Publié le 20 avril 2021

ENTREPRISES RESPONSABLES

Climat, eau, biodiversité… LVMH réhausse tous ses objectifs environnementaux en misant sur l'économie circulaire

Le groupe de luxe LVMH vient d’annoncer une nouvelle stratégie environnementale, baptisée Life 360. Celle-ci doit permettre à ses maisons d’être plus sobres tant dans la matière utilisée, dans la consommation d’eau que dans la consommation énergétique, en mettant en place une stratégie de "circularité créative". Plusieurs initiatives ont été lancées telles que des services de réparation de produits anciens, d’échange de tissus non utilisés, ou encore de régénération des sols agricoles.

Loewe fabrication sac LVMH
Les marques du groupe de luxe vont devoir miser sur la "circularité créative".
@LVMH

Le groupe LVMH a réhaussé tous ses objectifs pour réduire son empreinte environnementale. Depuis un an, la société dirigée par Bernard Arnault a mobilisé les équipes de chacune de ses "maisons", comme elle appelle ses différentes marques, pour mettre au point la nouvelle feuille de route de sa RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Cela a abouti au plan Life 360, qui fixe des objectifs à horizon 2023, 2026 et 2030.

Sous la houlette d’Hélène Valade, directrice du développement durable, LVMH a calculé son impact dans trois domaines. Le climat d’abord, avec une empreinte carbone évaluée à 4,8 millions de tonnes de CO2 annuelles. La consommation en eau ensuite, qui atteint 124 millions de mètres cubes. Et la biodiversité calculée via son emprise au sol, correspondant à une ville de la taille de Londres. Pour réduire ces empreintes, le groupe mise notamment sur l’économie circulaire.

Pour adapter le recyclage aux codes du luxe, LVMH a baptisé sa stratégie "la circularité créative". Le groupe illustre cela notamment avec un sac de la marque Loewe fabriqué entièrement à partir de chutes de cuir, tout en restant luxueux. La stratégie consiste en fait à réduire la matière utilisée et à éviter les chutes non utilisées. Un nouveau service d’économie circulaire, créé par une start-up interne, devrait d’ailleurs voir le jour fin avril. Il permettra de mettre en vente les tissus non utilisés par certaines maisons pour être achetés par d’autres. LVMH compte également réduire la consommation d’eau dans la production de toile Denim, ou encore à réduire sa consommation énergétique dans sa fabrication.

Partager les innovations

Des initiatives se mettent en place dans chacune des maisons, telles des services de réparation chez Louis Vuitton, qui permettent de donner une seconde vie à certains produits. Les autres maisons du groupe devraient s’inspirer de ce modèle, qui devrait être diffusé d’ici 2023. "Nous avons des maisons concurrentes, mais sur les dimensions environnementales, les innovations sont partagées", explique Hélène Valade.

LVMH veut également bannir d’ici 2026 toute utilisation de plastique à usage unique d’origine fossile dans ses emballages. Hélène Valade évoque un luxe nouveau qui soit "moins un luxe de profusion qu’un luxe dans la durée". Au total, le groupe compte atteindre 100 % de produits écoconçus d’ici 2030.

La préservation de la biodiversité est également au menu. LVMH prévoit de certifier ses filières d’approvisionnement de matières stratégiques d’ici 2026 pour s’assurer qu’elles respectent les écosystèmes et les ressources en eau. Le groupe lance également des programmes d’agriculture régénératrice, tels que la reforestation des vignobles par la marque de champagne Ruinart.

Enfin, LVMH prévoit de passer toute sa consommation d’électricité sur ses sites de production et dans ses boutiques aux énergies renouvelables. Cela doit lui permettre de réduire ses émissions de CO2 de 50 % d’ici 2026, par rapport à 2019.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENTREPRISES RESPONSABLES

Entreprise responsable

Actualité nationale, européenne et mondiale quotidienne de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

C I O

RSE : Pourquoi les "Chief Impact Officers" sont une bonne nouvelle pour réduire l'empreinte environnementale des entreprises

De plus en plus d’entreprises nomment des "Chief Impact Officers" au sein de leur comité exécutif. Si leurs missions s’apparentent à celle du "directeur développement durable" ou "de la RSE", elles permettent d'aller plus loin en amenant les entreprises à mesurer leurs progrès concrets en matière...

Entreprises vertes 01

La France, pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde

L'Hexagone se distingue dans un domaine porteur, la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Le pays arrive en effet dans le trio de tête du palmarès d’Ecovadis des pays les plus performants en la matière, juste derrière la Suède et la Norvège et loin devant l’Allemagne (15e) ou les États-Unis...

Podium gagnant leader cocorico pixabay

Danone et L’Oréal parmi les 14 entreprises leaders sur l’environnement au niveau mondial

Danone et L'Oréal trustent le podium du CDP (ex-Carbon Disclosure Project) depuis plusieurs années déjà. Véritable référence en matière de transparence environnementale, il classe chaque année les entreprises les plus vertueuses au niveau mondial. Les deux Françaises font ainsi partie des 14 leaders...

Photo Tournage Secoya 1

Secoya veut réduire l’empreinte environnementale des tournages

Depuis dix ans, le secteur de l’audiovisuel français opère une lente mue afin de réduire son empreinte environnementale. Fondée par deux régisseurs, la startup française Secoya – Ecotournage a développé des outils pour rendre les tournages plus verts, comme un calculateur d'émissions de CO2, et...