Publié le 22 juin 2017

ÉNERGIE

[Infographie] En 2016, la France n’a importé "que" 32,4 milliards d’euros de pétrole et de gaz

La France a dépensé 32,4 milliards d’euros en 2016 pour s’approvisionner en pétrole et en gaz, importé à 99% pour le premier et 98 % pour le second. Une somme en recul de 8,4 milliards d’euros par rapport en 2015. Le pays n'a pas moins consommé, mais il a bénéficié de la chute des prix du baril.

Le terminal méthanier de Dunkerque, d'EDF et Total, permet d'importer 20 % des besoins de gaz de la France.
@EDF

La baisse des cours du pétrole engagée depuis mi-2014 fait du bien aux finances de la France. Selon le dernier bilan énergétique publié par le ministère de l’Environnement (1), la facture du pays pour 2016 s’est établie à 32,4 milliards d’euros, en recul de 21 % (-8,4 milliards d’euros) par rapport à 2015. C’est la quatrième année consécutive de baisse. 2016 marque le point le plus bas depuis 2005.

 

Cette facture est constituée pour trois quarts des achats de pétrole, dont la France importe 99 % de ses besoins, et pour un peu moins d’un quart des achats de gaz, importé à 98 %. Reste 1,2 milliard d’euros d’importations de charbon, en baisse de 200 millions d’euros sur un an. Les exportations d’électricité de l’Hexagone vers les pays voisins affectent positivement cette facture pour 1 milliard d’euros. Une contribution cependant nettement en recul par rapport à 2015 (2,4 milliards d’euros) en raison de la faible disponibilité des réacteurs nucléaires sur le deuxième semestre 2016.

Une France dépendante des prix du pétrole

Le parallèle entre l’évolution de la facture énergétique de la France celle des cours du baril du pétrole est saisissant. On note par exemple la chute des dépenses françaises en 2009 quand le pétrole touchait un point bas lors de la crise économique. De même, les dépenses françaises ont crevé le plafond en 2011 et 2012 quand les prix du pétrole ont explosé, à la faveur de coûts d’exploitation pétrolière en pleine inflation. Depuis 2014, la France bénéficie des cours bas dus à une surproduction mondiale d'or noir. 

 

En 2016, le mix énergique de la France comptait 47,2 % d’énergies fossiles (28,1 % de pétrole, 15,7 % de gaz et 3,4 % de charbon), juste devant le nucléaire pour 41,9 %. Le reste revenant aux différentes formes d’énergies renouvelables. La loi de transition énergétique fixe pour objectif que la part des énergies fossiles dans le mix énergétique recule de 30 % à l'horizon 2030.

Ludovic Dupin @LudovicDupin

(1)  Bilan énergétique de la France


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Livraison fioul KNeville

Convention citoyenne pour le climat : la filière fioul pense pouvoir échapper à l’interdiction de ses chaudières en 2022

C’est l’une des mesures les plus emblématiques de la Convention citoyenne pour le climat adoptée par le gouvernement. Il s’agit de l’interdiction des chaudières au fioul à partir du 1er janvier 2022. Mais la filière tempère. Rappelant que la loi indiquera une limitation des émissions de CO2, elle...

Mizuho banque japon centrale NoCoalJapan

[Bonne Nouvelle] Le Japon envisage d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici 2030

Le gouvernement japonais s'est engagé début juillet à étudier des mesures concrètes pour réduire sa dépendance énergétique au charbon d'ici 2030, alors que des médias ont annoncé qu'il prévoyait d'arrêter 100 vieilles centrales à charbon d'ici cette date.

Dakota Access Pipeline Sioux Transferenergy Greenpeace

[Bonne Nouvelle] La justice américaine stoppe le projet de l'oléoduc Dakota Access Pipeline, contesté par les Sioux

Un tribunal américain a ordonné lundi 6 juillet la fermeture temporaire du Dakota Access Pipeline, un oléoduc dont le tracé est contesté depuis des années par des tribus amérindiennes et des associations de protection de l'environnement. Deux autres oléoducs ont été mis à l'arrêt au même moment.

LNG Boat Shell

Shell va déprécier jusqu’à 22 milliards de dollars d’actifs pétroliers

Quelques semaines après BP, c’est au tour de la major Shell de faire l’opération vérité sur son état. Le groupe vient ainsi d’annoncer une dépréciation d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars. Comme l’ensemble des pétroliers, la période d’arrêt économique internationale a pesé très lourd sur la...