Publié le 01 septembre 2017

ÉNERGIE

100 % d’énergie renouvelable en 2050, c’est possible dans 139 pays

Des chercheurs américains ont démontré que la transition vers un modèle énergétique 100 % renouvelable était possible dans 139 pays – représentant 99 % des émissions globales de CO2 – dès 2050. Cette transition est non seulement possible mais elle permettrait de réduire la demande énergétique mondiale de 42,5 %, de créer 24,3 millions d’emplois nets et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C d’ici la fin du siècle.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

iStock

C’est un travail titanesque qui a été mené par 27 chercheurs de l’université américaine de Stanford. Ils ont passé en revue les ressources renouvelables de 139 pays pour lesquels les données sont disponibles. Puis ils ont comparé la demande énergétique mondiale en 2012 et en 2050 dans un scénario business as usual (où rien ne change) et dans un scénario où l’ensemble des secteurs sont électrifiés (transport, résidentiel, industriel, agricole…).

Leurs résultats ont été publiés le 23 août dans la revue Joule (1) et sont plus qu’enthousiasmants. En effet, les chercheurs estiment qu’une transition vers 100 % d’énergie renouvelable est tout à fait possible dans ces 139 pays – qui représentent 99 % des émissions mondiales de CO2 – d’ici 2050. Parmi eux, on trouve les pays de l’Union européenne dont la France, mais aussi la Chine, les États-Unis, l’Inde, la Russie ou encore l’Arabie saoudite.

Une réduction de la demande énergétique de 42,5 %

Cette transition est non seulement possible, mais elle permettrait une réduction de la demande énergétique de 42,5 % par rapport à un scénario business as usual. Le besoin de puissance pour répondre à la consommation finale d'énergie passerait de 12 TW (térawatts) en 2012 à 11,8 TW en 2050 au lieu de 20,6 TW dans le scénario business as usual. Cela est dû à un moindre besoin en énergie liée à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures et à une meilleure efficacité énergétique des renouvelables comparée aux fossiles.

"Moins de 20 % de l’énergie fournie par l’essence d’une voiture sert à la faire bouger. Le reste est perdu en chaleur, explique Mark Jacobson, professeur à l'université de Stanford et auteur de l'étude. Avec une voiture électrique, environ 80 % de l’énergie fournie sert à avancer." 

Par ailleurs, un modèle 100 % renouvelable permettrait de contenir la hausse de la température globale à 1,5 °C d’ici la fin du siècle. De plus, cela créerait, selon les chercheurs, 24,3 millions d’emplois nets, éviterait 4,6 millions de morts prématurées liées à la pollution et économiserait chaque année plus de 50 000 milliards de dollars en coûts liés à la santé et au climat.

 

 

Un investissement moyen de 900 milliards de dollars par pays

La feuille de route présentée mise sur une production d’énergie à partir majoritairement du solaire (58 %) et de l’éolien (37 %), mis aussi de l’hydraulique (4 %), de la géothermie (0,7 %) et de l’énergie marémotrice (0,6 %). Les chercheurs se sont appuyés sur des technologies existantes ou en développement. Cela suppose d’implanter 1,8 milliard de panneaux solaires et 2,4 millions d’éoliennes supplémentaires et de dédier en moyenne 1% du territoire à ces nouvelles installations.

Cela implique aussi des investissements de départ colossaux : près de 125 000 milliards de dollars pour l’ensemble des 139 pays afin d’assurer l’installation de 50 térawatts de nouvelles capacités. Cette somme représente en moyenne 900 milliards de dollars par pays, soit près de la moitié du PIB français… Mais cela reviendrait à un coût par mégawatt de 2,5 millions de dollars, "à comparer aux 2,7 millions par mégawatt produit en scénario tendanciel" précisent les chercheurs.

Selon eux, le principal blocage est avant tout politique. "Les décideurs politiques refusent habituellement de s’engager à agir s’ils n’ont pas à disposition des travaux scientifiques raisonnables leur montrant qu’il est possible d’agir. C’est ce que nous avons voulu faire avec cette étude" soutient Mark Jacobson.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Lire l'étude


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

100 entreprises mondiales engagées pour s'alimenter à 100 % en énergies renouvelables

Axa, Burberry, AkzoNobel et Carlsberg ont rejoint l’initiative RE 100 qui regroupe des multinationales désireuses de s’alimenter à 100 % à partir d’énergies renouvelables. 100 entreprises de tailles mondiales sont désormais engagés dans cette démarche. 

Le G20 n’a plus que trois ans pour sauver la planète

Les dirigeants du G20 se réunissent les 7 et 8 juillet à Hambourg en Allemagne. À cette occasion, plusieurs experts alertent sur l’importance d’inverser la courbe d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, après quoi il sera quasi-impossible de respecter une limitation du...

[Infographie] Les émissions de CO2 liées à l’énergie atteindront leur pic en 2026

Le système énergétique mondial poursuit sa route vers la décarbonation et accélère le mouvement. Selon une nouvelle étude de Bloomberg New Energy Finance, le secteur atteindra son pic d’émissions dans moins de dix ans. Merci à l’éolien et au solaire qui sont en passe de détrôner le...

Le monde franchit la barre des 2 000 gigawatts d’énergie renouvelable installés

La capacité des énergies renouvelables installées dans le monde a dépassé en 2016 les 2 000 gigawatts (GW), soit plus de trente fois la puissance du parc nucléaire français. Les nouvelles installations ont encore battu un record avec 161 GW installés, en hausse de 9% par rapport à 2015....

ÉNERGIE

Energies renouvelables

Le développement des énergies renouvelables est chaotique un peu partout dans le monde mais les habitudes de production énergétique changent et la promotion des technologies vertes se développent. Photovoltaïque (énergie solaire), éolien, agrocarburants ou encore biodéchets, les possibilités sont nombreuses.

Barrage hydroelectrique

L'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français s'invite dans la campagne européenne

Le dossier épineux de l'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français, poussée par Bruxelles, traîne depuis des années mais connaît soudain un vif regain d'intérêt avant les élections européennes. Plusieurs candidats s’opposent à ce projet, mais le gouvernement compte s’y...

Barrage de Genissiat Ain deuxieme centrale hydroelectrique francaise construite sur le Rhone Leemage

[Édito Vidéo] En privatisant ses barrages hydroélectriques, la France prend un énorme risque

Mise sous pression par Bruxelles, la France est mise en demeure d’ouvrir une partie de ses barrages hydroélectriques en concurrence. Aujourd’hui, ils sont exploités par EDF et Engie. Pour plusieurs députés et élus locaux, cette privatisation risque de rendre le système électrique national moins...

Centrale solaire Nanao de Total au Japon

[Édito Vidéo] Les pétroliers, ces champions des renouvelables

Bon gré mal gré, les pétroliers investissent de plus en plus dans les énergies renouvelables. Et leur puissance financière fait qu’à terme, ce sont eux qui vont capter l’essentiel de la croissance de ce secteur des nouvelles énergies. C’est d’ailleurs pour cela que le fonds souverain norvégien,...

Energie citoyenne campagne 2018 energie partagee

Énergie Partagée : près de 17 millions d’euros investis par des citoyens dans les énergies renouvelables

À l’occasion de la semaine de la Finance solidaire qui se déroule jusqu’au 12 novembre, focus sur Énergie Partagée, un outil d’investissement citoyen dans les énergies renouvelables. Créé en 2010, il a réussi à mobiliser plus de 5 200 actionnaires citoyens qui ont investi 16,6 millions d’euros dans...