Publié le 29 août 2017

ENVIRONNEMENT

Pourquoi le fipronil a tué dans l’œuf les États généraux de l’alimentation

Le gouvernement misait sur des engagements volontaires pour parvenir à un consensus autour d’une hausse de la rémunération des producteurs lors des États généraux de l’Alimentation. Mais la crise des œufs contaminés au fipronil cristallise le débat. Les distributeurs et industriels se rejettent la responsabilité de l'affaire sapant tout espoir de compromis.

©Xavier Remongin / Min.Agri.Fr
Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture

Il y avait quelques bonnes intentions au début des États généraux de l'alimentation lancé en juillet. Et puis il y a eu le fipronil. L’affaire des œufs contaminés à cet insecticide, interdit dans la chaîne alimentaire, a fait sauter le vernis déjà bien craquelé de bonne entente entre producteurs, distributeurs et industriels.

Preuve en est : le clash (public !) entre le PDG de Nestlé France et le président de Leclerc. Une passe d’armes manifestée par voie de blog. C’est d’abord Michel-Édouard Leclerc qui a porté le premier coup. Il estime "qu’on est face à un vrai problème, celui de la difficulté incompréhensible qu’ont certains industriels à tracer correctement et facilement leurs approvisionnements". Il a par ailleurs dénoncé un "système assez opaque que les lobbys industriels ont réussi à masquer jusqu’à présent en obtenant des politiques une exigence de transparence bien moins stricte que celle imposée aux distributeurs".

Piqué au vif, Richard Girardot, PDG de Nestlé France a fustigé "les regrettables propos de M. Leclerc",  qui laissent entendre que "l’industrie agroalimentaire vendrait des mauvais produits pour préserver ses marges au détriment de la santé des consommateurs !".

Doute sur "l’esprit constructif" des États généraux de l’alimentation

Selon l’industriel, Michel-Edouard Leclerc essaye "d’exonérer son groupe de toute responsabilité en détournant les soupçons vers l’ensemble de l’industrie-agroalimentaire". Et de conclure : "l’esprit constructif des États généraux de l’Alimentation peut-il s’accommoder de telles pratiques ? Personnellement, j’en doute".

Et il n’est pas le seul. Car le gouvernement table surtout sur des engagements volontaires des parties prenantes pour aboutir à un consensus. Or, le fipronil a mis en exergue les tensions. La Confédération paysanne, représentant une partie des producteurs a ainsi estimé que les industriels "perdaient du temps" à identifier les produits contaminés par le fipronil afin d’en écouler le plus possible sur le marché. "Retirer de la vente les ovoproduits utilisés dans la plupart des produits finis commercialisés coûterait beaucoup trop d’argent aux industriels", a déclaré Laurent Pinatel, porte-parole de l’association, interrogé par le HuffingtonPost. 

La rémunération des producteurs au second plan 

Au-delà de cette ambiance des plus hostiles, c’est l’objectif même des États généraux qui vient d’être détourné. Car, rappelons-le, l’événement était surtout destiné à sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs, distributeurs et industriels. Or l’affaire des œufs contaminés au fipronil semble reléguer au second plan la question de la rémunération des agriculteurs. 

Déjà avant l’ouverture des États généraux de l’Alimentation, les tensions entre parties prenantes se faisaient sentir. Chacun rejetant sur l'autre la responsabilité d’une filière en crise, et les raisons du faible revenu des producteurs (un sur deux gagne moins de 350 euros par mois).

"Nous devons nous entendre pour aboutir à un résultat", martèle Stéphane Travert

Le gouvernement, lui, compte bien garder sa trajectoire. Lundi 28 août, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a une nouvelle fois rappelé l'importance d'un prix juste profitable aux producteurs. Dans une interview accordée au Figaro, il a déclaré ne pas "exclure d’ajuster" la loi de modernisation de l’économie, régissant les négociations commerciales entre distributeurs et industriels. Le but : fixer un juste prix favorable aux producteurs. "Tant que nous n'aurons pas réglé la question de la rémunération, nous n'avancerons pas. C'est une question de survie", a souligné Olivier Alain, coordinateur national de l'évènement et agriculteur.

Le 20 juillet, jour de l’ouverture des États généraux de l’alimentation le ministère avait promis "une traduction législative et réglementaire des décisions prises". Mais encore faut-il une décision ! "S’il n’y a pas d’envie de construire ensemble, l’État se sera agité mais rien de concret ne débouchera", prévenait l’entourage du ministre de l’Agriculture la veille du lancement des États généraux. Une prémonition ? Stéphane Travert ne veut y croire : "Il ne peut pas ne rien se passer", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse le 28 août à l'occasion du lancement des ateliers des États généraux. "Nous devons nous entendre pour aboutir à un résultat. Chacun devra prendre ses responsabilités", tonne-t-il.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

États généraux de l'alimentation : producteurs, transformateurs et distributeurs sont à couteaux tirés

Les États généraux de l'Alimentation s'ouvrent ce jeudi 20 juillet. Toutes les parties prenantes se rencontreront ensuite autour d'ateliers à partir d'août. Le premier objectif est de sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs et les distributeurs. Le...

États généraux de l’alimentation : "Je ne suis pas là pour désigner des coupables", assure Édouard Philippe

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a ouvert le 20 juillet, les États généraux de l’alimentation, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Avant de légiférer, le gouvernement mise sur des compromis et la bonne foi des acteurs de la filière pour trouver des solutions à la crise...

Les cinq vœux de Nicolas Hulot pour les États généraux de l'Alimentation

Dans une volonté de concertation interministérielle, le lancement des États généraux de l’alimentation, placés sous la houlette du ministère de l'Agriculture, a donné la parole à cinq ministères. Dans ce cadre, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a appelé à...

"Les États généraux de l’alimentation sont l'occasion de redonner ses lettres de noblesse à l'agriculture", Claude Gruffat (Biocoop)

Les États généraux de l'alimentation s'ouvrent le jeudi 20 juillet. Au programme : la question de la répartition de la valeur et le développement d'une agriculture saine, durable et accessible. Une occasion "formidable" pour pousser la bio selon Claude Gruffat, président du réseau de...

[Vidéo] États généraux de l'alimentation : "Le tout chimique ne fonctionne plus"

Les États généraux de l'alimentation, qui s'ouvrent ce 20 juillet, veulent définir une nouvelle agriculture. Réduire l'usage des produits phytosanitaires est une des questions qui se posent. Plusieurs agriculteurs productivistes, habitués jusqu'alors à leurs utilisations, se tournent...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...