Publié le 06 juillet 2015

ENVIRONNEMENT

Brésil : des eucalyptus génétiquement modifiés pour remplacer la forêt tropicale ?

La commercialisation d’eucalyptus génétiquement modifiés a reçu le feu vert de l’agence brésilienne de régulation des OGM (organismes génétiquement modifiés). Alors que le Brésil est le premier producteur d’eucalyptus au monde, cette décision alarme scientifiques et écologistes, qui s’inquiètent des impacts sanitaires et sociaux. L’État et l’industrie du bois devront aussi prendre en compte les répercussions économiques de la plantation d’arbres OGM comme une interdiction de vente du miel brésilien sur le marché européen ou la perte de certification FSC qui garantit une gestion responsable des forêts.

Au Brésil, une plantation d'eucalyptus photographiée en 2012.
Fernando Podolski / istock

Les eucalyptus transgéniques de la société FuturaGene ont une croissance accélérée. Depuis 2001, cette filiale du géant papetier brésilien Suzano travaille au développement de ces arbres OGM, arguant de leur productivité 20 % supérieure aux autres plantations et de leur innocuité environnementale. En avril 2015, l’agence brésilienne de régulation des OGM CTNBio lui a donné raison en autorisant la commercialisation de ses eucalyptus génétiquement modifiés.

Ouvrant la voie à la culture d’arbres OGM sur des centaines de milliers d’hectares (Suzano possède des plantations sur plus de 400 000 hectares), cette décision relance le débat sur leur dangerosité. En 2008, la Convention sur la diversité biologique avait appelé au principe de précaution face aux risques spécifiques de ces OGM : des durées de vie plus longues et un rôle dans les écosystèmes naturels plus complexes que les cultures agricoles.

 

Risques pour les pollinisateurs

 

L’absence de croisement entre l’eucalyptus et d’autres espèces a convaincu le CTNBio des faibles risques de dissémination dans la nature des gènes modifiés. Plusieurs chercheurs brésiliens portent pourtant un avis très différent.

Les pollinisateurs, aux premiers rangs desquels figurent les abeilles, seraient particulièrement exposés à la présence d’un gène de résistance aux antibiotiques dans le pollen des arbres. Ce marqueur utilisé dans les OGM permet de sélectionner les transgénèses réussies, en appliquant l’antibiotique pour détruire les cellules non modifiées.

L’argument de l’industriel Suzano, selon lequel la croissance plus rapide des arbres OGM réduit les surfaces nécessaires et les besoins en eau, ne convainc pas non plus. Le World Rainforest Movement rappelle qu’une plus grande productivité n’a jamais réduit les espaces cultivés : depuis 30 ans, le Brésil a doublé à la fois la productivité de ses plantations et les surfaces cultivées.

Plusieurs chercheurs ont également rappelé que si les arbres grandissent plus vite, ils consomment également plus d’eau.

 

Fermeture du marché européen

 

L’idée que les eucalyptus OGM participent à une économie verte en contribuant au développement d’une ressource renouvelable, voire à l’éligibilité aux crédits carbone, est donc totalement exclue pour les ONG environnementales comme Greenpeace, ou les nombreux membres de la campagne internationale contre les arbres GM "Stop GE Trees".

Mais les opposants aux projets font aussi valoir des arguments économiques. Alors que les 350 000 apiculteurs brésiliens exportent la majorité de leur miel vers l’Europe et les États-Unis, ils savent que le marché européen se fermera si du pollen OGM est retrouvé dans les produits. Or, 35 % du miel brésilien est fait à partir d’eucalyptus. Cet argument avait justifié l’abandon de la culture de soja transgénique au sud du Mexique.

Autre argument avancé : Suzano pourrait perdre la certification FSC (Forest Stewardship Council), un label de gestion durable des forêts, qui proscrit l’utilisation d’OGM.

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

OGM : la Commission européenne profite de la discorde des États pour donner des gages à l’industrie des biotechnologies

Le 24 avril, la Commission européenne a autorisé l’importation de 19 organismes génétiquement modifiés (OGM). Cette décision intervient seulement deux jours après qu’elle ait proposé une réforme des conditions d’importation des OGM en Europe. Passant outre le débat qui s’ouvre à la suite...

En Afrique, la Fondation Gates fait le choix des OGM

La Fondation Bill-et-Melinda-Gates a consacré 3 milliards de dollars au développement agricole en Afrique. En une décennie, elle est devenue incontournable. Mais selon un rapport de l’ONG Grain, l’organisation philanthropique donne surtout aux pays du Nord. Seules 5% des subventions vont...

Brevets sur le vivant : les grands semenciers européens privatisent la couleur des tomates

Les producteurs de semences de légumes vont pouvoir faire leur marché : ils sont désormais en mesure d'acheter le droit d’utiliser la couleur d’une tomate, la douceur d’un oignon ou la stérilité d’une aubergine. En effet, tous ces "traits" qui existent à l’état naturel mais qui ont été...

Glyphosate : l’inquiétante cécité des agences d’évaluation

L’Union européenne avait le feu vert pour renouveler cette année l’autorisation du glyphosate. Or, cette substance vient d’être classée comme cancérigène par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Comment expliquer une telle divergence dans l’évaluation de cet herbicide le plus utilisé...

L’Office européen des brevets impose le brevetage du vivant en Europe

Après des années de batailles juridiques, la grande chambre de l’Office européen des brevets (OEB) vient de reconnaitre deux brevets sur un brocoli et une tomate obtenus par des méthodes de sélection classiques. Avec cette décision, qui fait jurisprudence, le cadre européen vole en éclat....

Pesticides : la stratégie ʺdeux poids, deux mesuresʺ du groupe Bayer

Le géant pharmaceutique et chimique allemand Bayer se porte bien. Mais selon des associations environnementales, cette bonne santé financière est entachée par des pratiques nuisibles à l’environnement, et particulièrement aux abeilles. Certaines parlent même de ʺdeux poids, deux mesuresʺ...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

La pêche électrique interdite dans les eaux françaises, un "premier pas" pour les pêcheurs français

Dans l'attente de l'interdiction européenne qui ne prendra effet qu'en 2021, la pêche électrique est officiellement interdite dans les eaux françaises depuis le 14 août. Ce type de pêche consistant à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques pour capturer des poissons vivant au fond des...

Incendie amazonie Greenpeace Daniel Bertra

Des incendies ravagent la forêt amazonienne, poumon de la Terre

C'est une véritable catastrophe. La forêt amazonienne, considérée comme le poumon vert de la Terre, part en fumée. Depuis le début de l'année 2019, les incendies ont augmenté de 83 % dans le secteur ravageant des milliers d'hectares. En cause : la sécheresse et les feux provoqués pour transformer...

Inondations submersion marine littoral pixabay

Le changement climatique grignote nos côtes et menace plus d’un million de Français

Sous l'effet du changement climatique, une partie du littoral français va reculer, menaçant d'ores et déjà 1,4 million de Français, des dizaines de milliers de bâtiments et des centaines de communes. Une situation qui va s'aggraver. Or la France n'y est pas préparée, alertent les auteurs d'une...

Kilian Jornet Instagram

Cet été, j’utilise une localisation fictive sur Instagram pour préserver les sites naturels

Et si vous passiez sous silence vos spots préférés ? Cet été, le WWF France lance l'initiative "I protect nature", une géolocalisation fictive à utiliser sur Instagram pour lutter contre le tourisme de masse et ainsi préserver la biodiversité. Un Français sur cinq en moyenne utilise ce réseau social...