Publié le 02 juillet 2015

ÉNERGIE

Fermetures de 5 centrales à charbon : vers la fin d’une époque en Allemagne

L’Allemagne va fermer plusieurs de ses vieilles centrales à charbon. C’est ce qui ressort du compromis âprement négocié au sein du gouvernement d'Angela Merkel, tard dans la nuit du mercredi 1er juillet au jeudi 2 juillet. Si l’idée initiale d’une taxe "pollueur-payeur" est définitivement abandonnée, la mesure n’en demeure pas moins décisive pour la poursuite de la transition énergétique actuellement en cours dans le pays.

© Mine de lignite et centrale à charbon exploitée par Vattenfall dans l'est de l'Allemagne.
Patrick Pleul / ZB / Picture Alliance / AFP

"Nous allons fermer des centrales à charbon. Maintenant". La déclaration est signée Sigmar Gabriel, ministre de l’Économie et de l’énergie. Elle a été prononcée sur ARD, la première chaîne de télévision allemande. Le compromis qui a émergé à l’issu de quatre heures de négociations entre la chancelière chrétienne-démocrate et ses partenaires de coalition, dont le ministre social-démocrate Sigmar Gabriel, prévoit la fermeture d’ici 2020 des centrales ayant une capacité de 2,7 gigawattheure. Ce qui revient à fermer cinq centrales à charbon.

La mesure doit permettre de résoudre l'équation suivante : l’Allemagne s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de CO2 de 40 % d’ici 2020 (par rapport à 1990). Mais en l’état, le pays n’est pas capable de l'atteindre. Et le secteur de l’énergie doit réduire ses émissions de 22 millions de tonnes de CO2.

C’est dans ce contexte qu’intervient la fermeture des centrales à charbon, une des plus grandes sources d'émissions de CO2 du pays.

 

La taxe charbon abandonnée...

 

Avec ce compromis, Berlin enterre définitivement l’idée initiale d’une taxe sur le charbon. Présenté en mars dernier, le projet de loi préparé par le Ministère de l’économie et de l’énergie prévoyait que les opérateurs de centrales vieilles de plus de vingt ans (en l’occurrence celles qui émettent plus de sept millions de tonnes de CO2 par gigawattheure) s’acquittent d’une taxe située entre 18 et 20 euros par tonnes de CO2.

Dès sa présentation, ce projet fut violemment attaqué : les énergéticiens, le syndicat IG BCE - qui représente principalement les salariés du secteur énergétique conventionnel - mais aussi des parlementaires de la CDU (conservateurs) comme du SPD (sociaux-démocrates) ainsi que des dirigeants politiques des Länder abritant les centrales à charbon, tous sont montés au créneau pour défendre les quelques 100 000 emplois qu’ils estimaient menacés par le projet de loi.

 

... mais la sortie du charbon entamée

 

En Allemagne, les liens entre le monde politique et le secteur du charbon sont traditionnellement étroits, ce que les ONG allemandes n’ont de cesse de dénoncer depuis des années. Particulièrement chez les sociaux-démocrates allemands. Aussi, certaines ONG comme Greenpeace perçoivent la nouvelle mesure comme une défaite des politiques devant le lobby du charbon.

Mais toutes ne partagent pas cette analyse : "Le lobby du charbon se voit en vainqueur car il a réussi à faire couler un instrument financier (note : la taxe charbon). Mais c’est une victoire à la Pyrrhus" estime Christoph Bals, responsable de l’association allemande Germanwatch. L'ONG a fait de la lutte contre le réchauffement climatique son cheval de bataille.

Pour lui, la fermeture de ces centrales est un indice important, qui montre que le monde politique allemand s’éloigne en douceur de l’industrie du charbon. Il juge enfin lourde de sens politiquement la phrase, en apparence anodine, prononcée ce matin par Sigmar Gabriel : "Tout indique que l’amorce de la sortie du charbon est maintenant entamée. Après la sortie du nucléaire, c’est la prochaine étape, décisive, pour mener à bien la transition énergétique."

Claire Stam
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Allemagne : l’agriculture conventionnelle, l’autre grand émetteur de gaz à effet de serre

L’Allemagne est le premier pays émetteur de gaz à effet de serre (GES) en Europe, et le septième dans le monde. En cause, le secteur de l’énergie et ses centrales à charbon, mais pas seulement. L’agriculture conventionnelle est le deuxième pollueur du pays après le secteur énergétique : 70...

Climat : les négociations de Bonn, entre timides avancées et manque de leadership politique

G7 : L’Allemagne veut une assurance-climat pour les pays émergents

Comment soutenir les pays émergents dans leurs nécessaires adaptations au changement climatique ? Par la création d’une assurance-climat, répond l’Allemagne, qui vient de débloquer 150 millions d’euros à cet effet. L’initiative de Berlin figurera en tête des priorités lors du prochain...

Le charbon a bénéficié de 73 milliards de dollars de financements publics entre 2007 et 2014

Alors que les négociateurs sont réunis à Bonn pour travailler sur le texte de l’accord de la COP21, un rapport dévoile l’ampleur du financement public encore alloué au charbon. Entre 2007 et 2014, 73 milliards de dollars ont été versés par les gouvernements et les institutions...

La ville de Bonn, carrefour mondial de la diplomatie climatique

C'est un fait peu connu et pourtant, Bonn, ancienne capitale de la République fédérale allemande, abrite 18 organisations des Nations Unies et quelque 150 organisations gouvernementales et non-gouvernementales. Parmi celles-ci, le CCNUCC (Secrétariat des Nations Unies pour le climat),...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Conseil extraordinaire UE reduction consommation de gaz russie penurie hiver MTE

L’Union européenne trouve un accord sur la réduction de la demande en gaz, face au risque d’approvisionnement russe

C’est la solidarité qui l’a emportée à Bruxelles. Un nouveau plan a été adopté mardi 26 juillet par les 27 États membres pour réduire la consommation de gaz de 15 % en cas de pénurie cet hiver. Si des dérogations et des exemptions sont prévues, notamment pour la France, l’objectif est bel et bien de...

Station essence istock JBorruel

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant les...

Simon cossus maison durable Mathieu BAY

Vivre sans énergies fossiles : Cette famille y est (presque) arrivée

Avec la hausse des prix de l’énergie, la crise climatique et les canicules à répétition, les Français sont de plus en plus nombreux à se demander comment se passer des énergies fossiles. Certains ont franchi le pas, en investissant dans des maisons durables, qui produisent leur propre énergie, en...

Conseil europeen embargo petrole russe commission europeenne

Embargo sur le pétrole russe : les importations européennes réduites de 90 % d’ici la fin de l’année

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, réunis en sommet, ont entériné un sixième train de sanctions contre la Russie. Ils ont enfin trouvé un accord pour réduire de 90 % leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou...