Publié le 06 février 2017

ENVIRONNEMENT

Agriculture bio : "entreprendre pour répondre aux besoins essentiels"

Répondre aux besoins primaires avant d’en créer d’autres. C’est la devise de Maxime de Rostolan. Ce "payculteur" comme il dit, prône une nouvelle vision de l’entreprenariat. Un retour aux fondamentaux, qui reposent sur trois piliers : le capital naturel, social et financier. Entretien. 

Maxime de Rostolan est le coordinateur du projet Fermes d'avenir et le co-fondateur de la plateforme Blue Bees, destinée à promouvoir la réalisation de projets pour une agriculture et une alimentation durables.
DR

Novethic. Qu'est-ce qu'un payculteur ? 

Maxime de Rostolan. Un payculteur, c’est un entrepreneur du territoire. Je suis parti d’un constat : il y a une forte demande de produits bio locaux, mais peu de projets émergent. C’est très compliqué de faire sortir des fermes de terre. Je voulais donc aider à dupliquer des fermes biologiques qui fonctionnent, comme celle du Bec Hellouin.

J’ai identifié un maillon manquant à l’émergence de ces fermes : un entrepreneur, un chef d’orchestre de projets alimentaires territoriaux. Le payculteur relie l’amont et l’aval de la filière, met en lien les bénéficiaires de cette production avec les financeurs, etc. 

Pour bien comprendre le mécanisme de développement de ces fermes, j’ai créé une micro-ferme près de Tours. Le but : montrer que l’agriculture biologique est plus rentable que l’agriculture conventionnelle. En parallèle, j’ai monté Blue Bees, une plateforme de financement participatif dédiée à l’agroécologie, et lancé Fermes d’avenir, une association qui promeut la permaculture.

 

"Il nous reste 20 ans pour changer le monde"

 

En quoi la vision que vous portez est différente de celle de l’entreprenariat traditionnel ? 

Notre carburant n’est pas la recherche de rentabilité, mais l’envie de répondre aux besoins essentiels. Bien sûr il nous faut un modèle économique viable, et nous sommes à l’équilibre, mais il faut nous replacer dans une perspective de développement durable. Ce que je fais se construit autour des trois seuls capitaux à préserver et à faire croître : le capital naturel, le capital social et le capital financement. 

Ma vision est durable et globale. Un agriculteur n’est pas seulement là pour produire de la nourriture. Il préserve la biodiversité, entretient la qualité de l’eau, séquestre du carbone, façonne le paysage, etc. C’est une comptabilité mutante : il faut intégrer toutes les externalités positives induites par l’activité.

Finalement, on construit un modèle à partir du local, mais qui peut être duplicable, qui est robuste et qui produit de l’emploi. Six fois plus que dans l’agriculture conventionnelle.

 

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ? 

Financières. La conjoncture n’est pas du tout favorable à des dynamiques qui reposent sur le capital naturel, qui le préservent et le régénèrent. Il faut de toute urgence renverser cela. Dans mon domaine, c’est d’autant plus difficile que les lobbystes de l’agro-industrie sont très puissants.

Les nouveaux entrepreneurs ou les nouvelles dynamiques ne doivent pas non plus se concurrencer. Il faut une coopération forte pour faire front au modèle dominant. 

Enfin il y un vrai enjeu d’urgence. Il faut passer la seconde, la troisième et la quatrième. Il nous reste 20 ans pour changer le monde. Les entreprises ont un rôle à jouer. Elles sont indispensables si on veut acter le changement de modèle et de paradigme. 

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Davos: le business responsable au coeur des débats

Le World Economic Forum s’ouvre aujourd’hui. Pendant 4 jours, 3 000 grands patrons, jeunes talents, dirigeants politiques, prix Nobel ou engagés humanitaires, se réunissent à Davos. Le thème de cette année : "Pour une politique réactive et responsable". Un pari gagnant selon une étude...

L’agriculture, un levier dans les négociations climatiques

Le CGIAR, un réseau mondial des centres de recherche dédiés à l’agriculture, travaille à développer les semences et les procédés agro-écologiques indispensables à l’agriculture durable. Mais aussi à faire comprendre aux décideurs politiques et économiques l’importance du sujet dans la...

Pour le WWF, l'agriculture dévore la planète

Le WWF publie ce jeudi le rapport Planète Vivante 2016. Celui-ci dresse un panorama particulièrement inquiétant de l’état de la biodiversité et de la santé de la planète. Et dessine une sombre perspective : à l’horizon 2020, deux tiers des animaux sauvages pourraient disparaître en...

Bio en grande surface : vers une filière à deux vitesses ?

Promouvoir une alimentation "bio et locale". C’est le sens de l’action des agriculteurs bio, mobilisés jusqu’au 25 septembre autour de la Fédération nationale d’agriculture biologique (FNAB). Les industriels sont de plus en plus nombreux à surfer sur cette tendance. Après les rayons...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus risque mondial penurie alimentaire afp

Le Coronavirus pourrait provoquer une pénurie alimentaire mondiale, alertent les experts

Le Coronavirus va-t-il provoquer une crise alimentaire mondiale ? C'est ce que craignent trois organisations mondiales, la FAO, pour l'alimentation, l'OMC pour le commerce et l'OMS pour la santé. Plusieurs facteurs sont en effet en train d'enrayer la machine alimentaire mondiale : les surstocks que...

Coronavirus Paris particules fines

Coronavirus : les Parisiens découvrent l'odeur des champs... et ce n'est pas une bonne nouvelle

En confinement, les Parisiens se sont étonnés de sentir une odeur de ferme dans la capitale. Ces effluves proviennent de l'épandage agricole des exploitations alentour. Or, plusieurs études montrent que ces particules fines aggravent les impacts sanitaires lors de la contagion du Coronavirus. Alors...

Alimentation coronavirus masque SEBASTIEN BOZON AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n'a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie, il est temps pour l'Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume sur deux...

Nouveau label equitable bio guerre des prix

Pour contrer la guerre des prix dans le bio, les agriculteurs lancent un label plus équitable

Face à la guerre des prix que mène la grande distribution dans la filière bio, les agriculteurs du secteur viennent de lancer le label Bio Français Equitable (BFE) qui intègre un volet social impliquant une juste rémunération des paysans. Alors que la filière bio change d'échelle à grande vitesse,...