Publié le 04 novembre 2020

ÉNERGIE

Sous la pression de l’État et des ONG, Engie renonce à un gros contrat d'importation de gaz de schiste américain

Suite à la pression de l'État actionnaire et des ONG, Engie vient de renoncer à un contrat d'importation de gaz de schiste américain. Vivement contesté, ce projet ne cadrait pas avec les ambitions de la France sur les hydrocarbures non conventionnels. En outre, il aurait permis de financer le projet de terminal méthanier de Rio Grande, au sud du Texas, dont la décision d'investissement est remise en cause par la crise pétrolière.

Dans le cadre de cet accord, Engie se serait engagé à importer chaque année, entre 2025 et 2045, jusqu'à 36 cargos de gaz de schiste liquéfié exporté via le terminal méthanier de Rio Grande LNG, au sud du Texas.
@Rio Grande LNG

Le groupe français Engie a renoncé à un contrat géant d'importation de gaz de schiste américain, qui était contesté par des défenseurs de l'environnement et l'État actionnaire. "Engie a décidé de ne pas donner suite aux discussions commerciales avec NextDecade sur ce projet de fourniture de gaz", a confirmé une porte-parole d'Engie mardi 3 novembre. Ce contrat était estimé à près de 7 milliards de dollars et portait sur du gaz naturel liquéfié (GNL). Il aurait été issu de gaz de schiste produit par fracturation hydraulique.

Or, ce mode d'extraction est interdit en France et très critiqué par les défenseurs de l'environnement. Dans le cadre de cet accord, Engie se serait engagé à importer chaque année, entre 2025 et 2045, jusqu'à 36 cargos de gaz de schiste liquéfié (3 millions de tonnes) exporté via le terminal méthanier de Rio Grande LNG, au sud du Texas. La décision d’investissement dans cette immense infrastructure est sans cesse repoussée en raison de la crise et de l’instabilité du secteur outre-Atlantique.  

Société générale, prochaine cible

L’État français, actionnaire d'Engie à près de 24 %, s'était opposé à cet accord qui "ne correspondait pas à notre politique de transition écologique", indiquait cette semaine une source gouvernementale. La position d’Engie aurait été d’autant plus difficile à défendre que la France s’est engagée à ne plus apporter de garanties publiques de crédit à l’exportation pour des projets de gaz ou de pétrole de schiste. Les ONG environnementales, elles aussi vent debout, ont salué le revirement d’Engie.

"Le rejet par le gouvernement et Engie de ce contrat est une nouvelle reconnaissance explicite des ravages climatiques, environnementaux et sociaux du gaz de schiste", a commenté Lorette Philippot, chargée de campagne aux Amis de la Terre France, dans un communiqué. "Quelle que soit l'issue des élections [américaines], nous attendons de la France une politique cohérente de tolérance zéro vis-à-vis des hydrocarbures non-conventionnels. Cela exige de refuser d'importer et de consommer des pétrole et gaz de schiste, comme nous avons refusé d'en produire il y a bientôt une décennie", ajoute-t-elle.

En début de semaine, des parlementaires Républicains avaient écrit à Emmanuel Macron afin que le gouvernement renonce à faire pression sur Engie dans ce dossier. Les membres du Congrès avançaient que le gaz américain émettait moins de gaz à effet de serre que le gaz russe et algérien importé par la France. Ce contrat était décisif pour NextDecade qui devait utiliser une partie des fonds pour financer le terminal Rio Grande LNG. Parmi les acteurs français encore en lice dans ce projet vivement contesté, il reste Société Générale, qui joue un rôle de conseiller financier. 

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...