Publié le 06 septembre 2017

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement veut manger les marges des industriels et distributeurs pour financer la bio

Et si les distributeurs et industriels aidaient financièrement les producteurs bio ? L’idée ne vient pas d’associations mais du ministre de l’Agriculture en personne. Stéphane Travert souhaite créer un fonds privé dédié à l'alimentation bio, alimenté par une partie des marges de ces deux secteurs. "Ce n'est pas au privé de combler les défaillances de l'État", estime la FNAB, Fédération nationale de l'agriculture bio. 


Bonne ou mauvaise idée ? Interrogé le 29 août sur RTL, Stéphane Travert a indiqué vouloir créer un fonds privé dédié à la bio. "Cela peut être par exemple le fait qu’un industriel ou un distributeur sur un temps donné rogne sur une partie de sa marge pour créer ce fonds spécifique", a-t-il expliqué, "ces contributions seraient ensuite redistribuées, par exemple, par un acteur public à des bénéficiaires qui, aujourd’hui, veulent faire émerger une filière en agriculture biologique".

Une annonce qui survenait le jour de la publication d’une étude de l’UFC-Que choisir montrant que les marges des enseignes de la grande distribution. Selon l'association de consommateurs, les marges sur les fruits et légumes bio sont 96 % plus élevées que dans le conventionnel.

Interrogé par Novethic, le ministère n’a pour l’instant pas précisé si cette baisse de marge des industriels et distributeurs serait volontaire, ni vers qui, spécifiquement, serait distribué l’argent. Mais d’ores et déjà, l’idée n’obtient pas un franc succès.

"Ce n’est pas au privé de combler les défaillances de l’État"

"S’il s’agit de structurer les filières bio locales et équitables, pourquoi pas", explique à Novethic Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB, Fédération nationale d’agriculture biologique, "mais s’il s’agit de se substituer à l’État, non merci !"

Il faut dire que depuis la nouvelle répartition des aides de la PAC (Politique agricole commune), la colère gronde du côté des agriculteurs bio. Le 27 juillet, Stéphane Travert a annoncé que 4,2 % du pilier 1 de la PAC, essentiellement composé d’agriculteurs conventionnels céréaliers, serait redistribué au pilier 2, comptant les petites exploitations de zones défavorisées et les agriculteurs bio. Or, les producteurs bio demandaient 15 % de transfert du budget du pilier 1 vers le 2.

Les industriels attendent les États généraux pour se prononcer

Quant au paiement des aides à l’agriculture biologique, ils ont déjà deux années de retard. "C’est la responsabilité de l’État de gérer la protection des biens publics. Ce n’est pas au privé de combler les défaillances du système", estime Stéphanie Pageot.

L’ANIA, l’Association Nationale des Industries Alimentaires, préfère elle esquiver le débat en insistant surtout sur le dialogue entre tous les acteurs de la filière lors des États généraux de l’Alimentation. Un événement qui s’annonce pourtant mal tant les clashs entre les parties prenantes s’intensifient depuis l’affaire du fipronil

C'est du côté de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) que l'on trouve le soutien le plus direct à la proposition du ministre de l'Agriculture. Lors de sa conférence de rentrée, la présidente Christiane Lambert réagissait à l'étude de l'UFC-Que choisr : "Des décisions politiques doivent être prises sur le financement de la bio. Ce n'est pas anormal que les produits bio coûtent trois fois plus cher que les produits conventionnels. La vraie question est de savoir à qui va cette marge !".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La grande distribution double ses marges sur les fruits et légumes bio

Comment expliquer l'écart de prix entre les fruits et légumes bio et leur équivalent issu de l'agriculture conventionnelle ? Certes les coûts de production sont plus élevés mais surtout, la grande distribution applique des marges brutes "exorbitantes", révèle une nouvelle étude de l'UFC...

États généraux de l'alimentation : producteurs, transformateurs et distributeurs sont à couteaux tirés

Les États généraux de l'Alimentation s'ouvrent ce jeudi 20 juillet. Toutes les parties prenantes se rencontreront ensuite autour d'ateliers à partir d'août. Le premier objectif est de sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs et les distributeurs. Le...

"Le scandale du Fipronil est symptomatique d'un système qui marche sur la tête", selon Albert Ritzenthaler (CESE)

Le scandale des œufs contaminés au fipronil est la conséquence de la guerre des prix que se livrent distributeurs et industriels de l’agroalimentaire, selon Albert Ritzenthaler. Délégué CFDT, il est également membre de la section de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation au...

Pourquoi le fipronil a tué dans l’œuf les États généraux de l’alimentation

Le gouvernement misait sur des engagements volontaires pour parvenir à un consensus autour d’une hausse de la rémunération des producteurs lors des États généraux de l’Alimentation. Mais la crise des œufs contaminés au fipronil cristallise le débat. Les distributeurs et industriels se...

Répartition de la PAC : tous unis contre le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, a annoncé le reversement de 4,2 % du pilier 1 de la PAC, destiné aux agriculteurs conventionnels,  au pilier 2, regroupant les petits exploitants et les producteurs bio. Ces derniers demandaient un transfert de 15 % et dénoncent une...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Discours agroparistech Lucien Gillet

Des étudiants d’AgroParisTech appellent à "déserter" l’agro-industrie en pleine remise de diplôme

"Nous ne nous considérons pas comme les talents d’une planète soutenable". Lors de leur cérémonie de remise des diplômes, des étudiants d'AgroParisTech ont appelé leurs camarades à "bifurquer", dénonçant une "formation qui pousse à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours". Un discours...

Alimentation Russie Ukraine Ble ANATOLII STEPANOVFAO AFP

Sécurité alimentaire : jamais les prix des denrées de base n’ont été aussi élevés

L’indice des prix alimentaires a atteint un nouveau record en mars, bondissant de 34 % par rapport à la même période l’an dernier. Ce "bond de géant", provoqué par l’invasion russe en Ukraine, grenier à blé de l'Europe, a des répercussions dramatiques sur des pays très dépendants de ses...

Agriculture productiviste iStock ArtistGNDphotography

La guerre en Ukraine relance l'agriculture productiviste en Europe

Alors que l'Ukraine exportait massivement des céréales en Afrique, la guerre rebat les cartes et menace la sécurité alimentaire de dizaines de pays. L'Europe, qui veut assumer son "rôle nourricier", a décidé de retarder des mesures phares de son Pacte vert visant à réduire les pesticides afin de...

Tunisie manifestation faim Anis MILI AFP

Avec la guerre en Ukraine, le spectre d’un "ouragan de famines"

L'Égypte, le Liban, le Soudan, le Yemen... de nombreux pays importaient jusqu'ici plus de 50 % de leurs approvisionnements en céréales en Ukraine ou en Russie. En raison de la guerre et le blocage de ces exportations, l'ONU craint un "ouragan de famines". La flambée des prix alimentaires et...