Publié le 09 avril 2015

ÉNERGIE

Les banques françaises refusent d’investir dans un projet minier australien dénoncé par les ONG

Bloquer un projet destructeur pour l’environnement en asséchant ses possibilités de financement. Cette stratégie, de plus en plus systématiquement mise en œuvre par les ONG environnementales, a payé pour le projet pharaonique du bassin de Galilée en Australie. Les trois principales banques françaises, le Crédit Agricole, la Société Générale et BNP Paribas, se sont engagées à n’y participer en aucune façon. Les Amis de la Terre ont publié leurs lettres début avril en les appelant,  plus largement, à cesser de financer toute activité liée au charbon.

En Australie, le mouvement citoyen appelant au désinvestissement des énergies fossiles prend de l'ampleur.
Peter Parks / AFP

"C’est la première fois que les banques s’engagent à ne pas financer les projets de toute une région en raison de leurs impacts environnementaux et climatiques" se félicite Lucie Pinson, en charge de la campagne de plaidoyer sur le projet australien pour les Amis de la terre.

Une cinquantaine d’ONG avaient lancé l’alerte il y a plusieurs mois sur les risques environnementaux liés à cet énorme projet qui comporte l’exploitation de neuf mines de charbon associée à la construction d’infrastructures (un chemin de fer et l’extension du port d’Abbot Point).

 

Des ONG ont alerté les banques, avec succès

 

Ces ONG expliquent que "L’ensemble des projets forme la deuxième plus grande zone de développement possible des énergies fossiles au monde, après la Chine". Ces projets, s'ils aboutissaient, émettraient chaque année presque autant de CO2 que l’Allemagne, sixième pays émetteur au monde. Pour en convaincre les grandes banques françaises des risques, elles ont adressé un courrier détaillé aux dirigeants des banques concernées.

Les trois banques ciblées, le Crédit Agricole, la Société Générale et BNP Paribas, ont pris l’engagement de ne pas s’associer, de quelque façon que ce soit, à ce projet minier.

"Après étude attentive du dossier, les risques nous ont semblé effectivement trop importants" explique Laurence Pessez, directrice de la RSE du groupe BNP Paribas. "Le charbon étant destiné à l’exportation vers l’Inde et la Chine, le projet pourrait en plus provoquer des dégâts sur la Grande barrière de corail", ajoute-t-elle.

 

Les banques engagées, un outil de pression politique

 

L’engagement de ces établissements financiers est utilisé par les organisations non gouvernementales pour exercer une pression politique sur le gouvernement australien et empêcher le projet d’aboutir. À ce jour, seules des banques australiennes ont accepté de le soutenir. En revanche, huit grandes banques internationales comme Barclays, Deutsche Bank ou Goldman Sachs l’ont exclu de leurs programmes. L’ampleur de cette campagne est proportionnelle au projet et s’inscrit dans une stratégie plus globale de lutte contre le financement du charbon.

"Ce n’était pas une décision facile à prendre" précise Laurence Pessez. "Nous sommes présents en Australie et certains de nos clients sont parties prenantes de ce projet qui est lié au modèle économique de l’Australie largement basé sur l’extraction. Nous les avons informés de notre décision. Ne pas contribuer à un projet de cette nature ne nous conduit pas à remettre en cause toute l’économie d’un pays. C’est pourtant ce que souhaiteraient les ONG environnementales", explique-t-elle par ailleurs.

"Il faut passer à la vitesse supérieure. D’autres projets charbonniers pourraient voir le jour. Or, 88 % des réserves totales de charbon au monde doivent rester dans le sol si nous voulons pouvoir rester en dessous-du seuil de 2 °C", explique pour sa part Lucie Pinson. C’est pourquoi les Amis de la Terre appellent les clients des banques françaises à demander à leur banques de ne plus financer les changements climatiques avec leur argent en participant à la campagne européenne "En 2015, dites bye bye aux fossiles" via le site "Je change de banque".

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Financement du charbon : le double discours des banques françaises

A quelques jours de la remise de la synthèse du 5e rapport du GIEC sur le changement climatique, les Amis de la Terre et le réseau Bank Track publient une étude sur le financement du charbon par les banques commerciales. Ces associations pointent le double jeu des grandes banques...

Déchets toxiques australiens : l'association Robin des bois conteste Ségolène Royal

Le 18 juillet, Ségolène Royal demandait au préfet de l’Isère de refuser l’importation de déchets toxiques australiens. Ils devaient être incinérés dans le centre Trédi du groupe Séché environnement de Salaise-sur-Sanne. Une décision applaudie par plusieurs associations écologiques. Mais...

Climat : la Chine boude le charbon pour lutter contre la pollution

À Pékin, les autorités ont fermé une troisième centrale à charbon ce 20 mars 2015. Les causes de ce désengagement ? L’application stricte du plan national chinois d’action contre la pollution de l’air. Une décision qui a des conséquences économiques pour la région. Explications.

Loi Biodiversité : les entreprises peuvent-elles être réparatrices de biodiversité ?

40 ans après la loi sur la protection de la nature, la loi sur la biodiversité a été adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale ce mardi 24 mars. Elle vient notamment clarifier le système de compensation des atteintes à la biodiversité. Un système synonyme de financiarisation pour...

Energies fossiles : sous pression, un fonds de pension néerlandais investit dans l’éolien

Le fonds de pension des fonctionnaires néerlandais ABP a reçu, mi-mars 2015, une pétition signée par plus de 10 000 personnes, pour sortir des énergies fossiles controversées au nom du risque climatique qu’elles représentent pour le pays et ses actifs financiers. Dans le même temps, son...

Aux États-Unis, le marché du Charbon en plein effondrement financier

L’ONG anglaise Carbon Tracker Initiative a publié, le 24 mars dernier, une étude démontrant qu’investir dans le charbon américain est devenu très risqué pour cause d’effondrement financier du secteur. Elle apporte ainsi de l’eau au moulin des campagnes de désinvestissement en cours dans de...

Transition énergétique : le risque carbone mobilise en Grande Bretagne

La Banque d’Angleterre lance l’alerte : les étudiants d’Oxford défilent et les actionnaires de BP s’organisent. Si leurs modes d’action et leurs pouvoirs varient, tous partagent la même analyse : les modèles économiques des producteurs d’énergies fossiles sont fragiles et il faudrait faire...

Journées mondiales de désinvestissement: le Fonds de Réserve des Retraites au coeur de la controverse

Les premières Journées mondiales pour le désinvestissement ont eu lieu les 13 et 14 février. Des dizaines de manifestations se sont déroulées partout dans le monde pour réclamer des banques, des assurances et des investisseurs publics qu’ils cessent de financer les énergies fossiles. En...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...