences du CNPN aux conseils scientifiques régionaux du patrimoine naturel" fait aussi craindre un affaiblissement de la protection de l'environnement.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...