Publié le 06 septembre 2017

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement veut manger les marges des industriels et distributeurs pour financer la bio

Et si les distributeurs et industriels aidaient financièrement les producteurs bio ? L’idée ne vient pas d’associations mais du ministre de l’Agriculture en personne. Stéphane Travert souhaite créer un fonds privé dédié à l'alimentation bio, alimenté par une partie des marges de ces deux secteurs. "Ce n'est pas au privé de combler les défaillances de l'État", estime la FNAB, Fédération nationale de l'agriculture bio. 


Bonne ou mauvaise idée ? Interrogé le 29 août sur RTL, Stéphane Travert a indiqué vouloir créer un fonds privé dédié à la bio. "Cela peut être par exemple le fait qu’un industriel ou un distributeur sur un temps donné rogne sur une partie de sa marge pour créer ce fonds spécifique", a-t-il expliqué, "ces contributions seraient ensuite redistribuées, par exemple, par un acteur public à des bénéficiaires qui, aujourd’hui, veulent faire émerger une filière en agriculture biologique".

Une annonce qui survenait le jour de la publication d’une étude de l’UFC-Que choisir montrant que les marges des enseignes de la grande distribution. Selon l'association de consommateurs, les marges sur les fruits et légumes bio sont 96 % plus élevées que dans le conventionnel.

Interrogé par Novethic, le ministère n’a pour l’instant pas précisé si cette baisse de marge des industriels et distributeurs serait volontaire, ni vers qui, spécifiquement, serait distribué l’argent. Mais d’ores et déjà, l’idée n’obtient pas un franc succès.

"Ce n’est pas au privé de combler les défaillances de l’État"

"S’il s’agit de structurer les filières bio locales et équitables, pourquoi pas", explique à Novethic Stéphanie Pageot, présidente de la FNAB, Fédération nationale d’agriculture biologique, "mais s’il s’agit de se substituer à l’État, non merci !"

Il faut dire que depuis la nouvelle répartition des aides de la PAC (Politique agricole commune), la colère gronde du côté des agriculteurs bio. Le 27 juillet, Stéphane Travert a annoncé que 4,2 % du pilier 1 de la PAC, essentiellement composé d’agriculteurs conventionnels céréaliers, serait redistribué au pilier 2, comptant les petites exploitations de zones défavorisées et les agriculteurs bio. Or, les producteurs bio demandaient 15 % de transfert du budget du pilier 1 vers le 2.

Les industriels attendent les États généraux pour se prononcer

Quant au paiement des aides à l’agriculture biologique, ils ont déjà deux années de retard. "C’est la responsabilité de l’État de gérer la protection des biens publics. Ce n’est pas au privé de combler les défaillances du système", estime Stéphanie Pageot.

L’ANIA, l’Association Nationale des Industries Alimentaires, préfère elle esquiver le débat en insistant surtout sur le dialogue entre tous les acteurs de la filière lors des États généraux de l’Alimentation. Un événement qui s’annonce pourtant mal tant les clashs entre les parties prenantes s’intensifient depuis l’affaire du fipronil

C'est du côté de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) que l'on trouve le soutien le plus direct à la proposition du ministre de l'Agriculture. Lors de sa conférence de rentrée, la présidente Christiane Lambert réagissait à l'étude de l'UFC-Que choisr : "Des décisions politiques doivent être prises sur le financement de la bio. Ce n'est pas anormal que les produits bio coûtent trois fois plus cher que les produits conventionnels. La vraie question est de savoir à qui va cette marge !".

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La grande distribution double ses marges sur les fruits et légumes bio

Comment expliquer l'écart de prix entre les fruits et légumes bio et leur équivalent issu de l'agriculture conventionnelle ? Certes les coûts de production sont plus élevés mais surtout, la grande distribution applique des marges brutes "exorbitantes", révèle une nouvelle étude de l'UFC...

États généraux de l'alimentation : producteurs, transformateurs et distributeurs sont à couteaux tirés

Les États généraux de l'Alimentation s'ouvrent ce jeudi 20 juillet. Toutes les parties prenantes se rencontreront ensuite autour d'ateliers à partir d'août. Le premier objectif est de sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs et les distributeurs. Le...

"Le scandale du Fipronil est symptomatique d'un système qui marche sur la tête", selon Albert Ritzenthaler (CESE)

Le scandale des œufs contaminés au fipronil est la conséquence de la guerre des prix que se livrent distributeurs et industriels de l’agroalimentaire, selon Albert Ritzenthaler. Délégué CFDT, il est également membre de la section de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation au...

Pourquoi le fipronil a tué dans l’œuf les États généraux de l’alimentation

Le gouvernement misait sur des engagements volontaires pour parvenir à un consensus autour d’une hausse de la rémunération des producteurs lors des États généraux de l’Alimentation. Mais la crise des œufs contaminés au fipronil cristallise le débat. Les distributeurs et industriels se...

Répartition de la PAC : tous unis contre le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert

Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, a annoncé le reversement de 4,2 % du pilier 1 de la PAC, destiné aux agriculteurs conventionnels,  au pilier 2, regroupant les petits exploitants et les producteurs bio. Ces derniers demandaient un transfert de 15 % et dénoncent une...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...

Nora Dollet grignon agroparistech

Face à la fronde, l’État suspend la privatisation de Grignon, le campus d’AgroParisTech

C'est un soulagement pour les élus, étudiants et associations qui militaient contre la privatisation du domaine de Grignon, haut-lieu de l'agronomie française et campus des ingénieurs d'AgroParisTech. L'État vient de suspendre sa vente au promoteur immobilier Altarea Cogedim pour "tenir compte du...