Publié le 20 septembre 2019

ENTREPRISES RESPONSABLES

Objectifs de développement durable : la France présente ses priorités d'actions en restant floue sur les moyens

Avant sa présentation lors du sommet sur les ODD à New York la semaine prochaine, la France publie sa feuille de route pour les Objectifs de développement durable (ODD). Elle fixe six orientations prioritaires : une transition juste, une société bas carbone, la promotion d'éducation tout au long de la vie, la santé, la participation citoyenne et l'action internationale. Mais les moyens d'y parvenir restent encore à définir.  

Elisabeth borne agenda 2030
Elisabeth Borne a présenté la feuille de route de la France pour les ODD lors d'une cérémonie pour les quatre ans de leur adoption à la Cité universitaire.
@agenda2030

Après plus de 18 mois de travail collectif, et quelques jours seulement avant le sommet sur les Objectifs de développement durable (ODD) qui se tiendra à l’ONU les 24 et 25 septembre, la France sort (enfin) sa stratégie nationale. Cette feuille de route doit permettre de donner un cap et des moyens d’action pour atteindre les 17 objectifs de l’Agenda 2030 définis il y a quatre ans à l’ONU.

Six grandes orientations sont données par la feuille de route : une transition juste, qui lutte contre les inégalités et les discriminations ; la transformation des modèles de société par la sobriété carbone et l’économie des ressources naturelles ; l’éducation tout au long de la vie ; la santé et le bien-être via notamment une agriculture durable ; la participation citoyenne et enfin l’action européenne et internationale.

Adapter les ODD à la réalité française

"Si nous ne voulons pas qu’elle reste une stratégie de papier, nous devons faire reconnaître l’Agenda 2030 comme référentiel commun d’un développement durable, a insisté Elisabeth Borne, ministre de la transition d’écologique et solidaire, venue présenter la feuille de route lors d’un événement célébrant le quatrième anniversaire des ODD. Cela passe par son intégration dans le service national universel, la fédération d’une communauté d’actions pour les ODD, et en faisant de ceux-ci un outil de débats pour les citoyens". Le 25 septembre est ainsi consacré comme une journée de mobilisation nationale autour des ODD.

L’enjeu est de taille : "Nous sommes tous des pays en voie de développement durable", selon la ministre. Or "les ODD sont plus qu’un simple outil, ils sont une grammaire commune pour un développement durable". Mais, pour les rendre effectifs, il faut "les adapter à la réalité française", soulignait quelques jours plus tôt Thomas Lesueur, le Commissaire général au développement durable.

Des moyens d’actions laissés aux acteurs

Pour autant, au-delà du cap fixé par les six orientations, le gouvernement ne prend pas de nouveaux engagements. La feuille de route présente quelques propositions mais elle reprend surtout les grandes lois passées et en cours d’adoption comme la stratégie nationale énergie-climat qui cible la neutralité carbone pour 2050, la loi sur l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage ou encore celle sur les mobilités pour les plus récentes.

Pour chapeauter le tout et aligner les différentes actions, Elisabeth Borne rappelle aussi la démarche de Green budgeting qui sera présentée le 25 septembre lors du projet de loi de Finances 2020. Pour la France, il s'agira du premier budget présenté et analysé à l'aune des enjeux climatiques. Il doit conduire mettre en place un budget de plus en plus décarboné. Pour assurer le suivi de cette feuille de route et donc la contribution de la France aux objectifs mondiaux, l’INSEE a défini des indicateurs spécifiques à la France. Un point d’avancement sera réalisé devant le Parlement et le Conseil national de la transition écologique.

Une feuille de route trop tiède 

Mais la diffusion des actions reste en grande partie déléguée aux acteurs qui ont co-construit la feuille de route pendant 18 mois (collectivités, académiques et entreprises notamment) avec les différents ministères. Pour les entreprises, le Global Compact, l’organisme onusien qui rassemble les entreprises engagées sur les ODD, entend s'appuyer sur les PME car "ce sont elles qui changent la donne sur le terrain", explique Fella Imalhayenne, déléguée générale France. La feuille de route insiste également sur la nécessité d'orienter les investissements à l'aune des ODD, une nécessité rappelée dans une étude publiée par Novethic en partenariat avec B&L évolution

Du côté des collectivités et de l’enseignement cependant, la feuille de route a un arrière-goût de trop peu. "La définition d’un cap au niveau national est importante pour savoir comment le territoire peut y contribuer, souligne ainsi Julie Chabaud, responsable de l’Agenda 21 de la Gironde. Mais cela manque d’objectifs chiffrés, de stimulation et d'ambition au regard des enjeux", regrette-t-elle. Même manque d’ambition pointé par Gérald Majou de la Conférence des Grandes écoles. "Les propositions manquent d’allant et de courage. C’est pourtant le moment d’insister sur le besoin de transversalité : la question du climat dans l’enseignement et la recherche est importante mais rappelons-le, il n’y aura pas de transition sans justice sociale et c’est justement ce que peut apporter l’intégration des ODD".

Béatrice Heraud @beatriceheraud 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Inclusion victoria bar istock

L’entreprise inclusive, bien plus qu'une mode, un enjeu de performance

Sur le climat, les entreprises se veulent "neutres en carbone". En matière sociale, elles se veulent "inclusives". Ces derniers temps, les engagements se sont multipliés sur le sujet, vis-à-vis du handicap, des seniors, des jeunes, des habitants des zones rurales, des migrants… Une réponse à une...

Neutralité carbone, échanges d'émissions, alignement sur 1,5°C... Les entreprises attendent de la visibilité à la COP25

La COP25, qui se tient à Madrid du 2 au 13 décembre, est technique. Celle-ci doit préparer la relève générale de l’ambition des pays participants, ainsi qu’à la définition des mécanismes de coopération internationale volontaire. Les entreprises scrutent de près les discussions en cours car elles...

Nutriscore RSE

Le "nutri-score de la RSE", défendu par les socialistes, ne convainc pas le gouvernement

Les députés socialistes et apparentés ont déposé une proposition de loi portant sur la création d’une certification publique des performances sociales et environnementales des entreprises. Celle-ci entend créer un système de notation proche du nutri-score des produits alimentaires. Mais le...

Hackathon generation starteupeuses

Avec le club Génération Startupeuse, les startups aussi s’emparent des objectifs de développement durable

Beaucoup de startups veulent changer le monde. Mais bien peu mesurent leur contribution à ce stade de leur développement. Le club Génération startupeuse, qui incube des femmes entrepreneures, a tenté de relever le défi en faisant travailler 12 de ses membres sur les objectifs de développement...