Publié le 25 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Alerte rouge sur le vin] Le sulfate de cuivre, le "pesticide des vignerons bio", réautorisé par l’Europe

C’est le pesticide qui fait débat dans la filière viticole bio. Le sulfate de cuivre, le plus célèbre fongicide utilisé pour la vigne, vient d’être homologué de nouveau en Europe, malgré les risques de pollution des sols. À l’occasion des fêtes de fin d’année, Novethic vous propose, toute la semaine, de plonger sans modération dans le monde du vin.

Le sulfate de cuivre est utilisé pour lutter contre le mildiou, une maladie particulièrement redoutée par les vignerons.
©INRA/François Delmotte

C’est un des rares pesticides autorisés dans l’agriculture bio et son utilisation vient d’être réhomologuée. Le 27 novembre, à Bruxelles, les États membres se sont en effet accordés sur la prolongation du sulfate de cuivre pour sept années. Ce fongicide naturel est utilisé majoritairement dans la viticulture bio pour lutter contre les ravages du mildiou, un champignon qui peut se développer très rapidement et pourrir la récolte d’une année. Il est mélangé avec de la chaux pour former la fameuse "bouillie bordelaise".

Des effets néfastes sur la faune des sols

S’il n’est pas classé comme cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer, ses effets néfastes sur la pollution des sols ont pourtant été pointés du doigt par l’Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA). "Des concentrations excédentaires en cuivre ont des effets néfastes sur la croissance et le développement de la plupart des plantes, sur les communautés microbiennes et la faune des sols", explique Didier Andrivon de l’INRA, Institut national de la recherche agronomique. Les États membres ont donc décidé de baisser la quantité maximum autorisée à kilogrammes par hectare et par an avec la possibilité de lissage sur une durée de sept ans.

"Je me félicite de cette décision, qui est conforme aux demandes de la France, notamment sur la définition des seuils sur une échelle pluriannuelle. C’est une décision équilibrée et pragmatique pour les producteurs, la protection de l’environnement et de la santé des consommateurs", a jugé le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Pas d'alternative naturelle aussi efficace

Les agriculteurs bio se disent soulagés de cette décision. "Si l’Europe avait tranché pour 4 kg par an sans lissage, le secteur aurait été en grande difficulté pour aborder les années à fortes pressions mildiou où les besoins en cuivre sont plus élevés", avance la FNAB, Fédération nationale d’agriculture biologique. Cette dernière critique également la méthodologie d'évaluation des scientifiques concernant la toxicité du sulfate de cuivre qui est calqué sur celle des molécules chimiques fabriquées par les humains. 

L’interdiction du sulfate de cuivre était crainte par de nombreux agriculteurs, car, à part les pesticides de synthèse, il existe peu d’alternatives aussi efficaces. Le mieux est de combiner différents moyens de luttes contre ces maladies. L’INRA préconise notamment le biocontrôle, les bâches anti-pluie qui évite la contamination ou encore la résistance variétale. Reste à l’État d’aider les agriculteurs à changer leurs pratiques, estime la FNAB qui demande la mise en place d’un Plan Cuivre transversal. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pierre Rabhi est mort, mais pas son rêve de "sobriété heureuse"

C’était le pionnier de l’agroécologie, le porte-voix des "Colibris" appelant chacun à "faire sa part" : Pierre Rabhi est mort à l’âge de 83 ans le 4 décembre laissant orphelin les adeptes de la "sobriété heureuse". Après avoir connu une certaine notoriété comme pionnier de l’agroécologie, il avait...

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...