Publié le 04 novembre 2020

ÉNERGIE

Sous la pression de l’État et des ONG, Engie renonce à un gros contrat d'importation de gaz de schiste américain

Suite à la pression de l'État actionnaire et des ONG, Engie vient de renoncer à un contrat d'importation de gaz de schiste américain. Vivement contesté, ce projet ne cadrait pas avec les ambitions de la France sur les hydrocarbures non conventionnels. En outre, il aurait permis de financer le projet de terminal méthanier de Rio Grande, au sud du Texas, dont la décision d'investissement est remise en cause par la crise pétrolière.

Dans le cadre de cet accord, Engie se serait engagé à importer chaque année, entre 2025 et 2045, jusqu'à 36 cargos de gaz de schiste liquéfié exporté via le terminal méthanier de Rio Grande LNG, au sud du Texas.
@Rio Grande LNG

Le groupe français Engie a renoncé à un contrat géant d'importation de gaz de schiste américain, qui était contesté par des défenseurs de l'environnement et l'État actionnaire. "Engie a décidé de ne pas donner suite aux discussions commerciales avec NextDecade sur ce projet de fourniture de gaz", a confirmé une porte-parole d'Engie mardi 3 novembre. Ce contrat était estimé à près de 7 milliards de dollars et portait sur du gaz naturel liquéfié (GNL). Il aurait été issu de gaz de schiste produit par fracturation hydraulique.

Or, ce mode d'extraction est interdit en France et très critiqué par les défenseurs de l'environnement. Dans le cadre de cet accord, Engie se serait engagé à importer chaque année, entre 2025 et 2045, jusqu'à 36 cargos de gaz de schiste liquéfié (3 millions de tonnes) exporté via le terminal méthanier de Rio Grande LNG, au sud du Texas. La décision d’investissement dans cette immense infrastructure est sans cesse repoussée en raison de la crise et de l’instabilité du secteur outre-Atlantique.  

Société générale, prochaine cible

L’État français, actionnaire d'Engie à près de 24 %, s'était opposé à cet accord qui "ne correspondait pas à notre politique de transition écologique", indiquait cette semaine une source gouvernementale. La position d’Engie aurait été d’autant plus difficile à défendre que la France s’est engagée à ne plus apporter de garanties publiques de crédit à l’exportation pour des projets de gaz ou de pétrole de schiste. Les ONG environnementales, elles aussi vent debout, ont salué le revirement d’Engie.

"Le rejet par le gouvernement et Engie de ce contrat est une nouvelle reconnaissance explicite des ravages climatiques, environnementaux et sociaux du gaz de schiste", a commenté Lorette Philippot, chargée de campagne aux Amis de la Terre France, dans un communiqué. "Quelle que soit l'issue des élections [américaines], nous attendons de la France une politique cohérente de tolérance zéro vis-à-vis des hydrocarbures non-conventionnels. Cela exige de refuser d'importer et de consommer des pétrole et gaz de schiste, comme nous avons refusé d'en produire il y a bientôt une décennie", ajoute-t-elle.

En début de semaine, des parlementaires Républicains avaient écrit à Emmanuel Macron afin que le gouvernement renonce à faire pression sur Engie dans ce dossier. Les membres du Congrès avançaient que le gaz américain émettait moins de gaz à effet de serre que le gaz russe et algérien importé par la France. Ce contrat était décisif pour NextDecade qui devait utiliser une partie des fonds pour financer le terminal Rio Grande LNG. Parmi les acteurs français encore en lice dans ce projet vivement contesté, il reste Société Générale, qui joue un rôle de conseiller financier. 

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...