Publié le 14 octobre 2020

ÉNERGIE

Garanties à l’export : le gouvernement annonce l’arrêt du soutien public pour les projets de pétrole et de gaz

À partir de 2025, la France n’apportera plus aucune garantie publique pour les projets pétroliers portés à l’étranger par des entreprises tricolores. Ce sera 2035 pour le gaz. Pour Bruno Le Maire, c’est une avancée majeure pour faire du pays la première grande économie décarbonée. En revanche, les ONG dénoncent des échéances bien trop lointaines.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC
À partir de 2025, la France ne garantira plus les projets à l'export liés au pétrole.
@TechnipFMC

La décision avait déjà été mise en place pour le charbon et la fracturation hydraulique. Ce seront désormais toutes les énergies fossiles qui seront concernées. Le ministre de l’Économie, Bruno le Maire, a annoncé la fin des garanties de financement des exportations pour les projets d'exploitation pétrolière dès 2025, et gazière en 2035. De plus, dès le 1er janvier 2021, tous ces soutiens prendront fin pour les "pétroles extra-lourds, schistes et sables bitumineux », ainsi qu’aux « centrales thermiques dégradant le mix électrique du pays récipiendaire".

"C'est la première fois qu'un pays exportateur présente une stratégie pour ses exportations de lutte contre le réchauffement climatique", s’est félicité Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale le lundi 12 octobre. La France compte en effet de nombreuses entreprises qui exportent leur savoir-faire dans le secteur des énergies fossiles. Parmi elles, on compte les énergéticiens EDF et Engie, la major pétrolière Total et quelques entreprises parapétrolières majeures comme Technip FMC, CGG ou Vallourec.

Pour Bruno le Maire, cette mesure s’inscrit dans l'ambition du plan de relance de faire de la France "la première grande économie décarbonée européenne". Mais elle n’est pas sans conséquence précise toutefois un rapport parlementaire à l’origine de cette initiative. Pour le pétrole, elle pourrait coûter "jusqu'à 1 800 emplois compte tenu de la demande croissante de plusieurs compagnies pétrolières du Golfe d'établir des lignes de crédit de plusieurs milliards d'euros avec des agences de crédit export européennes", selon le rapport.

Question d’emplois et de transition

Dans le contexte de la crise sanitaire et économique en cours, le secteur pétrolier souffre énormément de la chute des cours du baril. Des milliers d’emplois devraient déjà disparaitre dans les mois à venir, et bien plus à l’échelle de toute l’industrie tricolore. C’est pourquoi le gouvernement doit suivre une ligne de crête pour accélérer le verdissement du budget de l’État sans alourdir le contexte économique des entreprises. C’est pourquoi l’or noir bénéficie de ce délai de grâce.

Pour le gaz, "la situation sera réévaluée régulièrement" d'ici à 2035 "pour fixer l'échéance la plus adaptée aux enjeux climatiques et industriels, en garantissant un délai d'au moins quatre ans entre la décision d'arrêt de l'éligibilité au soutien export et sa mise en œuvre effective". "Cette dernière mesure aurait l'impact le plus important sur l'emploi, avec environ 3 000 emplois perdus". Surtout, le gaz bénéficie de ce délai en raison de son statut "d’énergie de transition" entre les fossiles les plus émetteurs et les énergies les plus décarbonnées.

Plus de 9 milliards d’euros de garanties

Depuis 2009, la France a octroyé 9,3 milliards d'euros de garanties publiques pour l'industrie du pétrole et du gaz, via son agence de crédit à l'exportation Bpifrance Assurance-Export. L'encours sous garantie des projets parapétroliers et paragaziers s'élevait au 31 mai 2020 à 2,7 milliards d'euros, selon le gouvernement, soit 4 % du total des garanties export. Concernant l'ensemble du dispositif de soutien à l'export, le rapport défend un "bonus climatique" pour les projets durables portés par les entreprises françaises. L’attribution s’effectuerait selon la taxonomie européenne sur les investissements verts.

L'ONG Les Amis de la Terre a dénoncé dans un communiqué des mesures "anecdotiques" qui "ne forcent pas les industriels français actifs dans le secteur des hydrocarbures à changer de modèle économique". Elle conteste également le nombre d’emplois menacés. Elle ajoute : "Le gaz n'est pas une énergie de transition comme le prétendent l'industrie fossile et le gouvernement. C'est justement parce que le secteur est en pleine expansion qu'il faut le freiner de toute urgence".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Export : la France officialise la fin des aides au charbon, mais préserve le pétrole et le gaz

Dans le projet de loi de Finances 2020, voté par les députés en première lecture mardi 15 novembre, le charbon est désormais officiellement exclu des garanties à l'export, à quelques exceptions près. Il est rejoint par les hydrocarbures non conventionnels et le torchage de routine, qui...

[Bonne nouvelle] La Pologne fermera ses dernières mines de charbon en 2049

La Pologne fait un pas de plus vers la neutralité carbone. Seul état membre de l'Union européenne à ne pas avoir endossé cet objectif, Varsovie multiplie les signaux positifs. Face aux pertes colossales subies par l'industrie du charbon, le gouvernement a annoncé la fin des mines de...

Pour BP, le déclin du pétrole est déjà engagé

La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime le géant britannique des hydrocarbures BP.

Le parapétrolier Schlumberger acte la fin de l’âge d’or du pétrole de schiste en Amérique du Nord

Le pétrole de schiste américain n’est pas mort, loin s’en faut. Mais il n’est plus la machine à cash qu’il fût. Les faillites à répétition, accentuées par la crise du Covid-19, le prouvent. On voit aussi désormais les parapétroliers tourner le dos à la fracturation hydraulique en Amérique...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...

Marchison Falls Ouganda EACOP Tilenga CCO

Nouvelle condamnation pour Eacop et Tilenga, les mégaprojets controversés de TotalEnergies en Afrique

Les mégaprojets d’extraction de pétrole (Tilenga) et d'oléoduc immense (Eacop) portés par TotalEnergies en Ouganda et Tanzanie, suscitaient déjà l’ire de la société civile et de certains investisseurs. C’est maintenant au tour du Parlement européen de les condamner pour leurs conséquences sur les...

Station essence istock JBorruel

Avec la crise énergétique, les subventions aux combustibles fossiles ont presque doublé en 2021

Les subventions aux combustibles fossiles, néfastes pour la planète, ont presque doublé en 2021 et devraient encore progresser fortement en 2022. Cela s'explique par la hausse des prix de l'énergie, exacerbée depuis février dernier par la guerre en Ukraine. En réponse, de nombreux gouvernements ont...