Publié le 11 mars 2021

ÉNERGIE

L'industrie du pétrole croit que les voitures thermiques ont un avenir… avec des carburants vertueux

Face au déclin annoncé du pétrole et à l'urgence climatique, les industriels français du secteur entendent se réinventer pour ne pas disparaître. Ils plaident pour le développement de nouveaux carburants liquides bas carbone. Pour eux, cela permettrait  de faire perdurer les moteurs thermiques au-delà de 2040, date à laquelle la France interdire prévoit de les interdire. 

La France a prévu l'interdiction des moteurs thermiques en 2040.
@ssuaphoto

"L'industrie pétrolière va se contracter et on ne lutte pas contre ça", a reconnu Olivier Gantois, le président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), en présentant les perspectives du secteur. Ce déclin figure d'ailleurs en bonne place dans les scénarios de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) pour limiter le réchauffement climatique, a-t-il rappelé. Face à l'érosion de leur cœur de métier, les industriels essaient déjà de développer de nouvelles activités : électricité à partir de sources renouvelables ou de gaz, production d'hydrogène, capture et séquestration du CO2...

Mais les professionnels espèrent aussi pouvoir continuer à vendre des carburants liquides bas carbone (CLBC) à l'avenir, à la place des essences et du gazole fossiles actuels. "On va devenir sans doute quelque chose comme l'Union des fournisseurs d'énergie liquide", imagine le président de l'Ufip. "L'avenir est dans l'utilisation et le déploiement de biocarburants plus avancés et notamment les voies très prometteuses de la décomposition de la cellulose", estime notamment Olivier Gantois.

Les biocarburants sont déjà utilisés mais ceux de nouvelle génération, issus de coproduits de la sylviculture et de l'agriculture, n'entreraient pas en compétition avec d'autres usages, assurent les industriels. Un enjeu clé qui a beaucoup desservi les agrocarburants de première génération. L'autre piste est celle des "carburants de synthèse", des "carburants issus de la recombinaison de l'hydrogène avec le CO2", selon le représentant de l’industrie pétrolière.

Un coût acceptable

"Avec l'ensemble de ces solutions, qui sont des solutions pour nous très réalistes à cette échelle, nous avons une proposition pour décarboner les carburants des différents types de mobilité d'ici à 2050", a-t-il assuré. Sans citer directement l'essor du véhicule électrique, il a évoqué les avantages comparatifs de ces carburants liquides : ils peuvent utiliser les infrastructures existantes et ne nécessitent pas de nouveaux moteurs.

Mais "ils coûtent plus cher à produire et pour faire en sorte que le coût soit acceptable pour le consommateur il va falloir mettre en place un dispositif réglementaire, sans doute fiscal", a ajouté Olivier Gantois. La France a prévu la fin des ventes de voitures à énergies fossiles d'ici 2040. Mais l'Ufip plaide pour que ce ne soit pas la fin du moteur thermique pour autant. "Nous devons convaincre notamment les pouvoirs publics qu'on va mettre des carburants vraiment vertueux au regard de l'environnement", a déclaré le président de l'Ufip, en insistant sur le moindre contenu en carbone des nouvelles solutions. "Si c'est le cas, il y a une place demain pour les véhicules thermiques", a-t-il assuré.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...