Publié le 18 janvier 2021

ÉNERGIE

Le Royaume-Uni, pays hôte de la COP26, va ouvrir une nouvelle mine de charbon

En tant que pays hôte de la future COP26 sur le climat, prévue en novembre prochain, le Royaume-Uni se doit d'être particulièrement exemplaire. Or le gouvernement britannique a récemment décidé de ne pas s'opposer à l'ouverture d'une nouvelle mine de charbon dans le nord-ouest de l'Angleterre, devant servir à alimenter l'industrie de la sidérurgie, et prévue pour fonctionner jusqu'en 2049. 

Mine souterraine charbon UK west cumbria mining
Les quelque deux millions de tonnes qui seront extraites chaque année de cette nouvelle mine doivent alimenter l’industrie de la sidérurgie au niveau national et européen.
@West Cumbria Mining

Le Royaume-Uni ne tourne pas complètement le dos au charbon. Après avoir fermé la dernière mine d’Angleterre en août dernier, le gouvernement de Boris Johnson a annoncé début janvier qu’il ne s'opposait pas à un nouveau projet de mine souterraine dans le nord-ouest du pays, laissant les autorités locales trancher. Or, celles-ci avaient donné leur feu vert en octobre dernier. Les travaux préparatoires doivent commencer cette année et la mine ouvrirait 18 mois plus tard, pour fermer en 2049.

Le gouvernement britannique, qui doit accueillir la COP26 sur le climat à Glasgow en novembre prochain, s’est engagé à ne plus utiliser de charbon pour produire de l’électricité d’ici 2025 et à être neutre en carbone d’ici 2050. Les quelque deux millions de tonnes qui seront extraites chaque année de cette nouvelle mine doivent alimenter l’industrie de la sidérurgie au niveau national et européen, et permettre de réduire les importations de charbon et créer plus de 500 emplois locaux.

Crédibilité et cohérence du gouvernement pointées du doigt

"Autoriser cette mine pendant plus d’un quart de siècle sape complètement la crédibilité du gouvernement sur la crise climatique, en particulier avant le sommet crucial de l’ONU que le Royaume-Uni accueille", a réagit Tony Bosworth, militant des Amis de la Terre. "La région a cruellement besoin d'emplois locaux mais ceux-ci devraient être générés en investissant dans l'énergie propre. Elle a déjà subi les effets de la crise climatique avec les récentes inondations. À moins de dire non aux combustibles fossiles, cela ne fera qu'empirer" prévient également Dr Ruth Balogh, militant local.

En septembre dernier, le gouvernement britannique avait rejeté un projet de mine de charbon à ciel ouvert dans le nord de l'Angleterre, affirmant qu'il existe "des preuves objectives que la demande de charbon à des fins industrielles restera aux niveaux actuels au-delà du très court terme". En outre, lors du sommet de l’ambition climatique, organisé pour les cinq ans de l’anniversaire de l’Accord de Paris le 12 décembre 2020, Boris Johnson s’était engagé à cesser dès que possible de soutenir financièrement des projets à l'étranger d'énergies fossiles. Les associations environnementales dénoncent un manque de cohérence. 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...