Publié le 28 mars 2017

ÉNERGIE

États-Unis: Keystone XL relancé, sa rentabilité questionnée

Donald Trump a relancé vendredi dernier le chantier de pipeline géant enterré par son prédécesseur. Un projet emblématique à l'heure où il s'apprête à abolir d'autres mesures environnementales phares de Barack Obama, en faisant notamment la part belle aux énergies fossiles. L'impact climatique de Keystone XL est depuis longtemps dénoncé mais c'est sa rentabilité même qui est désormais mise en doute, notamment dans un monde qui s'est prononcé pour limiter la hausse de la température globale à +2°C. La mobilisation des acteurs économiques autour de ce dossier s'amorce, mais à petits pas. Explications.

Donald Trump a signé, lors du conseil économique national du 24 mars, ce qu’il considère comme le "permis" pour la construction du pipeline Keystone XL.
Olivier Douliery / DPA / AFP

Après avoir relancé le projet Dakota Access fin janvier, Donald Trump a officiellement donné le feu vert vendredi dernier à l’opérateur canadien TransCanada pour la construction du pipeline Keystone XL. Un projet pourtant enterré par Barack Obama en 2015. L'administration Trump l'a ressuscité en affirmant avoir pris en compte "la sécurité énergétique, l'environnement, les aspects culturels ou les impacts économiques". Mais la question de la rentabilité de ce serpent de mer est bel et bien posée.


8 milliards de dollars à rentabiliser

 

Le projet Keystone XL a été lancé il y a presque une décennie, pour une ouverture planifiée en 2012. Les experts tablent aujourd'hui sur 2020, au mieux. Entre ces deux dates, le paysage énergétique a radicalement changé. À commencer par les prix du pétrole : ils oscillaient entre 100 et 140 dollars le baril, mais ils ne devraient pas remonter à moyen terme au-delà des 60 dollars, selon les projections du ministère de l'énergie américain.

Le coût du projet, lui, est toujours estimé à 8 milliards de dollars. Ce qui fait dire au think tank Carbon Tracker Initiative que Keystone XL est un "piège". "De nombreux investissements d'infrastructures, comme les pipelines, sont basés sur des projections de demande élevée pour le pétrole qui sont hors de propos depuis des décennies", résume Mark Campanale, fondateur de Carbon Tracker Initiative, dans le New York Times.

Quant aux sables bitumineux eux-mêmes, ils sont 1,5 fois plus émetteurs de gaz à effet de serre que les pétroles conventionnels. Un risque climatique et diplomatique pour les États-Unis, dans un monde qui a adopté à une large majorité l’Accord de Paris avec l’objectif des 2°C en ligne de mire. Mais l'administration Trump ne semble guère faire sien cet objectif. Cet après-midi, le président doit en effet signer un décret intititulé indépendance de l'énergie et dont le but est de défaire une large part des réglementations contre le réchauffement climatique afin de stimuler la production d’énergie sur le sol américain.

Même le "grand jour" promis par Donald Trump en termes d'emplois ne résiste pas à l'épreuve des faits. Le Département d'État table sur 3 900 créations d'emplois si le pipeline est construit en un an... mais seulement 1 950 si le projet s'étale sur deux ans et pas plus de 35 employés permanents une fois la construction achevée. Quant à la promesse du candidat Trump de voir l'édifice construit uniquement en acier "made in America", la Maison-Blanche a d'ores et déjà pris ses distances avec cette affirmation.

 

Des partenaires financiers plus difficiles à cibler

 

Face à tous ces risques, les associations environnementales s'organisent peu à peu et ciblent les acteurs économiques du projet. La coalition Rainforest Action Network a lancé une campagne intitulée "Dites aux PDG de banques de ne plus financer Keystone XL". Elle pointe du doigt 21 établissements bancaires au total et rappelle que ce projet constitue une menace pour "l'eau, l'air et les droits des Amérindiens". Dans une autre pétition, Greenpeace cible de son côté les banques américaines (Citi, JP Morgan, Wells Fargo, TD Bank, et Bank of America) qui pourraient accorder un prêt à TransCanada.

Mais cette mobilisation semble démarrer lentement. Plus lentement en tout cas que celle pour Dakota Access qui a vu par exemple un groupe d’investisseurs responsables pesant 653 milliards de dollars mettre en garde la vingtaine de banques qui financent ce projet. Déjà trois d'entre elles se sont détournées de ce pipeline.


Pour Keystone, en revanche, les investisseurs responsables que nous avons sollicités tardent encore à prendre position. "CalPERS est un actionnaire actif, engagé aux côtés d'entreprises qui assurent la valeur à long-terme de nos investissements. Mais nous ne faisons pas de commentaires spécifiques sur Keystone XL", indique par exemple celui qui gère le fonds de retraite de plus de 1,6 million de Californiens. "En janvier dernier, nous avions publié un communiqué de presse sur les décisions de Donald Trump pour les deux projets Keystone XL et Dakota Access", se contente de préciser l'organisation religieuse Adrian Dominican Sisters, engagée depuis 40 ans dans l'investissement responsable.

Pourquoi cette différence de traitement ? La première explication tient à la nature même du financement de Keystone XL. Aucun consortium de banques n'a consenti pour l'instant de prêt spécifique pour ce projet et il n'est même pas certain que TransCanada en aura besoin in fine. Les associations et les acteurs économiques ne peuvent donc cibler que l'opérateur de façon globale, pas des banques spécifiquement.

La seconde explication tient à la place médiatique centrale des Amérindiens et de leurs droits dans la lutte contre Dakota Access, alors qu'on ne la retrouve qu'en filigrane dans le dossier Keystone XL. Mais, à long terme, "cela pourra peut-être nous permettre de mobiliser des gens qui sont moins concernés par les difficultés des Amérindiens et plus inquiets du changement climatique", espère Johan Frinjs, directeur de Bank Track. Son espoir : que toute l'expérience emmagasinée pour lutter contre Dakota Access serve désormais contre Keystone XL.

Fannie Rascle, à Washington
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pétrole : Obama dit non au projet d'oléoduc Keystone XL. Mais...

Le président américain a décidé mardi 24 février de mettre son veto à la loi autorisant ce pipeline géant, censé transporter le pétrole des sables bitumineux depuis le Canada jusqu'au golfe du Mexique. C'est un revers pour les Républicains au Congrès américain qui avaient voté ce texte....

L'impact environnemental du projet de pipeline américain Keystone XL minimisé

Le projet d'oléoduc Keystone XL, qui prévoit de relier les gisements de sables bitumineux canadiens aux raffineries du golfe du Mexique, n'aura pas d'impact significatif sur l'environnement, d'après le rapport émis le 31 janvier par le Département d'Etat américain. Malgré cette étude,...

Oléoduc Dakota Access : victoire provisoire des Sioux

Le gouvernement américain a décidé de modifier le tracé du pipeline Dakota Access. Un soulagement pour les Sioux, qui craignaient une pollution de leur principale source d’eau, le lac Oahe. Mais rien n’est définitif : Donald Trump est favorable au chantier. Le futur président des USA...

Pipeline Dakota Access : une banque allemande dans la tourmente

Le financement du projet d’oléoduc Dakota Access par la banque publique allemande BayernLB fait polémique. L’institution bancaire fait partie des 17 banques impliquées dans ce projet, avec l’allocation d’un crédit de 120 millions de dollars. Une action est prévue demain devant le siège de...

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Coradia iLint2018 Alstom

La France sur les rails d'une "révolution de l'hydrogène"

Mettre la France en pointe mondiale de l'hydrogène vert : l'ambition du gouvernement a clairement été affirmée lors du premier Conseil national de l'hydrogène fin février. Avec un plan de financement à 7 milliards d'euros, déjà 27 projets soutenus depuis septembre et des premiers trains à propulsion...

Bill Gates Breakthrough Energy CCO

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le...

Pour la première fois, en 2020, le monde a plus investi dans les énergies vertes que dans les fossiles

Cela pourrait ressembler à un point de bascule. Tandis que les énergies renouvelables ont dépassé les 500 milliards de dollars d’investissements en 2020, ceux dans la production de pétrole et de gaz se sont effondrés à moins de 400 milliards de dollars. C’est la première fois que les premiers...

Transition energetique tirelire traite charte energie recours investisseurs istock

La France appelle l’Union européenne à sortir du Traité sur la charte de l’énergie, un texte à haut risque pour la transition

La France appelle l'Union européenne à envisager une sortie du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) d'ici la fin de l'année, si le processus de modernisation du texte n'aboutit pas. L'accord, signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la...